Numéro thématique sur les produits de santé naturels

Volume 33, Numéro 2

  • Pierre-André Dubé
    B. Pharm., Pharm. D., M. Sc., C. Clin. Tox., Pharmacien-toxicologue, Institut national de santé publique du Québec

Dernière modification: 

15 février 2018

Une enquête menée en 2010 rapportait que 73 % des Canadiens interrogés (n = 2 001) consommaient des produits de santé naturels (PSN), et, apparemment, 24 % (488/2 001) des répondants de cette enquête étaient des Québécois [1]. Les auteurs mentionnaient que les participants étaient incertains à propos de la classification d’un produit dans la catégorie des PSN. En particulier, une proportion importante de participants (69 %) estimaient que les aliments et les produits biologiques étaient des PSN, tandis que presque la moitié (43 %) pensaient que les médicaments traditionnels n’étaient pas des PSN. Malgré cette incertitude, près du tiers (32 %) des répondants mentionnaient en utiliser quotidiennement. De surcroît, une proportion importante de participants (71 %) indiquaient que les PSN étaient « […] meilleurs pour eux que les produits chimiques ou les médicaments ». Environ quatre répondants sur dix (42 %) pensaient pour leur part que les PSN étaient sans danger « […] parce qu’ils [étaient] composés d’ingrédients naturels ».

Au Canada, le terme PSN est « […] utilisé pour désigner une gamme de produits de santé, notamment les suppléments de vitamines et de minéraux, les remèdes à base de plantes médicinales et d’herbes, les remèdes traditionnels (tels que les remèdes traditionnels chinois [et ayurvédiques]), les médicaments homéopathiques, les acides gras oméga et essentiels et les probiotiques. De plus, beaucoup de produits de consommation courants, tels que certains dentifrices, antisudorifiques, shampoings, produits pour le visage et rince-bouche sont également classés comme PSN au Canada en raison de leurs ingrédients médicinaux et de leurs usages prévus » [2].

La Direction des produits de santé naturels et sans ordonnance (DPSNSO), anciennement connue sous le nom de Direction des produits de santé naturels (DPSN), fait partie de la Direction générale des produits de santé et des aliments (DGPSA) de Santé Canada. Elle est l’autorité réglementant les produits de santé naturels vendus au Canada. Son rôle consiste à s’assurer que la population canadienne a rapidement accès à des produits de santé naturels sécuritaires, efficaces et de grande qualité, tout en respectant la liberté de choix ainsi que la diversité philosophique et culturelle [3].

Malgré la présence de cette autorité réglementaire, peu de gens connaissent le principe de la responsabilité partagée concernant la vigilance des produits. Selon le Cadre de vigilance des produits de santé, Santé Canada « […] considère que le maintien et l’amélioration de la santé et de la sécurité sont une responsabilité partagée. Outre le gouvernement et l'industrie réglementée, les professionnels de la santé, les patients, les consommateurs et leurs associations respectives jouent un rôle important dans la notification des questions liées à l'innocuité des produits de santé. Santé Canada porte dorénavant son attention vers l'encouragement et la surveillance des bonnes pratiques de l’industrie en matière de vigilance des produits, reflétant en cela le fait que l'industrie est responsable de l'innocuité et de l'efficacité de ses produits. Parallèlement, les Canadiens s'attendent à ce que Santé Canada soit engagé dans l'atténuation au minimum des risques associés à ces produits. Par conséquent, il importe que le système de vigilance adopté soit solide quoique transparent, et qu'il fasse place au niveau approprié d'engagement de la part des participants et des intervenants » [4]. De plus, toujours selon ce cadre, la « […] surveillance de la santé publique ne remplace donc pas la pharmacovigilance réglementaire, mais la complète. » En conséquence, les professionnels de la santé peuvent jouer un rôle important en ce qui concerne de la vigilance des produits en recommandant ceux qui sont validés par des données probantes (cela ne concerne pas nécessairement tous les produits homologués par Santé Canada), et en déclarant toute problématique en lien avec les produits de santé (ex. : effets indésirables ou toxiques, inefficacité clinique, falsification, contamination, allégations trompeuses, etc.).

Les quatre articles du présent numéro porteront sur divers aspects toxicologiques des PSN. Le premier article décrit trois cas d’intoxication répertoriés par le Centre antipoison du Québec (solution d’argent, glycosides cardiaques, extraits de thé vert), alors que le deuxième se penche sur un cas de décès suivant la consommation d’un remède traditionnel chinois. Le troisième article critique pour sa part une étude qui associe l’hépatotoxicité avec la consommation d’extraits de thé vert. Enfin, le dernier s’intéresse plutôt aux recommandations émises à la suite de l’évaluation de la pertinence et du rendement du Programme des produits de santé naturels menée par Santé Canada et l’Agence de la santé publique du Canada pour la période 2010-2015.

Dans ce numéro, il faut par ailleurs noter l’emploi de l’abréviation PSN qui correspond à la terminologie actuellement utilisée par Santé Canada. Il serait toutefois souhaitable que le terme  produit de santé naturel soit éventuellement remplacé par un autre plus juste et moins confondant. En effet, ce terme pourrait laisser croire aux consommateurs que ces types de produits sont tous bons pour la santé peu importe la dose, qu’ils sont pour n’importe qui et qu’ils sont naturels à 100 %, ce qui n’est généralement pas le cas.

Pour toute correspondance

Pierre-André Dubé
Institut national de santé publique du Québec
945, avenue Wolfe, 4e étage
Québec (Québec)  G1V 5B3
Courriel : toxicologie.clinique@inspq.qc.ca

Références

  1. Ipsos Reid. Natural health product tracking survey 2010 – Final report [en ligne]. Santé Canada; 2011. Contrat No : HT372-090020/001/CY [cité le 25 mai 2017]. Disponible : http://epe.lac-bac.gc.ca/100/200/301/pwgsc-tpsgc/por-ef/health/2011/135-09/report.pdf
  2. Santé Canada [En ligne]. Santé Canada; c2009. Trousse d’information – Réglementation des produits de santé naturels [cité le 25 mai 2017]. Disponible : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/medicaments-produits-sante/naturels-sans-ordonnance/reglement/trousse-information.html
  3. Santé Canada [En ligne]. Santé Canada; c2016. Direction des produits de santé naturels et sans ordonnance. [cité le 25 mai 2017]. Disponible : https://www.canada.ca/fr/sante-canada/organisation/a-propos-sante-canada/directions-generales-agences/direction-generale-produits-sante-aliments/direction-produits-sante-naturels-sans-ordonnance.html
  4. Santé Canada [En ligne]. Santé Canada; c2012. Cadre de vigilance des produits de santé. [cité le 25 mai 2017]. Disponible : http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/pubs/medeff/_fs-if/2012-hpvf-cvps/index-fra.php

Dubé P.-A. Numéro thématique sur les produits de santé naturels. Bulletin d’information toxicologique 2017;33(2):1-3. [En ligne] https://www.inspq.qc.ca/toxicologie-clinique/la-toxicite-des-substances-...

Le Bulletin d’information toxicologique (BIT) est une publication conjointe de l’équipe de toxicologie clinique de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et du Centre antipoison du Québec (CAPQ). La reproduction est autorisée à condition d'en mentionner la source. Toute utilisation à des fins commerciales ou publicitaires est cependant strictement interdite. Les articles publiés dans ce bulletin d'information n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs et non celle de l'INSPQ ou du CAPQ.

ISSN : 1927-0801