• 19 janvier 2021

    Dépistage des ITSS et Formation médicale continue

    L’équipe des formations en ITSS, Diversité et substances psychoactives de l’INSPQ est bien heureuse de diffuser deux formations sur les ITSS, en ligne depuis le 18 janvier 2021, dans le contexte de suspension des activités en personnes.

    Formation Dépistage des ITSS – agir avec compétence, adapter les interventions

    Cette formation s’adresse au personnel infirmier qui débute sa pratique en dépistage des ITSS ou qui n’a jamais été formé à cet effet. La formation est également pertinente pour les professionnels et professionnelles de santé publique qui font des enquêtes épidémiologiques ITS-MADO.

    Le volet 1 de cette formation est disponible sur l’Environnement Numérique d’Apprentissage (ENA) depuis le 18 janvier 2021.

    Ce volet en ligne compte quatre modules d’un maximum de 2h chacun, et fait au rythme de l’apprenant-e.

  • 17 décembre 2020

    Nouvelles sections de la Foire aux questions

    En novembre dernier, la compagnie pharmaceutique Laboratoire BioLytical a obtenu l’homologation de Santé Canada pour l’autotest du VIH INSTI®. Ce test permet à des personnes de faire un dépistage du VIH à domicile ou dans le lieu de leur choix.

    Pour le moment, ce test est uniquement disponible via une commande en ligne sur le site de la compagnie moyennant des frais d’environ 35$ par test, plus taxes et frais d’expédition.

    Au Québec, deux références sont indiquées dans les instructions accompagnant l’autotest du VIH INSTI® : Info-santé et Portail VIH/SIDA du Québec. Ces organismes pourront répondre aux questions des usagers et les orienter vers les ressources appropriées.

    Catégories: Outils, VIH, Dépistage
  • 16 décembre 2020

    Rapport annuel et autres informations

    C’est avec plaisir que nous vous informons de la mise en ligne du rapport intitulé : Programme de surveillance de l’infection par le VIH au Québec – Rapport annuel 2019, publié par l’Institut national de santé publique du Québec. Le rapport repose sur les données recueillies depuis avril 2002 jusqu’au 31 décembre 2019.

    Le virus est encore actif au Québec et une proportion relativement élevée de personnes est diagnostiquée tardivement et ne bénéficie pas d’un traitement précoce. Les hommes et particulièrement les HARSAH demeurent les plus touchés. Chez les femmes, la majorité des cas sont enregistrés chez celles s’identifiant d’origines ethnoculturelles de pays où le VIH est endémique

    Une des faiblesses du programme réside dans son incapacité à estimer le nombre de nouveaux diagnostics qui sont des cas incidents (personnes nouvellement infectées) et à caractériser la trajectoire de soins; ce qui ne lui permet pas de surveiller de façon efficiente l’évolution de l’épidémie et d’évaluer l’efficacité des mesures de prévention et de traitement.

  • 1 décembre 2020

    Vers l’atteinte des cibles 90-90-90

    L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) diffuse aujourd’hui ses estimations 2018 faites aux deux ans de l’incidence du VIH, la prévalence et la progression du Canada vers l’atteinte des cibles 90-90-90 de l’ONUSIDA.

    Cible mondiale vers les 90-90-90

    En 2014, l’ONUSIDA mettait en place de nouvelles cibles pour mettre fin à l’épidémie de sida en 2030. Cette « cible ambitieuse de traitement » visait qu’à l’horizon 2020 :

  • 28 novembre 2020

    Survol de la littérature et webinaire

    Depuis l’attribution du Nobel de médecine à trois chercheurs ayant étudié le virus de l'hépatite C le 5 octobre 2020, plusieurs publications d’intérêts nous sont parvenues quant à l’hépatite C. Tout d’abord le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) qui a poursuivi sa mise à jour d’outils pour la prise en charge et le traitement de l’hépatite C, puis l’organisation mondiale de la santé (OMS) dont les recommandations « pour traiter large » ont récemment été analysées par des médecins américains, et enfin diverses publications liant Hépatite C et COVID-19, dont le webinaire de CATIE du 25 novembre 2020.

Pages

Souscrire à