Les conséquences de la consommation de cannabis

Comme l’usage du cannabis à des fins non médicales demeure une substance illégale dans plusieurs pays et l’a été près de 100 ans au Canada, la recherche scientifique sur le sujet reste limitée. Les études réalisées jusqu’à présent montrent des liens entre la consommation de cannabis et certains effets potentiels sur la santé.

Hospitalisations

Au Canada, selon les données 2017-2018 de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), le cannabis est associé à 11 % des hospitalisations chez les personnes de 25 ans et plus en raison des méfaits causés par l’utilisation de SPA, loin derrière l’alcool qui est associé à 58 % de ces hospitalisations. Par contre, chez les jeunes de 10 à 24 ans, le cannabis est associé à 40 % de ces hospitalisations et devient la première cause d’hospitalisations en raison des méfaits causés par l’utilisation de SPA. De plus, 69 % de ces hospitalisations chez les jeunes de 10 à 24 ans comprenaient des soins pour un problème de santé mentale concomitant (1).

Des maladies respiratoires et mentales pourraient être engendrées par la consommation régulière de cannabis.

Effets neurologiques et cognitifs 

La consommation de cannabis de manière fréquente et prolongée peut nuire au développement du cerveau des adolescents, notamment ceux qui s’initient à un âge précoce. Les difficultés cognitives rapportées dans les études concernent l’apprentissage, la mémoire et la concentration ainsi que les compétences en littératie et en numératie. Comparativement aux non-consommateurs, les consommateurs de cannabis sont plus susceptibles de connaître des difficultés scolaires et de ne pas obtenir de diplôme. Mieux comprendre les effets du cannabis sur les capacités cognitives des adolescents et des jeunes adultes est essentiel, en raison des impacts potentiels sur la vie en société (ex. emploi, revenu, relations sociales) (2-5).

Effets sur la santé mentale

Plusieurs études ont établi des liens entre la consommation régulière de cannabis et le développement de symptômes ou de troubles psychotiques (ex. schizophrénie et autres psychoses, troubles dépressifs, pensées suicidaires et trouble d’anxiété social). Le risque de développer un problème de santé mental augmente particulièrement chez les personnes ayant commencé à consommer à l’adolescence ainsi que chez les consommateurs ayant des antécédents psychiatriques personnels ou familiaux. L’usage quotidien est associé à une plus grande fréquence de ces maladies mentales, comme la schizophrénie à l’âge adulte (6-9). Par contre, le fait d’observer une association entre la consommation de cannabis et un problème de santé mental donné ne signifie pas que le cannabis en est la cause directe ou unique. 

Troubles de l’usage au cannabis

Les recherches permettent d’estimer que 9 % des consommateurs de cannabis risquent de développer un trouble d’usage. Les hommes et les fumeurs de cigarettes sont plus à risque de développer cette maladie. Le risque augmente à 16 % chez les personnes qui ont commencé à consommer à l’adolescence. Les facteurs de risque d’un trouble d’usage au cannabis sont, entre autres, un âge précoce d’initiation, la fréquence de consommation, l’usage de substances par les parents, la faible réussite scolaire et un comportement antisocial (9-13).

Il a aussi été démontré que 3 consommateurs américains sur 10 auraient développé un trouble de l’usage en lien avec le cannabis selon un cumul de différents critères, par exemple le retrait de la vie sociale, l’augmentation des volumes consommés, les contextes d’usage risqués et les échecs de cessation répétés. Une proportion non négligeable d’Américains ayant déclaré avoir consommé du cannabis au cours de leur vie présenteraient un trouble d’usage qualifié de sévère (c.-à-d., de présenter 6 critères diagnostics ou plus) (14).

Cancers

Les résultats des études disponibles suggèrent que la consommation de cannabis n’augmente pas significativement les risques d’un cancer du poumon et des voies aérodigestives supérieures chez l’adulte. Par contre, les preuves d’un lien semblent concluantes pour un sous-type de cancer testiculaire (16-18).

Sécurité en milieu de travail

La consommation de cannabis en milieu de travail est susceptible d’entraîner des blessures graves, notamment dans le contexte d’opération de machineries lourdes. Plus d’études sont cependant nécessaires pour mieux documenter les risques (19).

Exposition prénatale au cannabis

Le THC peut traverser le placenta et certaines études suggèrent qu’il pourrait avoir des effets sur le cerveau du fœtus. Dès lors, la consommation de cannabis au cours de la grossesse pourrait avoir des impacts négatifs sur le développement de l’enfant, entre autres sa croissance, le développement de ses fonctions cognitives et son quotient intellectuel. Par contre, en ce qui concerne la prématurité, le retard de croissance intra-utérin, le petit poids de naissance et les problèmes néonataux, les études existantes ne sont pas concluantes (20-21).


  1. Institut canadien d’information sur la santé. Séjours à l’hôpital en raison de méfaits causés par l’utilisation de substances chez les jeunes de 10 à 24 ans, septembre 2019. Ottawa, ON : ICIS; 2019
  2. Broyd, S. J., H. H. Van Hell, C. Beale, M. Yucel, and N. Solowij. 2016. Acute and chronic effects of cannabinoids on human cognition—A systematic review. Biological Psychiatry 79(7):557–567.
  3. The health and social effects of nonmedical cannabis use. (OMS, 2016)
  4. Volkow, N. D., Swanson, J. M., Evins, A. E., DeLisi, L. E., Meier, M. H., Gonzalez, R., Baler, R. (2016). Effects of Cannabis Use on Human Behavior, Including Cognition, Motivation, and Psychosis: A Review. JAMA Psychiatry, 73(3), 292-297.
  5. Macleod, J., R. Oakes, A. Copello, I. Crome, M. Egger, M. Hickman, T. Oppenkowski, H. Stokes-Lampard, and G. Davey Smith. 2004. Psychological and social sequelae of cannabis and other illicit drug use by young people: A systematic review of longitudinal, general population studies. Lancet 363(9421):1579–1588.
  6. Marconi, A., M. Di Forti, C. M. Lewis, R. M. Murray, and E. Vassos. 2016. Meta-analysis of the association between the level of cannabis use and risk of psychosis. Schizophrenia Bulletin 42(5):1262–1269.
  7. Lev-Ran, S., B. Le Foll, K. McKenzie, T. P. George, and J. Rehm. 2013. Bipolar disorder and co-occurring cannabis use disorders: Characteristics, co-morbidities and clinical correlates. Psychiatry Research 209(3):459–465.
  8. Borges, G., C. L. Bagge, and R. Orozco. 2016. A literature review and meta-analyses of cannabis use and suicidality. Journal of Affective Disorders 195:63–74.
  9. Hall, W., & Degenhardt, L. (2014). The adverse health effects of chronic cannabis use. Drug Test Anal, 6(1-2), 39-45. doi:10.1002/dta.1506
  10. Behrendt, S., H. U. Wittchen, M. Hofler, R. Lieb, and K. Beesdo. 2009. Transitions from first substance use to substance use disorders in adolescence: Is early onset associated with a rapid escalation? Drug and Alcohol Dependence 99(1-3):68–78.
  11. Coffey, C., J. B. Carlin, M. Lynskey, N. Li, and G. C. Patton. 2003. Adolescent precursors of cannabis dependence: Findings from the Victorian Adolescent Health Cohort Study. British Journal of Psychiatry 182:330–336. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12668409
  12. Hayatbakhsh, M. R., J. M. Najman, W. Bor, M. J. O’Callaghan, and G. M. Williams. 2009. Multiple risk factor model predicting cannabis use and use disorders: A longitudinal study. American Journal of Drug and Alcohol Abuse 35(6):399–407.
  13. Volkow, Nora D., Ruben D. Baler, Wilson M. Compton, et Susan R.B. Weiss, (2014). Adverse Health Effects of Marijuana Use, New England Journal of Medecine 2014; 370:2219-2227June 5, 2014
  14. Hasin, Deborah S. 2018. US Epidemiology of Cannabis Use and Associated Problems. Neuropsychopharmacology REVIEWS 43, 195–212 
  15. Tetrault, J. M., K. Crothers, B. A. Moore, R. Mehra, J. Concato, and D. A. Fiellin. 2007. Effects of marijuana smoking on pulmonary function and respiratory complications: A systematic review. Archives of Internal Medicine 167:221–228.
  16. Zhang, L. R., H. Morgenstern, S. Greenland, S. C. Chang, P. Lazarus, M. D. Teare, P. J. Woll, I. Orlow, B. Cox, Y. Brhane, G. Liu, and R. J. Hung. 2015. Cannabis smoking and lung cancer risk: Pooled analysis in the International Lung Cancer Consortium. International Journal of Cancer 136(4):894–903.
  17. de Carvalho, M. F., M. R. Dourado, I. B. Fernandes, C. T. Araujo, A. T. Mesquita, and M. L. Ramos-Jorge. Head and neck cancer among marijuana users: A meta-analysis of matched case-control studies. Archives of Oral Biology 60(12):1750–1755.
  18. Gurney, J., C. Shaw, J. Stanley, V. Signal, and D. Sarfati. 2015. Cannabis exposure and risk of testicular cancer: A systematic review and meta-analysis. BMC Cancer 15:897.
  19. Rogeberg, O., and R. Elvik. 2016. The effects of cannabis intoxication on motor vehicle collision revisited and revised. Addiction 111(8):1348–1359.
  20. Gunn, J. K. L., C. B. Rosales, K. E. Center, A. Nunez, S. J. Gibson, C. Christ, and J. E. Ehiri. 2016. Prenatal exposure to cannabis and maternal and child health outcomes: A systematic review and meta-analysis. BMJ Open 6(4):e009986.
  21. Huizink, A. C. (2014). Prenatal cannabis exposure and infant outcomes: overview of studies. Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry, 52, 45-52. doi:10.1016/j.pnpbp.2013.09.014

Dernière modification: 

26 novembre 2019