1
2
3
4
5
  • 13 avril 2012

    Karine Blouin vous propose son article VIH du mois

    The expansion of HIV-1 in colonial Leopoldville, 1950s: driven by STDs or STD control?
    L’expansion du VIH-1 dans la ville coloniale de Léopoldville (Kinshasa) dans les années 50 : déterminée par les infections transmissibles sexuellement ou par leur contrôle? [Traduction libre]
    Jacques Pépin  |  Paru en février 2012

    Il s’agit d’un article intéressant, rédigé par Jacques Pépin, qui traite des débuts de l’épidémie de VIH en Afrique. Il tente ici d’exposer les facteurs qui ont conduit à l’épidémie fulgurante du VIH au cours des années ’50 au Congo. L’auteur explore la possibilité que l’éclosion de l’épidémie soit d’abord liée à une transmission parentale, puis à une transmission lors de relations sexuelles un peu plus tard seulement.

    Pour aller encore plus loin, il est possible de se procurer en librairie un livre récemment publié sur le même sujet, par le même auteur.

    Consultez le résumé de l’article 

    Catégories: VIH
  • 10 avril 2012

    L’usage de drogues est une réalité actuelle qui touche de plus en plus de gens. Les répercussions de ce phénomène se font sentir sur les usagers, bien sûr, mais également sur l’ensemble de la société.

    Ces dernières années, les pratiques de consommation de drogues se sont diversifiées et parfois aggravées, entraînant ainsi la détérioration des conditions de santé et de vie des personnes toxicomanes, plus particulièrement celles des usagers de drogues par injection[1]. La situation est aussi critique chez les jeunes de la rue qui affichent un fort taux d’utilisation de l’alcool et des drogues, en plus de présenter un risque élevé de passage à l’injection. Les risques de décès par surdose sont bien réels chez ces populations, de même que celui de la transmission d’ITSS telles que le VIH et le VHC.

  • 10 avril 2012

    L’expression « réduction des méfaits » a été adoptée par le Québec – et les traducteurs du Canada anglais – comme traduction du terme harm reduction, proposé par les Britanniques lors de l’apparition de l’approche et qui s’est imposé comme appellation de référence. Les Européens (France, Suisse, Belgique) utilisent quant à eux la traduction moins littérale de « réduction des risques ».

    Comment définir cette approche?

    La caractéristique centrale de l’approche de réduction des méfaits repose sur la réduction des conséquences négatives liées à l’usage des drogues plutôt que l’élimination du comportement d’usage lui-même.

    Il s’agit donc de politiques et de programmes d’intervention conçus pour protéger la santé des usagers de drogues et celle de la collectivité.

    Cette approche, que l’on peut qualifier de pragmatisme à visage humain, repose sur un ensemble de principes d’action:

  • 2 avril 2012

    Les cas déclarés de VHC ont diminué au Canada ces dernières années. Toutefois, le fardeau imposé aux soins de santé par les cas existants qui progressent vers des séquelles plus graves continue d’augmenter.

    En 2009, 11 357 cas de VHC ont été déclarés par le biais du Système canadien de surveillance des maladies à déclaration obligatoire (SSMDO), ce qui correspond à un taux de 33,7 par population de 100 000. Ce taux a diminué depuis 2005 (40,5 par 100 000).

    La majorité des cas sont âgés de 30 ans et plus, et sont des hommes, mais l’écart entre les sexes se rétrécit, principalement en raison des taux croissants chez les sujets plus jeunes de sexe féminin.

    On retrouve la majorité des cas de VHC au Canada chez les personnes qui s’injectent des drogues. Parmi les cas de VHC nouvellement contractés dont on connait les facteurs de risque, la consommation de drogues injectables a été liée à 61 % des infections. La transmission du VHC par voie sexuelle est rare dans la population générale par rapport à d’autres modes de transmission. Cependant, on la considère de plus en plus comme un problème croissant de santé publique chez les individus infectés par le VIH.

  • 30 mars 2012

    Thème

    Le travail de proximité permet de fournir des services aux personnes et aux groupes là où elles se trouvent tout en leur donnant les moyens d’accéder aux services destinés à la population générale et aux points de services fixes (cliniques).

    Le Centre de collaboration nationale des maladies infectieuses (CCNMI) a élaboré un Guide de planification des services d’approche en réponse à une demande formulée par les praticiens en 2008 lors du Forum sur la synthèse et l’échange des connaissances sur le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et les infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) intitulé L’enrichissement et l’échange des connaissances permettant de joindre les populations vulnérables.

    Public cible

    Ce Guide a été rédigé à l’intention des groupes suivants :

    Catégories: Travail en réseau

Pages

Souscrire à