France Labrèche

  • 7 septembre 2012

    Ce projet s'inscrit dans la suite de l'étude PROPULSE (PROjet PULmonaire SEntinelle), menée en 1992-1993, qui visait la surveillance des maladies professionnelles pulmonaires au Québec via un réseau de médecins sentinelles.

    La présente étude avait pour objectifs : 1) d'identifier un réseau de médecins sentinelles susceptibles de rapporter un maximum de cas d'asthme professionnel parmi les allergologues et les pneumologues, de même que parmi les médecins des deux cliniques de maladies professionnelles du réseau public de santé au travail au Québec, 2) de connaître les raisons de l'absence de réclamation, par les sujets de l'étude, à la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST), s'il y a lieu, 3) d'évaluer quelques impacts de cette maladie sur la vie des sujets...

  • 9 mars 2012

    Ce document s'inscrit dans la suite d'un bilan des connaissances sur les études publiées entre 2003 et 2009 sur l'exposition à l'amiante et sur les maladies qui y sont liées dans la population générale et chez les travailleurs québécois. Il est également en continuité avec les bilans précédents publiés par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) en 2003 et en 2005 sur le sujet de l'amiante au Québec.

    Le présent rapport liste les 35 recommandations formulées dans les publications de l'INSPQ de 2003 et de 2005 et il précise leur niveau de réalisation. Il reprend certaines des recommandations partiellement ou non réalisées et en ajoute de nouvelles en fonction des connaissances acquises depuis 2003 pour arriver à un total de 23 recommandations en 2011.

    ...

  • 9 mars 2012

    La présente étude décrit les caractéristiques des 123 travailleurs québécois ayant eu une analyse biométrologique du contenu pulmonaire en fibres entre 1988 et 2007 et atteints d'une maladie professionnelle reliée à l'amiante (amiantose, mésothéliome et cancer pulmonaire).

    Cette description a été réalisée à partir des données sur la maladie, l'histoire professionnelle et la biométrologie consignées dans les dossiers des travailleurs conservés à la Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec. L'histoire professionnelle des travailleurs a permis de déterminer dans quel milieu de travail (ou secteur/profession) avait eu lieu l'exposition à l'amiante responsable de la maladie : mines et moulins d'amiante, construction, entretien/réparation et autres. La profession...

  • 4 avril 2011

    À la suite de l'adoption par le gouvernement québécois de la «  Politique d'utilisation accrue et sécuritaire de l'amiante chrysotile au Québec  », le ministère de la Santé et des Services sociaux s'est vu confier le mandat d'exercer la surveillance des expositions à l'amiante et celle des maladies qui en découlent. Ce mandat a, par la suite, été confié à l'Institut national de santé publique du Québec.

    Lors de la mise sur pied d'un système de surveillance, il faut s'assurer de la validité des données utilisées. Le projet dont il est question ici s'intègre dans cette démarche de validation des données en révisant les diagnostics de mésothéliome de la plèvre inscrits au Fichier des tumeurs du Québec (FiTQ). Une étude antérieure a montré que les cas de mésothéliome pleuraux...

  • 3 juin 2010

    L'Institut national de santé publique du Québec a reçu du ministère de la Santé et des Services sociaux le mandat de rédiger un avis sanitaire portant sur les enrobés bitumineux contenant de l'amiante chrysotile.

    Pour aider à préparer cet avis, le présent document résume la littérature épidémiologique publiée sur les maladies reliées à l'exposition à l'amiante survenues chez les travailleurs exposés à l'amiante ajouté au bitume pour le recouvrement des chaussées. Les maladies ici retenues sont les cancers du poumon et du larynx, les mésothéliomes de la plèvre et du péritoine et l'amiantose. Nous avons aussi présenté les résultats sur les cancers de la plèvre, car la majorité d'entre eux sont des mésothéliomes.

    Très peu d'articles ont été publiés sur le sujet. Le contenu...

  • 15 juin 2009

    En 2002, le gouvernement québécois adoptait la « Politique d’utilisation accrue et sécuritaire de l’amiante chrysotile au Québec » qui confiait des mandats à différents ministères et organisations de juridiction québécoise. Le ministère de la Santé et des Services sociaux a reçu, entres autres, le mandat d’exercer la surveillance des expositions à l’amiante au Québec et la surveillance des maladies qui en découlent, tant chez les travailleurs que dans la population générale. Ce mandat a, par la suite, été confié à l’Institut national de santé publique du Québec.

    Le présent document constitue un cadre de référence qui servira d’assise à la formulation et à l’élaboration d’un système de surveillance permettant de répondre aux exigences du mandat reçu. Il comprend d’abord un état...

  • 29 mai 2007

    Les médecins et les dirigeants d’un laboratoire biomédical sont tenus par la Loi sur la santé publique de déclarer au directeur de santé publique de la région sociosanitaire toutes les intoxications, infections et maladies « reconnues comme pouvant constituer une menace à la santé d’une population et nécessitant une vigilance des autorités de santé publique ou la tenue d’une enquête épidémiologique ». Une liste des maladies à déclaration obligatoire (MADO) révisée, incluant celles d’origine chimique et physique, a été publiée dans la Gazette officielle du Québec du 5 novembre 2003. Le règlement est en vigueur depuis le 20 novembre 2003.

    Afin de faciliter la tenue des enquêtes épidémiologiques et d’assurer la validité de la saisie d’information de surveillance, des définitions...

  • 19 décembre 2006

    Les dossiers des travailleurs ayant soumis une réclamation pour maladie professionnelle pulmonaire reliée à l'exposition au béryllium à la Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec (CSST) et qui ont fait l'objet d'une décision du Comité spécial des Comités des maladies professionnelles pulmonaires (CSCMPP) du Ministère du Travail entre 1999 et 2002 ont été retenus dans l'étude. Ils ont été revus afin de connaître l'incidence des cas de bérylliose chronique et subclinique et de la sensibilisation au béryllium. L'étude visait aussi à décrire les caractéristiques et les symptômes présentés par les travailleurs au moment de la première décision du CSCMPP à leur égard.

    Soixante-huit travailleurs ont été vus par le CSCMPP entre 1999 et 2002. Seize (23%)...

  • 15 septembre 2005

    En 1997, un Comité aviseur sur l'amiante a été mis sur pied par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec compte tenu des développements internationaux dans le dossier de l'amiante. L'objectif de ce Comité était de faire des recommandations concernant les mesures appropriées d'information de la population et de protection de la santé publique à mettre en œuvre en rapport avec la situation de l'amiante au Québec. De nombreux travaux ont été effectués pour répondre à ce mandat. Ils ont été synthétisés dans trois documents qui peuvent être consultés sur le site Internet de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) (De Guire et al., 2003; Lajoie et al., 2003; De Guire et Lajoie, 2003).

    En 2002, le gouvernement du Québec a adopté une...

  • 15 septembre 2005

    In 1997, in light of international developments with respect to asbestos, the ministère de la Santé et des Services sociaux (Québec's department of health and social services) set up the Comité aviseur sur l'amiante (asbestos advisory committee) to make recommendations concerning appropriate measures for informing the public about the asbestos situation in Québec and protecting public health in this regard. To carry out this mandate, the committee conducted a number of studies. These were synthesized in three documents that may be consulted on the website of the Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) (De Guire et al., 2003; Lajoieet al., 2003; De Guire & Lajoie, 2003).

    In 2002, the Québec government adopted a Politique d'...

S'abonner à France Labrèche