Revue des études épidémiologiques sur les maladies reliées à l'exposition à l'amiante ajouté aux enrobés bitumineux

L'Institut national de santé publique du Québec a reçu du ministère de la Santé et des Services sociaux le mandat de rédiger un avis sanitaire portant sur les enrobés bitumineux contenant de l'amiante chrysotile.

Pour aider à préparer cet avis, le présent document résume la littérature épidémiologique publiée sur les maladies reliées à l'exposition à l'amiante survenues chez les travailleurs exposés à l'amiante ajouté au bitume pour le recouvrement des chaussées. Les maladies ici retenues sont les cancers du poumon et du larynx, les mésothéliomes de la plèvre et du péritoine et l'amiantose. Nous avons aussi présenté les résultats sur les cancers de la plèvre, car la majorité d'entre eux sont des mésothéliomes.

Très peu d'articles ont été publiés sur le sujet. Le contenu du rapport repose essentiellement sur les résultats d'une étude multicentrique menée dans sept pays d'Europe (Danemark, Norvège, Suède, Finlande, Pays-Bas, Allemagne et France) et en Israël auprès d'une cohorte de 79 822 travailleurs dans l'industrie du pavage et de la préparation de l'asphalte. L'objectif principal était d'étudier la relation entre le cancer du poumon et l'exposition aux fumées de bitume. Ces travailleurs, tous de sexe masculin, ont été divisés en trois groupes selon le titre d'emploi : 29 820 travailleurs présumés exposés aux fumées de bitume, 32 245 travailleurs du bâtiment et de la construction de routes et 17 757 autres travailleurs non exposés directement au bitume. Ils ont également été divisés selon leur exposition à certains cancérogènes associés au bitume, dont le goudron de houille, l'amiante (sans précision sur le type de fibre), la silice et les émanations de diesel.

L'étude montrait, pour les travailleurs exposés à l'amiante, un rapport standardisé de mortalité (standardized mortality ratio ou SMR) légèrement augmenté pour le cancer du poumon, bien qu'il soit non significatif (SMR = 1,05; intervalle de confiance à 95 % (IC 95 %) = 0,94-1,17). Elle montrait aussi une augmentation non significative du SMR et du risque relatif de cancer du poumon avec l'intensité semi-quantitative d'exposition à l'amiante. Cependant, les auteurs ne pouvaient exclure totalement que les travailleurs aient été exposés à d'autres cancérogènes. L'étude ne montrait pas d'excès de cancer du larynx et aucun résultat n'était rapporté sur le cancer du péritoine et sur l'amiantose en fonction de l'exposition à l'amiante.

Pour l'ensemble des 79 822 travailleurs de l'industrie du bitume, 17 décès par cancer de la plèvre étaient rapportés, sans excès significatif. En Finlande, deux décès par mésothéliome de la plèvre étaient mentionnés : un parmi les travailleurs exposés aux fumées de bitume et un parmi les travailleurs du bâtiment et de la construction de routes. Quatre cas incidents de cancer de la plèvre ont été rapportés chez les travailleurs exposés aux fumées de bitume des quatre pays scandinaves, avec un rapport standardisé d'incidence (standardized incidence ratio ou SIR) significativement augmenté (SIR = 4,23; IC 95 % = 1,15-10,83).

Les risques à la santé reliés à une exposition environnementale aux enrobés bitumineux contenant de l'amiante n'ont fait l'objet d'aucune étude épidémiologique.

Les limites méthodologiques et le peu d'études sur les enrobés bitumineux contenant de l'amiante ne permettent pas de conclure sur l'existence ou non d'un lien entre l'exposition au bitume contenant de l'amiante et la survenue de maladies liées à l'amiante, tant chez les travailleurs que dans la population générale.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-58966-2

ISBN (imprimé): 

978-2-550-58965-5

Notice Santécom: