Bulletin d'information en santé environnementale

  • Brèves d'actualité

Explosion au Texas : comment, pourquoi et quels sont les risques potentiels?

Le 17 avril dernier, un incendie dont l’origine demeure indéterminée a provoqué l’explosion d’un réservoir d’ammoniac situé sur le site de la compagnie West Fertilisant Co, Texas. En plus d’avoir occasionné la mort de plusieurs personnes et d’en avoir blessé plusieurs dizaines d’autres, la déflagration à causé d’importants dommages matériels dans la petite municipalité de West. Selon les informations disponibles, les quelques 25 tonnes d’ammoniac gazeux présentes sur le site était conservées dans des réservoirs maintenu à de très basses températures afin de maintenir le gaz sous forme liquide. Destiné à des fins agricoles, cet ammoniac devait être utilisé par les producteurs locaux à titre d’engrais chimique.

Quel sont les possibles causes de la déflagration?

L’ammoniac (NH3) est un composé gazeux qui peut être entreposé sous forme liquide lorsqu'il est porté à une température de -33°C (à pression atmosphérique normale). Au contact de l’air, il forme un mélange susceptible de s’enflammer lorsque sa concentration atteint entre 15 et 28 %. L’incendie qui faisait rage sur le site a pu occasionner la dispersion d’ammoniac et fournir les conditions nécessaires pour embraser le mélange gazeux. L'eau utilisée par les pompiers pour combattre l’incendie aurait également pu avoir un effet aggravant. Au contact de l’eau, la transformation de l'ammoniac gazeux en ammoniaque (NH4OH) par l’entremise d’une réaction exothermique, dégage de grandes quantités de chaleur; au-delà de 651°C, température facilement atteinte lors d'un incendie, le mélange explose spontanément.

Quel sont les risques potentiel à la santé ?

Lorsqu’il est présent à de très faibles concentrations, l'ammoniac inhalé est sans danger. Il en est tout autrement lorsque des personnes sont exposées à des concentrations élevées. Dans de telles circonstances, l'ammoniac est susceptible de provoquer des brûlures aux yeux, à la peau et au système respiratoire. En cas d'accident, le seuil des effets irréversibles est atteint en 3 minutes à une concentration de 1 000 ppm et le seuil des effets létaux en 30 minutes à une concentration de 6 200 ppm (Tissot et Pichard 2003). [PP]

Sources :

Le Figaro, édition web, 18 avril 2013

The Washington Post édition web, 18 avril 2013.

Tissot, S. et A. Pichard Seuils de Toxicité Aiguë Ammoniac (NH3) Rapport Final 2003. Ministère de l’Écologie, du Développement durable Ministère de la Santé, de la Famille et des Personnes Handicapées