Bulletin d'information en santé environnementale

  • Brèves d'actualité

Évaluation des risques pour la santé humaine des gaz d’échappement des moteurs à essence

Santé Canada présente, dans sa récente publication Évaluation des risques pour la santé humaine des gaz d’échappement des moteurs à essence, une analyse quantitative des impacts sur la santé de la population liés à la contribution des émissions de véhicules et moteurs à essence aux concentrations de polluants atmosphériques au Canada. Les résultats de la modélisation montrent que les sources mobiles à essence sur route et hors route émettent une fraction importante des émissions de polluants atmosphériques au Canada, particulièrement dans les régions urbaines plus densément peuplées et caractérisées par un fort taux d’utilisation de véhicules personnels. Ces émissions contribuent de façon substantielle aux concentrations de polluants atmosphériques, notamment de particules fines (PM2,5), de dioxyde d’azote (NO2), d’ozone (O3) et de monoxyde de carbone (CO), dont la présence est associée à des effets néfastes sur la santé publique. Pour l’année 2015, Santé Canada a estimé que 940 décès prématurés seraient attribuables aux émissions des véhicules à essence sur route et hors route au Canada. Pour le Québec, 270 décès prématurés seraient associés aux émissions des véhicules à essence sur route et hors route, toujours en 2015. En plus des décès prématurés, les émissions de sources mobiles à essence contribueraient à l’augmentation de la morbidité, se reflétant notamment par une augmentation des hospitalisations et des visites à l’urgence, mais aussi par des journées où certains individus, de par leur condition physique, doivent restreindre leurs activités, ou, encore, sont incommodés par des symptômes d’exacerbation de l’asthme ou d’autres maladies respiratoires. Toujours selon cette analyse, le coût total associé à cette morbidité et mortalité attribuable aux émissions de sources mobiles à essence sur route et hors route est évalué à 7,3 milliards de dollars pour l’ensemble du pays, en 2015. Pour le Québec, le coût de ces impacts sanitaires serait de 3,1 millions de dollars. Les résultats de cette analyse démontrent l’importance des émissions des moteurs à essence sur les niveaux ambiants de pollution atmosphérique et sur la santé de la population canadienne.

Sources :

Santé Canada (2017).