Alain Lesage

  • 30 octobre 2017

    Ce rapport présente la prévalence et le taux d’incidence du trouble du spectre de l’autisme (TSA). Il démontre également la capacité du Système intégré de surveillance des maladies chroniques du Québec (SISMACQ) à identifier les comorbidités associées au TSA et le profil d’utilisation des services médicaux. Les estimations ont été obtenues à partir d’un suivi longitudinal allant du 1er avril 2000 au 31 mars 2015 pour toutes personnes admissibles à la couverture du régime de santé âgées de 1 à 24 ans. Pour être considéré comme ayant le TSA, l’individu devra avoir eu au moins une visite médicale ou une hospitalisation avec un diagnostic principal de TSA.

    • Les résultats montrent un accroissement constant du TSA dans le temps. En 2014-15, il y avait au Québec près de...
  • 14 juin 2016

    L’électroconvulsivothérapie (ECT) est une intervention médicale de derniers recours utilisée pour certains troubles mentaux sévères qui résistent aux traitements par médicaments tels que la dépression majeure, la schizophrénie, la manie et plus rarement pour quelques conditions médicales graves. Elle consiste à induire une convulsion dans le cerveau, à l’aide d’un courant électrique.

    Cette étude portant sur le suivi de l’ECT dresse un portrait détaillé de l’utilisation de cette thérapie au Québec de 1996 à 2013. Pendant cette période, 8 149 personnes ont reçu de l’ECT, dont 804 personnes traitées en moyenne par année.

    Au Québec, l’ECT est encore un traitement d’exception dont l’utilisation est conforme aux normes de pratiques cliniques énoncées dans les lignes...

  • 6 janvier 2016

    The aim of this report is to describe the use of administrative databases to estimate the prevalence of diagnosed group B personality disorders, along with service utilization and mortality. This group will be compared to personality disorders outside of group B and to serious or common psychiatric conditions (schizophrenia, anxio-depressive disorders) concerning which the INSPQ has already published.

    Group B personality disorders represent a common psychiatric condition. Their mortality rate classifies them among chronic disorders, both psychiatric and physical, with very high case fatality (Lesage et al., 2012; Lesage et al., 2015). Moreover, and notably, the excess mortality associated with this psychopathology does not take into account the psychological suffering...

  • 27 mai 2015

    L'objectif principal de ce document est de développer un algorithme d'identification des patients québécois diagnostiqués d'un trouble de la personnalité et d'en mesurer la prévalence, la mortalité et le profil d'utilisation des services à partir de l'analyse des banques de données médico-administratives.

    Les résultats montrent que la prévalence de l'ensemble des troubles de la personnalité au Québec se situe à 25 pour mille habitants. Comparativement aux non atteints, il est observé, chez les personnes diagnostiquées d'un trouble de la personnalité, une surmortalité pour toutes les causes de décès. De plus, le suicide est la cause la plus importante de décès. À l'image des personnes qui ont reçu un diagnostic de schizophrénie, celles avec un trouble de la personnalité ont un...

  • 17 juillet 2013

    Although population surveys based on standardized questionnaires on mental disorders convey information on prevalence, they cannot provide timely monitoring data on changes in prevalence of mental disorders or their complications. Moreover, they cannot deliver information on links between services offered and utilization that could be used provincially, regionally and locally for mental health prevention planning and service organization.

    To overcome this problem, the unité Surveillance des maladies chroniques et de leurs déterminants (USMCD; Chronic Diseases and determinants Surveillance Unit) at the Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) was given the mandate to develop and implement a mental disorder surveillance system in Québec.

    To shed light on the...

  • 4 décembre 2012

    Bien que les enquêtes populationnelles basées sur des questionnaires standardisés sur les troubles mentaux renseignent sur leur prévalence, elles ne peuvent pas fournir, en temps opportun, de données propres à la surveillance des changements de leur prévalence ou celle de leurs complications. De plus, elles ne peuvent pas renseigner sur le lien entre l'offre et l'utilisation des services, ce qui permettrait de soutenir la planification de la prévention et l'organisation des services de santé mentale au niveau provincial, régional ou local.

    Pour pallier cette difficulté, l'unité Surveillance des maladies chroniques et de leurs déterminants (USMCD) de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a reçu le mandat de développer et de mettre en oeuvre un système de...

S'abonner à Alain Lesage