Surveillance des troubles mentaux au Québec : prévalence, mortalité et profil d'utilisation des services

Bien que les enquêtes populationnelles basées sur des questionnaires standardisés sur les troubles mentaux renseignent sur leur prévalence, elles ne peuvent pas fournir, en temps opportun, de données propres à la surveillance des changements de leur prévalence ou celle de leurs complications. De plus, elles ne peuvent pas renseigner sur le lien entre l'offre et l'utilisation des services, ce qui permettrait de soutenir la planification de la prévention et l'organisation des services de santé mentale au niveau provincial, régional ou local.

Pour pallier cette difficulté, l'unité Surveillance des maladies chroniques et de leurs déterminants (USMCD) de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a reçu le mandat de développer et de mettre en oeuvre un système de surveillance des troubles mentaux au Québec.

Ainsi, afin de renseigner sur la nature et l'ampleur des troubles mentaux au Québec, l'USMCD publie ce premier rapport de surveillance des troubles mentaux pour les années 1999-2000 à 2009-2010. Celui-ci renseigne sur la prévalence diagnostiquée de l'ensemble des troubles mentaux, des troubles anxio-dépressifs et des troubles schizophréniques au Québec. Il informe également sur la mortalité associée à ces troubles et sur l'utilisation des services de santé mentale par les personnes atteintes de ces troubles.

En conclusion, le présent rapport porte un regard nouveau sur les personnes atteintes de troubles mentaux au Québec. Il permet d’affirmer que la prévalence des troubles mentaux est demeurée stable chez les adultes au Québec. Elle a toutefois augmenté de façon importante chez les enfants et les adolescents entre 1999 et 2010, bien que cela s’explique probablement par le diagnostic plus fréquent du TDAH. De plus, ce rapport met en évidence la surmortalité que les personnes atteintes de troubles mentaux connaissent, quelle que soit la gravité de leur trouble de santé mentale. Ce rapport souligne enfin que les médecins de famille sont les professionnels de santé les plus consultés par les personnes aux prises avec un trouble courant de santé mentale. Ces constats appellent l’ensemble du système de santé et des services sociaux, et non pas les seuls services spécialisés, à intervenir pour améliorer le portrait de santé des Québécois atteints de troubles mentaux.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Collection: 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-66505-2

ISBN (imprimé): 

978-2-550-66504-5

ISSN (électronique): 

1922-1762

ISSN (imprimé): 

1922-1754

Notice Santécom: