Bulletin d'information en santé environnementale

  • Publication

Bilan des éclosions des maladies d’origine hydrique, Québec, 2008‑2009

Auteur(s): 

  • Magalie Canuel
    M. Sc, conseillère scientifique, Institut national de santé publique du Québec
  • Germain Lebel
    M. A., M. Sc., conseiller scientifique, Institut national de santé publique du Québec

Introduction

En 2009, un bilan des éclosions de maladies d’origine hydrique survenues de 2005 à 2007 a été diffusé1. Cet article constitue une mise à jour des données de surveillance des éclosions de maladie d’origine hydrique pour la période de janvier 2008 à décembre 2009.

La méthode de collecte et d’analyse des données n’ayant pas changé depuis le dernier rapport, seuls les résultats sont présentés. Pour de plus amples détails concernant la méthodologie, nous vous invitons à consulter le rapport qui couvre la période 2005 à 20071. Rappelons simplement que les éclosions sont colligées à partir de trois sources de données indépendantes, soit : les signalements d’éclosions reçus dans les directions de santé publique (DSP), le registre ÉCLOSIONS du fichier des maladies à déclaration obligatoire, ainsi que le registre des toxi-infections alimentaires du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ).

Résultats

Au Québec, de 2008 à 2009, on dénombre 19 éclosions de maladies d’origine hydrique, soit 15 en 2008 et 4 en 2009 (tableau 1). Comme pour la période précédente (2005-2007), la région de la Montérégie est celle qui a reçu le plus de signalements d’éclosions (n=5). Par ailleurs, dix régions sociosanitaires n’ont reçu aucune déclaration d’éclosion d’origine hydrique de 2008 à 2009 (tableau 1).

Tableau 1 Nombre d’éclosions de maladies d’origine hydrique signalées entre le 1er janvier 2008 et le 31 décembre 2009, par région sociosanitaire

Région sociosanitaire

Année

Total

2008

2009

 

01 Bas-Saint-Laurent

0

0

0

02 Saguenay Lac-Saint-Jean

0

0

0

03 Capitale-Nationale

2

0

2

04 Mauricie et Centre-du-Québec

1

1

2

05 Estrie

3

0

3

06 Montréal

0

1

1

07 Outaouais

0

0

0

08 Abitibi-Témiscamingue

0

0

0

09 Côte-Nord

0

0

0

10 Nord-du-Québec

0

0

0

11 Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine

0

0

0

12 Chaudière-Appalaches

1

1

2

13 Laval

0

0

0

14 Lanaudière

0

1

1

15 Laurentides

3

0

3

16 Montérégie

5

0

5

17 Nunavik

0

0

0

18 Terres-Cries-de-la-Baie-James

0

0

0

Province

15

4

19

 
Tout comme pour la période 2005-2007, les éclosions de nature infectieuse sont les plus fréquemment rapportées avec 16 éclosions sur 19 (tableau 2). Malgré le faible nombre d’éclosions de 2008 à 2009, on remarque qu’il y a peu de différence dans la répartition des catégories « usage de l’eau » et « type d’exposition » (c’est-à-dire qu’aucune catégorie ne semble plus fréquente) (tableau 2). L’agent étiologique est inconnu dans 26 % (5/19) des éclosions d’origine hydrique. Une seule éclosion a été enregistrée dans les trois sources de données (tableau 3).

Tableau 2 Nombre d’éclosions de maladies d’origine hydrique selon la nature de l’éclosion, l’usage de l’eau, le type d’exposition et l’agent soupçonné, Québec, 2008 à 2009

 

Année

Total

 

2008

2009

 

Nature de l'éclosion

     

Chimique

2

1

3

Infectieuse

13

3

16

Usage de l'eau

     

Eau de consommation

5

0

5

Usage récréatif

5

2

7

Inconnu

5

2

7

Type d'exposition

     

Contact avec l'eau

5

1

6

Ingestion d'eau

5

0

5

Inhalation

0

1

1

Inconnu

5

2

7

Agent soupçonné

     

Arsenic

1

0

1

Chloramines

1

0

1

Chlore

0

1

1

Giardia sp.

3

1

4

Cercaires ou schistosomes

2

0

2

Campylobacter sp.

1

0

1

Pseudomonas aeruginosa

1

0

1

E. Coli pathogène

1

0

1

Salmonella sp.

1

0

1

Shigella sp.

0

1

1

Agent infectieux indéterminé

4

1

5

Total

15

4

19

Tableau 3 Nombre d’éclosions selon la source de données, Québec, 2008 à 2009

 

Année

Total

 

2008

2009

 

Source de données

     

Signalement aux DRSP seulement

9

1

10

Registre ÉCLOSIONS seulement

1

1

2

MAPAQ seulement

4

1

5

Signalement aux DSP et registre ÉCLOSIONS

1

0

1

Les trois sources de données

0

1

1

Total

15

4

19

Au moins 182 personnes ont été impliquées dans les 19 éclosions d’origine hydrique rapportées au Québec entre 2008 et 2009, ce qui représente en moyenne 9,6 personnes par éclosion (tableau 4). Cette moyenne était de 7,3 personnes pour la période 2005 à 2007. L’éclosion ayant impliqué le plus grand nombre de personnes (74) est survenue dans un lac en Estrie au mois de juin 2008. Lors de cette éclosion, dont les cercaires sont soupçonnées être responsables, des symptômes de dermatites ont été observés chez les baigneurs à au moins trois des plages de ce lac. L’analyse d’échantillons d’escargots à ces plages a démontré un taux de contamination parasitaire de 1 %, ce qui peut expliquer les symptômes de dermatites. En ce qui concerne l’éclosion ayant impliqué le deuxième plus grand nombre de personnes (31) l’agent soupçonné est Shigella (tableau 4). Pour la période à l’étude, une personne a été hospitalisée en lien avec l’éclosion de Shigella et aucun décès n’a été rapporté.

Tableau 4 Nombre de personnes impliquées lors des éclosions de maladies d’origine hydrique, selon l’agent soupçonné, Québec, 2008 à 2009

Agent soupçonné

Nombre d'éclosions

Nombre de personnes impliquées

Nombre moyen de personnes impliquées par éclosion

Nombre maximum de personnes impliquées dans une éclosion

Arsenic

1

4

4,0

4

Chloramines

1

4

4,0

4

Chlore

1

2

2,0

2

Giardia sp.

4

12

3,0

4

Cercaires ou schistosomes

2

79

39,5

74

Campylobacter sp.

1

2

2,0

2

Pseudomonas aeruginosa

1

8

8,0

8

E. Coli pathogène

1

6

6,0

6

Salmonella sp.

1

17

17,0

17

Shigella sp.

1

31

31,0

31

Agent infectieux indéterminé

5

17

3,4

5

Total

19

182

9,6

74

En conclusion, la fréquence des éclosions de maladies d’origine hydrique ainsi que le nombre de personnes impliquées sont demeurés faibles au Québec de 2008 à 2009.

Tel que mentionné dans le rapport concernant la période 2005-2007, les prochains rapports de surveillance détaillés seront produits à chaque période de trois ou quatre ans. Entre temps, les données 2008-2009 seront ajoutées aux données déjà disponibles dans l’onglet du Plan commun de surveillance du Portail de l’Infocentre de santé publique (https://www.infocentre.inspq.rtss.qc.ca/portail/sante/public/infocentre/accueil/?lang=fr).

Bibliographie

  1. Canuel, M., Lebel, G. (2009) Surveillance des éclosions des maladies d'origine hydrique au Québec. Bilan du 1er janvier 2005 au 31 décembre 2007 Québec.

Sujet(s):