Bulletin d'information en santé environnementale

  • Résumé scientifique

Le texte qui suit est le résumé d’une publication scientifique (ou d’une étude) n’ayant pas été réalisée par l’Institut national de santé publique du Québec. Cette analyse critique ne peut donc pas être considérée comme la position de l’Institut. Son objectif est de porter à l’attention des lecteurs des éléments récents de la littérature scientifique, et ce, sous un éclairage critique découlant de l’expertise des auteurs du résumé.

La formation continue en santé environnementale, genèse d'une initiative prometteuse

Auteur(s): 

  • Claire Laliberté
    M. A., M. Sc., conseillère scientifique, Institut national de santé publique du Québec

La santé environnementale vise traditionnellement la protection de la santé et la prévention des problèmes de santé reliés aux menaces d’origine chimique, biologique et physique associées aux différents milieux (eau, air, sol, etc.) de l’environnement. Dans le contexte actuel, où les enjeux de santé liés à l’environnement sont fréquemment rapportés par les média, nous devons constater que les situations professionnelles auxquelles sont confrontés les divers acteurs en santé environnementale sont de plus en plus complexes, nécessitant une forte capacité d’adaptation et l’acquisition de nouveaux apprentissages. Une vision élargie de l’environnement telle que proposée par la Charte d’Ottawa apparaît comme l’une des clés de voute pour l’élaboration de programmes de formation pour les professionnels de santé environnementale adaptés au contexte actuel.

Ce résumé présente un exemple en ce sens et relate la genèse d’un nouveau diplôme universitaire de maîtrise en santé environnementale élaboré en France (Risques pour la santé liés à l’environnement : un besoin de formations spécifiques? Y. Remvikos, Environnement, Risque & Santé, Vol. 11, no 5 : 426-29, 2012).

Le contexte européen

La mise sur pied de conférences interministérielles en Santé Environnement depuis 1989, par l’Organisation mondiale de la santé Europe, et la décision des pays membres d’adopter des Plans nationaux santé environnement ont permis au domaine la santé environnementale d’être reconnu comme un champ d’intervention contribuant à l’amélioration de la santé de la population. La réflexion sur les compétences en santé environnementale a par ailleurs été nourrie par l’adoption de la Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé, qui met en évidence notamment l’importance d’adopter des politiques pour la création d’environnements favorables à la santé et le renforcement de l’action communautaire. L’environnement, tel que défini par la Charte, fait référence autant aux domaines de la technologie, de l’urbanisation qu’aux milieux naturels et artificiels.

Le territoire comme entité structurante

Le programme intitulé Science de la Santé, de l’Environnement, du Territoire et de la Société est basé sur l’interdisciplinarité et est conçu de manière à couvrir un large spectre de connaissances disciplinaires (épidémiologie, toxicologie, écologie, économie, droit) et de modules thématiques sur la pollution par les substances chimiques. L’accent est toutefois placé sur le renforcement des capacités à concevoir, évaluer et suivre les politiques à toutes les échelles en lien avec des enjeux de durabilité et leurs impacts potentiels sur la santé. À titre d’exemple, des cours sur la santé en lien avec les politiques territoriales ou sur le droit de l’environnement en relation avec la santé sont offerts dans le cadre du programme.

L’orientation du programme vers des enjeux liés à la planification urbaine et à l’aménagement du territoire traduit cette vision élargie de l’environnement et la prise en compte des déterminants sociaux de la santé ainsi que de la réduction des inégalités géographiques ou sociales. Au-delà des questions de pollution, de bruit ou de salubrité, par exemple, le programme vise l’intégration des problématiques qui concernent la qualité résidentielle, l’accès aux services de santé, les loisirs ou les transports.

Dans l’esprit du programme de formation, le professionnel de santé environnementale joue un rôle central dans la promotion «d’une culture commune de l’ensemble des acteurs concernés, décideurs politiques, intervenants institutionnels, professionnels de différents secteurs, mais aussi de la société civile» (p.428).

Les principales compétences visées par le programme sont :

  • Poser une problématique environnementale, dresser et analyser des représentations, évaluer les enjeux (y compris de la gouvernance);
  • Réaliser des diagnostics complexes sur les risques et/ou les impacts sanitaires liés aux activités de production ou les politiques et programmes;
  • Intégrer la protection de la santé et de l’environnement dans la politique de l’entreprise ou des collectivités
  • Assurer l’animation territoriale en faveur de la santé, avecl’ensemble des acteurs institutionnels, mais aussi la participation de la population;
  • Participer à l’élaboration de mesures (humaines, techniques et réglementaires) de gestion des risques, esquisser une analyse coûts-avantages et assurer la communication sur les risques (discussion avec les acteurs, rédaction des documents d’information, mise en place des indicateurs et des tableaux de bord). (Tirées intégralement de l’article)

Des modalités d’enseignement adaptées

Les cours du programme sont disponibles principalement en ligne, favorisant ainsi l’accès aux professionnels en milieu de travail. Le programme est offert aux participants en provenance de pays de la francophonie, dont plusieurs de l’Afrique ou du Moyen-Orient avec le soutien de l’Agence universitaire de la francophonie. Le programme s’étale sur deux ans, incluant trois semestres de cours et un stage professionnel. Sur le territoire français, des rencontres de cinq jours sont organisées et animées par des professionnels issus de diverses organisations partenaires, dont l’Institut de veille sanitaire et l’observatoire régional de la santé Île-de-France. Les premiers étudiants ont été diplômés en juillet 2012. Un bilan du programme sera effectué au cours de l’année 2013.

Pour en savoir plus sur le programme de M2 de l’Université de Versailles : www.uvsq.fr/master-2-professionnel-sciences-de-la-sante-de-l-environnement-du-territoire-et-de-la-societe-ssents--116474.kjsp

Charte d’Ottawa : www.phac-aspc.gc.ca/ph-sp/docs/charter-chartre/pdf/chartre.pdf

Sujet(s):