Chaleur

 Bulletin d'information en santé environnementale

  • 16 mai 2016

    Dans le contexte des changements climatiques, il est probable que le nombre et l’amplitude des vagues de chaleur soient à la hausse dans les prochaines années. L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a développé, à la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), un système de surveillance et de prévention des impacts sanitaires des événements climatiques extrêmes (SUPREME). Ce système constitue un outil d’aide à la décision pour les mesures d’urgence et la prévention des problèmes de santé liés aux événements climatiques extrêmes.

    Depuis 2010, l’équipe de surveillance en santé environnementale de l’INSPQ, en collaboration avec l’équipe des changements climatiques, réalise annuellement le bilan des impacts sanitaires des vagues de chaleur...

  • 18 mars 2016

    En raison des changements climatiques et de leurs conséquences sur la santé des populations, des systèmes d’alerte et de surveillance ont été développés à travers le monde1-2, notamment au Québec3. Très utiles à la santé publique, les données de ces systèmes demeurent toutefois incomplètes, car elles ne tiennent pas compte de l’adaptation. Il faut dire que la nature...

  • 4 mai 2015

    Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), le nombre de journées et de nuits chaudes s’accroîtra presque certainement à l’échelle de la planète d’ici la fin du XXIe siècle. La durée, la fréquence ou l’intensité des périodes chaudes ou de vagues de chaleur augmenteront aussi très probablement. Or, ces événements affectent déjà la santé des populations les plus défavorisées et des populations des centres urbains, peu importe le niveau de développement des pays.

    Cet article présente les principaux indicateurs de la prévalence d’impacts sanitaires néfastes autorapportés lorsqu’il fait très chaud et...

  • 14 avril 2015

    En 2014, la période de veille saisonnière estivale (15 mai au 30 septembre) a été marquée par des vagues de chaleur extrême dans trois régions sociosanitaires (RSS) (Tableau 1).

    Tableau 1 - Vagues de chaleur extrême 2014

    Une vague de chaleur extrême a été définie comme « les jours où les moyennes mobiles sur trois jours de la...

  • 28 novembre 2014

    Le Plan d’action sur les changements climatiques 2006-2012 du gouvernement du Québec visait notamment l’adaptation des communautés aux changements climatiques tant sur le plan individuel qu’en ce qui concerne les infrastructures et les programmes. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) était responsable du volet santé de l’Action 21 visant l’instauration des mécanismes devant servir à prévenir et à atténuer les impacts des changements climatiques sur la santé. À cet effet, le MSSS a confié à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) le mandat de soutenir le milieu municipal et les réseaux de la petite enfance et de l’éducation afin de mettre en place des mesures de lutte aux îlots de chaleur urbains (ICU). Ainsi, l’INSPQ a appuyé de nombreux projets de...

  • 27 octobre 2014

    L’International Journal of Environmental Research and Public Health a publié le 24 octobre dernier les résultats d’une enquête menée dans neuf grandes villes du Québec. Celle-ci porte sur les effets de la chaleur et de l’humidité en période estivale sur la santé physique et psychologique, tels que perçus par les 3 500 participants à l’étude, résidant dans des quartiers défavorisés.

    Pour consulter le texte intégral : www.mdpi.com/1660-4601/11/11/11028

    Référence complète :

    Bélanger D, Gosselin P, Valois P, Abdous B. Perceived Adverse Health Effects of Heat and Their Determinants in Deprived Neighbourhoods: A Cross-Sectional Survey of Nine Cities in Canada. International...

  • 2 juillet 2014

    Depuis mai 2010, le système de Surveillance et de prévention des impacts sanitaires des évènements météorologiques extrêmes (SUPREME), développé par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), est disponible pour les autorités de santé publique. Il compte plusieurs volets soient : chaleur, froid, inondations, etc. Le volet chaleur du SUPREME a pour but d’identifier des vagues de chaleur extrême afin de permettre aux autorités de santé publique de mettre en place, en temps opportun, des mesures de prévention et de protection de la santé de la population. Ce système émet des avertissements de chaleur extrême fondés sur les prévisions des températures. Il présente également des données météorologiques et des indicateurs sanitaires en temps réel ou quasi réel, ainsi qu’un...

  • 2 juillet 2014

    Depuis quelques années, les conséquences sur la santé humaine des changements climatiques dans les agglomérations urbaines font de plus en plus l’objet d’études scientifiques. On pensera notamment aux différents rapports émis par le GIEC. Certaines pratiques typiquement urbaines y ont ainsi été remises en question, tant par leur impact sur l’environnement que sur la santé. Le recouvrement de terrains de sport par un revêtement de gazon synthétique est l’une de ces pratiques qui suscitent des interrogations en provenance des milieux politiques, scientifiques et citoyens.

    Inventés en 1964 par l’entreprise américaine Astroturf, les revêtements en gazon artificiel ont révolutionné le monde du sport avec une promesse : il serait enfin possible de s’adonner au soccer, au...

  • 9 juin 2014

    Les systèmes d'alertes météorologiques sont parmi les principaux moyens d'intervention utilisés par les pouvoirs publics pour protéger la population des aléas du climat. Certains systèmes incorporent, de plus, des conseils préventifs. Plus particulièrement, les systèmes d'alertes météorologiques permettent à l'État de surveiller les conditions météorologiques et d'émettre des alertes lorsque des évènements météorologiques extrêmes, tels que des vagues de chaleur ou du smog, constituent une menace à la santé de la population. Comme c'est le cas de toutes les interventions publiques, il est important d'analyser la performance de ces systèmes afin d'évaluer leur contribution à la sécurité et au bien-être de la population. Ce guide revoit les méthodes proposées et offre des modèles et...

  • 9 juin 2014

    Ce rapport a été réalisé conjointement par l'Institut national de santé publique du Québec et l'Université de Montréal dans le cadre du volet santé de l'Action 21 du Plan d’action 2006-2012 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec. Financée par le Fonds vert, cette étude s'insère dans les travaux visant le soutien de l'adaptation du réseau de la santé aux aléas météorologiques extrêmes sur les plans clinique, social et matériel, et ce, afin de protéger les populations les plus vulnérables. Une revue systématique sur la relation médicaments-canicule a ainsi été entreprise afin de différencier quels sont les médicaments réellement à risque de ceux qui ne le sont que théoriquement, réduisant ainsi la liste de personnes à risque durant une canicule (d'où une meilleure...

Pages

S'abonner à Chaleur