Articles de octobre 2015

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) invite tous les médecins cliniciens québécois, tant généralistes que spécialistes, à participer à une enquête sur la pratique de prescription de médicaments opioïdes dans le contexte de gestion de la douleur chronique d’origine non cancéreuse. Cette enquête s’inscrit dans un projet plus vaste qui vise non seulement à limiter l’abus ou le mésusage de médicaments sur ordonnance au Canada, mais aussi à améliorer la pratique de gestion de la douleur chronique d’origine non cancéreuse chez les patients.

Pour ce faire, il suffit de répondre à un questionnaire dont la durée est d'environ 15 minutes, et cela, avant le 16 novembre prochain.

Menée en collaboration avec le Collège des médecins du Québec, la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke et le Centre de recherche et d’aide pour narcomanes (CRAN), cette enquête permettra également de documenter les besoins de formation dans ce domaine.

Rappelons que la prescription et la consommation de médicaments sur ordonnance, tels que les médicaments opioïdes, ont augmenté de façon majeure au Québec au cours des dernières années. Une hausse importante du nombre et du taux de décès attribuables à une intoxication par opioïde a également été rapportée pour la province entre 2000 et 2012 chez la population âgée de 20 ans et plus, selon des études récemment publiées par l’Institut l’INSPQ.

Pour consulter ces études : https://www.inspq.qc.ca/publications/1738 et https://www.inspq.qc.ca/publications/1945.

Afin de bénéficier d'un tarif préférentiel, les participants aux incontournables 19es Journées annuelles de santé publique (JASP) ont dorénavant jusqu'au 13 novembre 2015 pour s'inscrire. Faites-le dès maintenant en ligne : http://jasp.inspq.qc.ca/inscription2015.aspx

Des tarifs avantageux sont aussi offerts aux étudiants à temps plein et aux organisations à but non lucratif. Pour consulter les programmes détaillés des activités scientifiques, visitez le site à l'adresse suivante : http://jasp.inspq.qc.ca/programmes2015.aspx 

Les Journées annuelles de santé publique sont un événement de formation continue organisé par un consortium de partenaires formé du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, de l’Institut national de santé publique du Québec, de l’Institut de la statistique du Québec, des directions de santé publique des agences de la santé et des services sociaux du Québec, de l’Association des médecins spécialistes en santé communautaire du Québec et de l’Association pour la santé publique du Québec, en collaboration avec l’Agence de la santé publique du Canada.

Catégories: 

Vous souhaitez favoriser l’application optimale des mesures reconnues de prévention et contrôle des infections nosocomiales (PCI)? Inscrivez-vous dès maintenant à ce programme de formation qui s’adresse aux gestionnaires, professionnels et médecins concernés par la PCI, le retraitement des dispositifs médicaux, l’hygiène et la salubrité, ainsi que par les sujets en lien avec le CIPIN.

Pour connaître les sujets et l’horaire du programme de formation en ligne, consultez le Feuillet d’information du programme de formation en PCI 2015-2016.

Pour plus de détails et pour vous inscrire, consultez la page du Programme de formation en ligne en prévention et contrôle des infections dans les établissements de santé 2015-2016

.

Le Comité d’éthique de santé publique (CESP) qui relève de l'Institut national de santé publique lance un appel de candidatures pour combler des sièges de représentants de la population et de professionnel en santé publique.

Les caractéristiques communes recherchées chez ces personnes sont, entre autres, leur intérêt pour les questions de santé publique et leur sensibilité à la dimension éthique de ces questions, leur ouverture d’esprit, leur capacité à exprimer leurs idées et à les réviser, le cas échéant, à la lumière de nouveaux arguments, leur respect des personnes lors de délibérations et la volonté de participer au développement d’actions de santé publique qui reflètent les valeurs les plus importantes dans une situation donnée.

À titre de membres de la population, les personnes ne doivent avoir aucun lien professionnel avec le réseau de la santé et des services sociaux. Elles ont de l’expérience dans des délibérations en groupes sur des divers enjeux sociaux associés à la santé de la population.

À titre de professionnel en santé publique, les personnes travaillent à la gestion, à la coordination ou à la prestation de programmes ou d’activités de santé publique, dans un CISSS ou un CIUSSS.

Le Comité se compose de huit membres dont un éthicien, un directeur de santé publique, deux professionnels œuvrant en santé publique, un avocat et trois représentants de la population. Le mandat des membres est de trois ou quatre ans et peut être renouvelé. Le Comité se réunit au plus une journée par mois, selon les projets à l’examen.

Les personnes intéressées à devenir membre du Comité d’éthique de santé publique sont invitées à faire parvenir leur curriculum vitae accompagné d’un mot signifiant leur intérêt d’ici le 6 novembre 2015 à l’adresse suivante : cesp@inspq.qc.ca.

Catégories: 

Le gouvernement du Québec a demandé au Secrétariat à la jeunesse de mener une consultation publique visant à recueillir l’opinion des jeunes, des intervenants, des groupes et des experts sur sa proposition de principes et d’orientations qui formeraient la base de la prochaine Politique jeunesse. C'est dans ce cadre que l'INSPQ a déposé son mémoire le 2 octobre dernier.

L’INSPQ réagit très favorablement au projet de la Politique québécoise de la jeunesse. L’accompagnement des jeunes adultes dans leur passage à l’autonomie demeure un objet de haut intérêt pour la santé publique.

Dans ce mémoire, on propose de centrer l’action envers les jeunes adultes autour de trois assises :

  • adopter une vision positive des jeunes;
  • favoriser des actions intégrées visant la modification des environnements dans lesquels les jeunes évoluent, ainsi que le renforcement de leurs compétences personnelles et sociales;
  • s’attarder à contrer la transmission intergénérationnelle des inégalités sociales et à les réduire.

En conformité avec ces trois propositions, il importe d’adopter des actions structurantes, comme des politiques publiques et des lois qui permettent d’agir, simultanément ou conjointement, sur les habitudes de vie des jeunes adultes, leur persévérance et leur réussite scolaire, leur insertion réussie au travail et finalement leur engagement citoyen.

Il est possible de consulter le mémoire complet à l’adresse suivante : www.inspq.qc.ca/publications/2049

Catégories: