Bulletin d'information en santé environnementale

  • Résumé scientifique

Le texte qui suit est le résumé d’une publication scientifique (ou d’une étude) n’ayant pas été réalisée par l’Institut national de santé publique du Québec. Ce document ne peut donc pas être considéré comme la position de l’Institut. Son objectif est de porter à l’attention des lecteurs des éléments récents de la littérature scientifique, et ce, sous un éclairage découlant de l’expertise des auteurs du résumé.

Nouvelles lignes directrices de l’Organisation mondiale de la Santé sur le bruit environnemental : changement d’approche

Auteur(s): 

  • Richard Martin
    M.A., conseiller scientifique, Institut national de santé publique du Québec

Collaborateur(s): 

  • Mathieu Gauthier
    Ph. D., conseiller scientifique spécialisé, Institut national de santé publique du Québec

Format PDF: 

Icône PDF Télécharger (1.59 Mo)

Organisation mondiale de la santé. Environmental Noise Guidelines for the European Region [En ligne]. Copenhague : Organisation mondiale de la santé; 2018. Disponible : http://www.euro.who.int/en/publications/abstracts/environmental-noise-gu...

Mise en contexte

Le bureau régional pour l’Europe de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié le 10 octobre 2018 une mise à jour de ses lignes directrices (LD) sur le bruit environnemental (1). Ce document succède aux révisions de 1999 (Community Noise Guidelines) et de 2009 (Noise Night Guidelines). En plus du document original en anglais, un résumé en français est disponible (2). Ces LD remplacent toutes les recommandations faites depuis 1999, sauf pour les valeurs de bruit intérieur et les sources de bruit non couvertes par les nouvelles LD (bruit industriel, zones commerciales). Dans ces cas particuliers, les valeurs auparavant applicables demeurent valides. Bien que ces LD soient d’abord destinées à l’Europe, l’OMS mentionne clairement que « les niveaux d’exposition recommandés peuvent être considérés comme applicables à d’autres régions et adaptés au public à l’échelle mondiale » (2).

Ces travaux se distinguent des précédentes révisions en proposant des valeurs guides spécifiques à des sources de bruit. Les LD abordent les trois principales sources de bruit : le bruit des transports (aérien, ferroviaire, routier), le bruit des éoliennes et le bruit des activités de loisirs, dont l’accent a été mis sur la musique. Les valeurs guides recommandées réfèrent à des niveaux d’exposition au bruit extérieur pendant une période de temps donnée (p. ex. une journée), ou intérieur et extérieur pour le bruit des loisirs. Les sources considérées font en sorte que, selon l’OMS, les recommandations couvrent la plupart des milieux où les personnes passent une importante partie de leur temps (p. ex. résidences, établissements d’enseignement).

Un processus différent

Les recommandations de 2018 sont basées sur les travaux exhaustifs menés par des groupes de travail qui ont réalisé un total de huit revues systématiques concernant différents effets du bruit environnemental sur la santé humaine. Ces revues ont été réalisées selon un cadre commun défini dans un guide méthodologique rigoureux, incluant l’évaluation de la qualité des études et la force de la preuve scientifique (3). De plus, un document sur la plausibilité des mécanismes biologiques reliés aux effets métaboliques et cardiovasculaires liés au bruit a été publié séparément (4). La plupart des revues de la littérature ont été publiées dans des revues en accès libre avant la publication des recommandations de l’OMS. Le document sur les LD contient d’ailleurs une synthèse de ces revues. Il présente aussi les courbes dose-réponse et les graphiques en forêt (forest plot) représentant l’ensemble des résultats des études incluses dans les méta-analyses, notamment des risques relatifs ou des rapports de cote.

Le processus ayant mené aux nouvelles LD se distingue de celui utilisé pour les précédentes recommandations. Ainsi, les valeurs proposées en 1999 s’appuyaient sur un consensus d’experts et avaient pour objectif une couverture et une applicabilité plus globales, alors que les valeurs recommandées pour le bruit nocturne en 2009 avaient pour objectif de définir des seuils sans effet nocif ou de préciser les effets à court terme. Les recommandations de 2018 sont basées sur les niveaux d'exposition au bruit environnemental à partir desquels des effets néfastes sur la santé sont observés avec certitude. Le tableau 5 (p. 21 du rapport) présente les seuils d’augmentation du risque qui ont servi à déterminer la valeur guide pour chaque effet (par exemple, pour les maladies ischémiques cardiaques, une augmentation du risque relatif de 5 % est jugée suffisante pour correspondre à un effet sur la santé).

Autre élément à souligner dans le processus de renouvellement des LD, certaines recommandations ont donné lieu à des consultations auprès de parties intéressées (p. ex. l’Organisation de l’aviation civile internationale). La liste des organismes consultés est présentée dans les LD.

Quant aux différents effets qui ont été étudiés en lien avec le bruit environnemental par les groupes d’experts, ils ont été distingués comme suit :

  • les effets critiques sur la santé : les effets cardiovasculaires, les maladies coronariennes (aussi appelées « maladies ischémiques cardiaques »), l’hypertension artérielle, le dérangement, la perturbation du sommeil, les troubles cognitifs et d’apprentissage, la perte d’audition et les acouphènes;
  • les effets importants sur la santé : les issues défavorables de grossesse; la qualité de vie, la santé mentale et le bien-être; et les effets métaboliques (diabète de type 2 et obésité).

Les changements

Avant d’aborder les changements, il est nécessaire de se familiariser avec la terminologie associée au bruit environnemental. Le tableau 1 définit les principaux indicateurs utilisés.

Tableau 1        Définitions utiles en lien avec le bruit environnemental

Unités de mesure et indicateurs

Définition

dB

Décibels, unité de mesure du bruit.

dBA

Décibels pondérés A pour correspondre à la réponse de l’oreille humaine pour les fréquences audibles.

dBC

Décibels pondérés C tenant compte de la sensibilité de l’oreille humaine pour les basses fréquences et les sons de forte intensité ou de très forte amplitude.

LAeq

Niveau de bruit continu équivalent (bruit moyen) pondéré A (dBA). Il correspond à l’ensemble des variations des niveaux de bruit observés durant un intervalle de temps.

LCpeak ou Lpeak, lin

Mesure de la valeur de crête (maximale), soit les pics de bruit dus à une élévation soudaine de la pression acoustique.

Lden

Niveau sonore continu équivalent (bruit moyen), pondéré A, pour une période de 24 heures (1 journée) ou niveau jour-soir-nuit. L’exposition en soirée (de 19 h à 23 h) est pénalisée de + 5 dBA, et celle pendant la nuit (de 23 h à 7 h) de + 10 dBA.

Lnight

Niveau de bruit moyen pendant la nuit (de 22 h à 6 h ou de 23 h à 7 h), habituellement pondéré A.

D’abord, les nouvelles LD amènent plusieurs modifications dans l’approche de la gestion du bruit environnemental. Elles proposent maintenant des recommandations selon les sources de bruit plutôt que des valeurs guides applicables à plusieurs sources. Il n’y a plus de cible intérimaire pour les situations où les valeurs guides étaient difficilement atteignables, comme cela était proposé en 2009. En continuité avec les précédentes LD, le bruit au travail n’est pas visé par ces recommandations. Il en est de même pour le bruit de source industrielle, qui provient de sources hétérogènes ayant leurs propres caractéristiques et un caractère parfois très local pour les expositions en milieu urbain. Les valeurs proposées en 1999 pour ces sources ne concernaient que les effets sur l’audition (70 dB; LAeq, 24) et elles prévaudraient toujours.

Aucune recommandation n’a été effectuée pour prévenir les effets sur la santé associés au bruit de voisinage, car peu d’études abordent cette exposition ou ses effets. De même, l’exposition simultanée à plusieurs sources de bruit, ou l’association d’une source de bruit à d’autres facteurs, comme les vibrations, n’ont pas fait l’objet de recommandations.

Les LD viennent bousculer les habitudes en utilisant comme principaux indicateurs ceux mis de l’avant dans la directive européenne sur le bruit environnemental (5), soit le Lden et le Lnight (tableau 1).L’indicateur LAeq antérieurement utilisé a donc été remplacé par le Lden, qui couvre une journée complète. Le Lden regroupe en effet l’exposition de trois périodes : jour (Lday) + soir (Levening) +nuit (Lnight). Pour tenir compte du fait que de nombreux pays ne sont pas assujettis aux dispositions de la directive européenne, l’OMS encourage l’utilisation de conversions proposées par Brink et al. (6) pour la transposition des indicateurs de bruit. Par exemple, pour convertir un niveau de bruit Lden en LAeq, 24 h, il faut réduire le niveau Lden de 3,3 dB (écart-type : ± 0,6 dB) pour le bruit routier, de 3,6 dB (± 2,0 dB) pour le bruit aérien, et de 6,1 dB (± 0,7 dB) pour le bruit ferroviaire. Dans le cas du bruit des loisirs, l’indicateur LAeq, 24 h a été conservé.

Les valeurs guides : leur utilisation et les publics cibles

Une très brève synthèse des valeurs guides recommandées est présentée au tableau 2. Pour une utilisation adéquate des valeurs guides, il faut se référer à la publication complète de l’OMS (1). Les valeurs guides recommandées concernent les expositions à long terme. Ainsi, les indicateurs d’exposition Lden et Lnight réfèrent à des mesures de bruit pour la façade la plus exposée, à l’extérieur, et reflètent une exposition de longue durée, par exemple une année.

Tableau 2        Résumé des valeurs recommandées par l’OMS en 2018 en fonction de diverses sources de bruit

Sources de bruit environnemental

Niveaux d’exposition recommandés à l’extérieur, sauf pour les loisirs (indicateur de mesure)

Note

Jour

Nuit

Bruit de la circulation routière

53 dBA (Lden)

45 dBA (Lnight)

Forte recommandation de réduire l’exposition au bruit moyen en journée et pendant la nuit.

Bruit du trafic aérien

45 dBA (Lden)

40 dBA (Lnight)

Forte recommandation de réduire l’exposition au bruit moyen en journée et pendant la nuit.

Bruit du trafic ferroviaire

54 dBA (Lden)

44 dBA (Lnight)

Forte recommandation de réduire l’exposition au bruit moyen en journée et pendant la nuit.

Bruit d’éoliennes

45 dBA (Lden)

Qualité de preuve trop faible

Recommandation conditionnelle de mesures adaptées pour réduire l’exposition au bruit moyen en journée.

Bruit des loisirs (en considérant la combinaison de l’ensemble des sources, voir note)

70 dBA
(LAeq, 24 h)

NA

Recommandation conditionnelle de réduire l’exposition moyenne annuelle à 70 dB LAeq, 24 h, résultant de toutes les sources combinées de bruit de loisirs pour limiter les pertes d’audition. Forte recommandation aux responsables politiques (c.-à-d. tous ceux en poste de décision : législateur, maire, etc.) d’appliquer des mesures de prévention.

Sources combinées : discothèques, boîtes de nuit, pubs, salles d’entraînement et de mise en forme, événements sportifs, concerts ou spectacles de musique et écoute de musique à volume élevé sur des appareils d’écoute personnels.

Bruits impulsionnels et d’impacts (feux d’artifices, armes à feu, etc.)

140 dBC (LCpeak) ou (Lpeak,lin)

120 dBC (LCpeak) ou (Lpeak,lin)

NA

Recommandations conditionnelles de suivre les lignes directrices et la législation existantes, incluant le niveau d’action (135 dBC) pour l’exposition au bruit dû à un événement unique et aux bruits impulsionnels.

Pour chaque source, la force de la recommandation a été précisée. La plupart des valeurs guides ont reçu une forte recommandation sur la base des données probantes, permettant d’être adoptées dans une politique dans la plupart des situations afin de protéger les populations des effets néfastes du bruit. Pour d’autres valeurs guides, la recommandation est conditionnelle en raison d’une qualité de preuve plus faible. Dans ce cas, l’élaboration de politiques exigera plus de débats et l’implication des parties intéressées.

Ces recommandations visent des publics divers aux objectifs variés. Elles peuvent être utilisées à titre de valeur de référence dans les études sur l’exposition au bruit ou encore dans les évaluations d’impacts. Les LD ne s’adressent pas uniquement aux experts et aux chercheurs; elles visent explicitement les responsables des règlements et des normes de contrôle du bruit, les responsables du transport, de même que les responsables de l’aménagement urbain, incluant l’habitat. Elles concernent autant les autorités locales et nationales qu’internationales.

Concusion

Avec ses nouvelles lignes directrices et valeurs guides, l’OMS reconfirme que le bruit environnemental est non seulement un problème de santé publique, mais qu’il constitue un enjeu et un risque importants. Ses conséquences sur la santé et la qualité de vie nécessitent des politiques publiques pour améliorer la situation. L’OMS estime d’ailleurs que de telles politiques doivent intégrer ces recommandations sur la base de principes directeurs orientés vers une gestion de ce risque :

  • réduire l’exposition tout en conservant les milieux calmes;
  • promouvoir les interventions de réduction de l’exposition et d’amélioration de la santé;
  • coordonner les approches de contrôle des sources de bruit et des risques sur la santé;
  • et informer et impliquer les communautés affectées par le bruit.

D’ailleurs, l’OMS présente spécifiquement le rôle du réseau de la santé comme celui de promoteur des LD dans la prise de décisions et des bonnes pratiques à l’égard du bruit auprès des instances et des secteurs concernés, ainsi que par son rôle de soutien, de formation et de surveillance.

Références

  1. Organisation mondiale de la Santé. Environmental noise guidelines for the european region [En ligne]. Copenhague : Organisation mondiale de la Santé; 2018. Disponible : http://www.euro.who.int/en/publications/abstracts/environmental-noise-guidelines-for-the-european-region-2018
  2. Organisation mondiale de la Santé. Lignes directrices relatives au bruit dans l’environnement dans la Région européenne – Résumé d’orientation [En ligne]. Copenhague : Organisation mondiale de la Santé; 2018. Disponible : http://www.euro.who.int/fr/health-topics/environment-and-health/noise/publications/2018/environmental-noise-guidelines-for-the-european-region-executive-summary-2018
  3. Héroux ME, Verbeek J. Methodology for systematic evidence reviews for the WHO environmental noise guidelines for the European region [En ligne]. Copenhague : Organisation mondiale de la Santé; 2018. Disponible : http://www.euro.who.int/en/health-topics/environment-and-health/noise/publications/2018/methodology-systematic-evidence-reviews-who-environmental-guidelines-for-the-european-region
  4. Eriksson C, Pershagen G, Nilsson M. Biological mechanisms related to cardiovascular and metabolic effects by environmental noise [En ligne]. Copenhague : Organisation mondiale de la Santé; 2018. Disponible : http://www.euro.who.int/en/health-topics/environment-and-health/noise/publications/2018/biological-mechanisms-related-to-cardiovascular-and-metabolic-effects-by-environmental-noise
  5. Communauté européenne. Directive 2002/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 25 juin 2002 relative à l’évaluation et à la gestion du bruit dans l’environnement. Journal officiel des Communautés européennes [En ligne]. 2002. Disponible : http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32002L0049&from=FR
  6. Brink M., Schäffer B, Pieren R, Wunderli JM. Conversion between noise exposure indicators Leq24h, LDay, LEvening, LNight, Ldn and Lden: Principles and practical guidance. International Journal of Hygiene and Environmental Health [En ligne]. 2018;221(1), 54‑63.