Bulletin d'information en santé environnementale

  • Brèves d'actualité

Les effets du stress chez les « bébés verglas »

C’était il y a 20 ans. Les Québécois ont gardé en tête les images surréelles de la tempête de verglas qui a secoué le sud du Québec au début de l’année 1998. La professeure en psychiatrie Suzanne King mène depuis plusieurs années le Projet Verglas, qui étudie les conséquences du stress subjectif (ressenti) et objectif (mesuré, par exemple, par le nombre de jours sans électricité) vécu par les femmes enceintes au moment de cette catastrophe naturelle. Le projet de recherche effectué suit depuis 20 ans des « enfants du verglas », nés dans la foulée de cet événement.

Cent soixante-dix-huit femmes enceintes au moment de la crise du verglas, ou étant devenu enceinte dans les trois mois suivant cet événement, ont accepté de participer à l’étude. Une soixantaine de familles font toujours partie du projet de recherche. Tous les enfants qui participent à cette étude « vont bien » et leur développement est « normal », selon Mme King et ses collègues. Mais les recherches effectuées chez ces familles mènent à des constats troublants, selon les chercheurs : chez les enfants dont les mères ont subi un stress objectif, on note une plus grande consommation de cannabis (chez les filles de 15 ans), un QI jusqu’à 10 points moins élevé et un indice de masse corporelle (IMC) plus élevé que les enfants dont les mères ont subi un moins grand stress.

Rappelons que la plupart des femmes de l’étude sont plus aisées que la moyenne, ce qui pourrait avoir pour effet de teinter les résultats. « On peut uniquement imaginer que les effets sont plus grands sur les familles moins fortunées parce qu’elles avaient moins de ressources pour composer avec la crise », fait remarquer Mme King.

Avec l’intensification d’épisodes climatiques extrêmes, il ne fait pas de doute pour les chercheurs que l’incidence de catastrophes climatiques est appelée à augmenter à l’avenir. Pour la chercheuse, il devient donc important de protéger les femmes enceintes en adoptant des mesures de réduction du risque, comme prévoir des services appropriés à cette population lors de la survenue d’une catastrophe.

Sources :

Le Devoir (4 janvier 2018) : Le stress des mères détecté chez les « enfants du verglas »
BISE (11 août 2007) : Les effets du stress maternel prénatal sur le développement cognitif des enfants : Projet Verglas
Projet Verglas, Université McGill : https://www.mcgill.ca/projetverglas/fr