Bulletin d'information en santé environnementale

  • Brèves d'actualité

L’ANSES publie son avis sur les effets du plomb sur la santé

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a publié récemment son rapport d’expertise collective sur les effets du plomb sur la santé. La demande d’expertise portait sur trois questions, soit :

  1. Les études suggérant des effets néfastes pour des plombémies inférieures à 100 μg/L* constituent-elles une base scientifique suffisamment robuste pour justifier l’engagement d’actions spécifiques de gestion?
  2. Ces questions ont-elles été soulevées dans les autres pays de l’Union Européenne? Quelles mesures et actions ont, le cas échéant, été engagées pour réduire la concentration de plomb en deçà de 100 μg/L?
  3. Une ou des doses critiques peuvent-elles être définies pour assoir la gestion des plombémies modérées et ce, pour quelle population et quel effet?

En réponse à la première question, le collectif d’experts conclut que, sur la base des études ayant montré des effets du plomb sur la pression artérielle ainsi que sur la fonction rénale chez l’adulte et celles montrant des atteintes au système nerveux central chez l’enfant, constituent une base suffisamment solide pour conclure aux effets néfastes du plomb à des plombémies inférieures à 100 μg/L. Pour répondre à la deuxième question, une enquête a été réalisée chez les États membres européens. Sur les 10 pays ayant répondu, aucun ne déclare avoir pris de mesures spécifiques.

À la dernière question, le collectif d’experts considère que les effets les plus probants liés à une exposition chronique au plomb sont la maladie rénale chronique chez les adultes et la neurotoxicité chez les jeunes enfants. Le collectif d’experts a par ailleurs estimé que la diminution d’un point de QI (quotient intellectuel) n’est pas utilisable en évaluation quantitative du risque sanitaire. Le collectif d’experts a aussi estimé qu’une plombémie établie avec comme effet critique les effets rénaux chez l’adulte protègerait la population entière, y compris les enfants, contre l’ensemble des effets néfastes du plomb identifiés à ce jour.

Considérant les conclusions émises par le collectif d’experts, l’agence recommande de revoir l’ensemble des valeurs de référence s'appuyant sur la plombémie, y compris celles en milieu de travail; de poursuivre les efforts visant à limiter l’exposition de la population au plomb et de poursuivre des études de biosurveillance afin de suivre les niveaux de plombémie pour l’ensemble de la population. [CL]

* Cette valeur est retenue pour la surveillance du dépistage et de la déclaration obligatoire en France et au Canada.

Sources : Communiqué de l’ANSES, 3 avril 2013 et Avis sur l’Expositions au plomb : effets sur la santé associés à des plombémies inférieures à 100 μg/L, janvier 2013.

www.anses.fr/fr/documents/CHIM2011sa0219Ra.pdf