Consommation chez la population générale

Consommation per capita

Au Québec, la consommation per capita d’alcool est passée de 8,0 litres en équivalent d’alcool pur en 2004- 2005 à 8,9 litres en 2011-2012. Elle a ensuite diminué pour atteindre 8,3 litres entre 2014 et 2017. La consommation per capita est demeurée supérieure à la moyenne canadienne durant ces douze dernières années. Historiquement, la consommation per capita a connu une diminution dans les années 1980 jusqu’au début des années 1990, est demeurée à son niveau le plus bas entre 1993 et 1998 et a progressivement augmenté par la suite pour atteindre, en 2011-2012, son maximum en trente ans.

Notons que ces données de consommation per capita s’appuient sur les chiffres de ventes d’alcool et pourraient être sous-estimées au Québec comme elles le sont pour le Canada. En effet, l’OMS considérait en 2014 que la consommation d’alcool non déclarée dans les statistiques équivalait à 2 litres d’alcool per capita au Canada (WHO, 2014).

La consommation per capita d’alcool correspond à la consommation moyenne d’alcool pur chez les personnes âgées de 15 ans et plus. Elle est estimée à partir des volumes enregistrés de vente d’alcool. Statistique Canada traduit le volume des ventes de boissons alcoolisées en litres d’alcool pur pour établir une mesure de comparaison entre les différents types de boissons alcoolisées. Ce total des ventes en alcool pur est divisé par la population âgée de 15 ans et plus.

 

Notes méthodologiques

    Sources

    • Statistique Canada, Tableau 10-10-0010-01 (anciennement CANSIM 183-0023). Ventes par habitant de boissons alcoolisées des régies des alcools et d’autres points de vente au détail, selon la valeur, le volume et le volume absolu, annuel.

    Proportion de buveurs

    Les données du cycle 2013-2014 de l’ESCC révèlent que 82 % de Québécois de 12 ans et plus ont consommé de l’alcool au moins une fois au cours de la dernière année. Cette proportion est demeurée stable puisqu’elle se situait à 81 % en 2000-2001. En 2013-2014, une plus grande proportion de personnes de 12 ans et plus boivent de l’alcool au Québec que dans le reste du Canada (74 %). La différence est présente tant chez les hommes que chez les femmes. La proportion de femmes québécoises qui boivent de l’alcool dépasse celle des hommes du reste du Canada durant cette même année. En 2013-2014, 84 % des hommes et 80 % des femmes boivent de l’alcool. Entre 2000-2001 et 2013-2014, la proportion de buveurs est demeurée stable chez les hommes ainsi que chez les femmes (la différence entre 78,2 % et 79,7 % chez les femmes n’est pas statistiquement significative).

    Les personnes de 18 à 24 ans représentent le groupe qui affiche la plus grande proportion de buveurs en 2013-2014, soit de 88 %. Près de la moitié des jeunes de 12 à 17 ans (45 %) déclarent avoir bu de l’alcool. Cette proportion a diminué depuis 2000-2001 alors qu’elle était de 56 %. La proportion de buveurs est plus faible chez les personnes de 65 ans et plus. C’est toutefois dans ce groupe que la hausse de la proportion de buveurs est la plus marquée, étant passée de 69 % à 77 %. Elle a également augmenté chez les personnes de 45 à 64 ans.

    Dans l’ESCC, les participants sont répartis en quatre groupes selon leurs habitudes de consommation d’alcool : 1) les abstinents qui n’ont jamais pris d’alcool de leur vie; 2) les anciens buveurs qui ont déjà consommé de l’alcool, mais pas dans l’année précédant l’enquête; 3) les buveurs occasionnels qui ont consommé de l’alcool moins d’une fois par mois dans l’année précédant l’enquête; 4) les buveurs réguliers qui ont consommé de l’alcool au moins une fois par mois dans l’année précédant l’enquête. L’indicateur buveurs actuels correspond aux personnes qui ont bu de l’alcool dans l’année précédant l’enquête, c’est-à-dire au regroupement des buveurs occasionnels et des buveurs réguliers.

     

    Notes méthodologiques

      Sources

      • Statistique Canada, ESCC, 2000-2001 à 2013-2014.

      Consommation excessive d’alcool

      Sur une période de douze ans, entre 2000-2001 et 2011-2012, la consommation excessive chez les buveurs de 12 ans et plus est passée de 18 % à 23 %, représentant une augmentation de 26 %. Au Québec, en 2013-2014, on constate une forte différence selon le sexe, puisque 31 % des hommes et 19 % des femmes ont consommé de façon excessive. Cependant, entre 2000-2001 et 2011-2012, la consommation excessive a augmenté de 19 % chez les hommes et de 48 % chez les femmes. La hausse est donc nettement plus marquée chez les femmes. Chez les hommes, elle est demeurée stable entre 2011-2012 et 2013-2014.

      La consommation excessive est la plus fréquente chez les personnes de 18 à 24 ans et la plus faible chez les 65 ans et plus (respectivement 44 % et 9 % en 2013-2014). De 2000-2001 à 2011-2012, la proportion des buveurs de 18 à 24 ans qui ont consommé de façon excessive est passée de 34 % à 46 %, une hausse de 37 %. Chez les personnes de 25 à 44 ans, la proportion qui consomme de façon excessive est passée de 20 % à 30 %, soit une augmentation de 51 %. Elle est demeurée stable chez les buveurs de 12 à 17 ans de même que chez ceux de 45 à 64 ans. Bien que la proportion de buveurs excessifs est la plus faible chez les 65 ans et plus, il s’agit du groupe d’âge où on observe la hausse la plus marquée, soit de 57 %.

      La consommation excessive d’alcool, aussi appelée consommation abusive d’alcool, correspond au terme anglais « binge drinking ». Chez les adultes, on définit cette façon de boire à 5 verres ou plus dans une occasion (environ 2 heures) pour les hommes et 4 verres ou plus chez les femmes (NIAAA, 2004). Depuis 2013-2014, on questionne les buveurs d’alcool sur le nombre de fois où ils ont bu 5 verres et plus lors d’une même occasion chez les hommes et 4 verres ou plus chez les femmes, et ce au cours de la dernière année (Statistique Canada, 2014). La fréquence de ce comportement est présentée en trois catégories : jamais, moins d’une fois par mois, une fois par mois et plus. La catégorie « une fois par mois et plus » est retenue comme indicateur de consommation excessive d’alcool. Statistique Canada (2014) l’appelle maintenant « consommation abusive d’alcool ». Dans les cycles de 2000-2001 à 2011-2012 de l’ESCC, on questionnait tant les hommes que les femmes sur le nombre de fois où ils ou elles avaient bu 5 verres ou plus lors d’une même occasion. Étant donné le changement de définition chez les femmes en 2013-2014, les comparaisons entre le cycle de 2013-2014 et les cycles précédents ne sont possibles que chez les hommes.

       

      Notes méthodologiques

      * Étant donné le changement de définition chez les femmes en 2013-2014, les comparaisons entre le cycle de 2013-2014 et les cycles précédents ne sont possibles que chez les hommes.

      Sources

      • Statistique Canada, ESCC, 2000-2001 à 2013-2014