Violence

  • 28 avril 2004

    Les connaissances actuellement disponibles en ce qui a trait aux stratégies d'intervention à privilégier auprès des enfants exposés à la violence conjugale demeurent limitées car il s'agit d'un champ d'action plutôt récent. Les recherches dans ce domaine ont débuté dans les années 80 et ont porté, dans un premier temps, sur les conséquences pour les enfants de l'exposition à la violence conjugale. Ces résultats de recherche sont présentés dans l'autre recension des écrits produite dans le cadre de ce projet.

    Le présent document se veut une synthèse des connaissances portant spécifiquement sur l'intervention auprès des enfants exposés, et ce, dans différents secteurs d'activité. Il s’appuie sur quatre principes fondamentaux, principes à partir...

  • 28 avril 2004

    Tous s'entendent sur le fait que nos enfants représentent une richesse pour la société d'aujourd'hui et de demain. C'est pourquoi il est important de mettre en place des conditions favorables pour qu'ils se développent harmonieusement. Différents paliers de gouvernement reconnaissent effectivement l'importance d'intervenir en priorité auprès des enfants et de soutenir les collectivités pour traduire en mesures concrètes les objectifs de prévention, notamment ceux liés à la prévention de la violence et de la criminalité. En ce qui concerne la violence conjugale, la plupart des actions entreprises ont visé jusqu'à maintenant les femmes qui en sont victimes. Depuis peu, il est apparu essentiel d'élaborer des stratégies adaptées aux enfants exposés.

    Notre projet se donne entre...

  • 26 janvier 2004

    Le Centre collaborateur OMS du Québec pour la promotion de la sécurité et la prévention des traumatismes est formé d'un ensemble d'institutions du Réseau de la santé publique du Québec, soit quatre directions régionales de santé publique (Montréal-Centre, Montérégie, Québec et Bas-St-Laurent) ainsi que de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et de l'Institut national de santé publique du Québec. En vertu de leur mandat respectif, ces organismes mènent des activités de promotion de la sécurité et de prévention des traumatismes intentionnels et non intentionnels.

     

  • 26 janvier 2004

    Le Centre collaborateur OMS du Québec pour la promotion de la sécurité et la prévention des traumatismes est formé d'un ensemble d'institutions du Réseau de la santé publique du Québec, soit quatre directions régionales de santé publique (Montréal-Centre, Montérégie, Québec et Bas-St-Laurent) ainsi que de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et de l'Institut national de santé publique du Québec. En vertu de leur mandat respectif, ces organismes mènent des activités de promotion de la sécurité et de prévention des traumatismes intentionnels et non intentionnels.

  • 26 janvier 2004

    Le Centre collaborateur OMS du Québec pour la promotion de la sécurité et la prévention des traumatismes est formé d'un ensemble d'institutions du Réseau de la santé publique du Québec, soit quatre directions régionales de santé publique (Montréal-Centre, Montérégie, Québec et Bas-St-Laurent) ainsi que de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et de l'Institut national de santé publique du Québec. En vertu de leur mandat respectif, ces organismes mènent des activités de promotion de la sécurité et de prévention des traumatismes intentionnels et non intentionnels.

     

  • 26 janvier 2004

    Le Centre collaborateur OMS du Québec pour la promotion de la sécurité et la prévention des traumatismes est formé d'un ensemble d'institutions du Réseau de la santé publique du Québec, soit quatre directions régionales de santé publique (Montréal-Centre, Montérégie, Québec et Bas-St-Laurent) ainsi que de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et de l'Institut national de santé publique du Québec. En vertu de leur mandat respectif, ces organismes mènent des activités de promotion de la sécurité et de prévention des traumatismes intentionnels et non intentionnels.

  • 27 novembre 2003

    Le protocole sociojudiciaire en matière de violence conjugale dans la région du Bas-Saint-Laurent a été développé comme stratégie devant répondre au mandat de concertation intersectorielle confié aux régies régionales par la politique gouvernementale de 1995 (Politique d'intervention en matière de violence conjugale. Prévenir, dépister, contrer la violence conjugale). Le développement du protocole aura duré sept ans, depuis l'idée initiale et l'élaboration du prototype (automne 1993 à été 1994), la mobilisation des partenaires (automne 1994 à hiver 1995), son application sous forme de projet pilote dans les huit MRC (février 1995 à mars 1997) et son évaluation (printemps 1998 à été 1999), jusqu'à son intégration sur une base permanente dans le continuum de services de la Régie...

  • 30 octobre 1999

    The Québec WHO Collaborating Centre for Safety Promotion and Injury Prevention comprises a number of institutions in the Québec public health network, i.e. four regional public health branches (Montréal-Centre, Montérégie, Québec City and Bas-Saint-Laurent), the Direction générale de la santé publique in the ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, and the Institut national de santé publique du Québec. Under their respective mandates, these organizations develop a number of activities to promote safety and prevent intentional and unintentional injuries.

    Without being exhaustive, this report examines the main local, national and international initiatives that these organizations have undertaken in the realms of safety promotion and injury prevention. These...
  • 30 octobre 1999

    Le Centre collaborateur OMS du Québec pour la promotion de la sécurité et la prévention des traumatismes est formé d'un ensemble d'institutions du Réseau de la santé publique du Québec, soit quatre directions régionales de santé publique (Montréal-Centre, Montérégie, Québec et Bas-St-Laurent) ainsi que de la Direction générale de la santé publique du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec et de l'Institut national de santé publique du Québec. En vertu de leur mandat respectif, ces organismes mènent des activités de promotion de la sécurité et de prévention des traumatismes intentionnels et non intentionnels. 

    Sans être exhaustif, le rapport qui suit fait état des principales activités locales, nationales et internationales de ces organismes en cette matière. ...

Pages

S'abonner à Violence