Santé des enfants

  • 28 mars 2007

    Le 23 mars 2004, le Gouverneur en conseil, sur recommandation du ministre de la Santé et en vertu du paragraphe 6 de la Loi sur les produits dangereux, a rendu un décret interdisant l'annonce, la vente et l'importation du produit connu comme étant une : « Marchette pour bébé montée sur roues ou autres objets similaires et comportant une enceinte qui supporte le bébé en position assise ou debout de sorte que ses pieds puissent toucher le sol et ainsi permettre le déplacement horizontal de la marchette. » 

    Dans une lettre du 21 mai 2004, un distributeur de marchettes pour bébé a demandé au ministre de la Santé le renvoi du décret devant une commission d'examen en vertu de l'article 8 de la Loi sur les produits dangereux.

    Le 2 juin 2006, le...

  • 16 janvier 2007

    En juin 2001, Acti-Menu présentait à la Table de coordination nationale en santé publique (TCNSP) un programme de prévention du tabagisme auprès des jeunes nommé Mission TNT.06. Ce programme avait été conçu en collaboration avec les Directions de santé publique des Laurentides, de Lanaudière et de Québec (Mission TNT.06, 2003). La TCNSP recommandait alors de tester ce programme d’abord sous forme de projet pilote accompagné d’une composante d’évaluation, avant de statuer sur son éventuelle généralisation à l’ensemble des écoles québécoises. Le déploiement du programme s’est d’abord limité aux écoles de Lanaudière, des Laurentides et de Québec, trois régions ayant manifesté de l’intérêt au projet. Le ministère de la Santé et des Services sociaux a confié à l’Institut...

  • 11 octobre 2006

    À la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) du Québec, une étude visant à évaluer les coûts et l'efficacité du programme de vaccination des enfants de 0 à 2 ans au Québec a été réalisée. Ce document présente les résultats de cette étude effectuée selon une perspective sociétale, laquelle prend donc en compte les coûts assumés par l'ensemble des acteurs de ce programme de vaccination (MSSS, DSP, CLSC, médecins vaccinateurs et parents). L'étude vise également à comparer les coûts selon le lieu de vaccination, soit en CLSC ou chez le médecin, et à identifier les facteurs pouvant expliquer les variations éventuelles des coûts estimés entre les territoires de CLSC.

    Le dispositif utilisé est mixte, soit quantitatif et qualitatif. Une approche de description...

  • 29 juin 2006

    Pour la période 2000-2002, les traumatismes non intentionnels sont responsables de 512 décès chez les jeunes québécois âgés de moins de 20 ans. Ainsi, les traumatismes non intentionnels constituent la première cause de mortalité chez ces jeunes au cours de la période mentionnée. Toutefois, l'importance qu'occupent les traumatismes non intentionnels n'est pas identique pour chacun des groupes d'âge. Tandis que chez les enfants de moins d'un an les traumatismes non intentionnels composent moins de 2 % des décès, cette proportion atteint 43,5 % chez ceux âgés de 15 à 19 ans.

    Les traumatismes routiers occupent une place prépondérante parmi les causes de décès traumatiques non intentionnels. Ils représentent près de 75 % de tous les décès par traumatismes non intentionnels survenus...

  • 6 juin 2006

    Depuis plus de 30 ans, un ensemble de ressources et d'activités sont déployées pour dépister et prendre en charge, le plus tôt possible, tous les nouveau-nés québécois atteints de phénylcétonurie, d'hypothyroïdie congénitale ou de tyrosinémie de type I. La Direction générale de santé publique au ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a donné le mandat à la Direction des systèmes de soins et services, à l'Institut national de santé publique du Québec, d'évaluer le Programme québécois de dépistage sanguin des maladies génétiques chez le nouveau-né sous les aspects de pertinence, de performance et de viabilité du programme.

    Au terme de cette évaluation, il apparaît que les dépistages actuellement réalisés sont pertinents mais il y aurait lieu de mieux...

  • 8 septembre 2005

    Dans le cadre d'un projet pilote, la vaccination contre la varicelle a été offerte aux élèves réceptifs de 4eet 5e année des écoles situées sur le territoire du CLSC Pierrefonds. Les objectifs du projet étaient de déterminer la proportion des enfants de 4e année réceptifs à la varicelle, de déterminer la proportion des parents d'enfants réceptifs qui consentent à la vaccination, de comparer deux stratégies de vaccination, de vérifier les effets possibles sur la campagne de vaccination contre l'hépatite B et d'identifier les principales difficultés rencontrées lors de l'intervention.

    Sur un total de 3 856 élèves inscrits en 4e et 5e dans les écoles du territoire du CLSC Pierrefonds, 3 486 (90,4 %) ont retourné un formulaire...

  • 14 juin 2005

    In Canada, the first 7-valent pneumococcal conjugate vaccine (PCV-7) was licenced in 2001. The manufacturer's recommendation is to administer three doses at an early age for primary immunization and a booster dose during the second year (Wyeth-Ayerst Canada Inc. 2001). The recommendation of the National Advisory Committee on Immunization (NAIC) is to give 3 doses of vaccines at the same time as the other vaccines provided in the schedule at the ages of 2, 4 and 6 months, and the booster dose between 12 and 15 months (NAIC 2002). An economic analysis done for Canada indicated that such a program would significantly reduce the burden of disease in children, but that the cost-effectiveness indices, established for a purchase price of $58 per dose, were not favorable compared to other...

  • 27 janvier 2005

    À la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, le présent avis a été préparé afin d'évaluer la pertinence d'un programme d'immunisation contre les infections pneumococciques de l'enfant comportant un nombre réduit de doses de vaccin pneumococcique conjugué 7-valent (VPC-7). Cet avis fait suite à un premier avis émis en 2002 et tient compte des résultats de nouvelles études. La stratégie de vaccination de routine qui comporte 4 doses de VPC-7 (2, 4, 6 et 12 mois) est celle qui sert de référence. Les stratégies qui lui sont comparées comportent trois doses administrées à l'âge de 2, 4 et 6 mois, ou à l'âge de 2, 4 et 12 mois, ou encore une stratégie comportant 2 doses administrées à 2 et 4 mois. Un modèle de simulation a été développé pour estimer les bénéfices...

  • 1 novembre 2004

    Ce portrait s’inscrit à l’intérieur des travaux entrepris par le Comité « Écoles et milieux en santé » (EMS) de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) de documenter les approches de type « Écoles en santé » mises en oeuvre au Québec depuis quelques années. Ces approches, d’abord déployées en Europe et aux États-Unis, visent l’intégration des actions de promotion de la santé et s’appuient sur la concertation afin de contrer le morcellement des interventions destinées aux enfants d’âge scolaire.

    Au Québec, à l’instar de plusieurs régions et pays du monde, la préoccupation d’offrir une réponse plus globale et mieux intégrée aux besoins des jeunes en matière de promotion et de prévention est présente depuis de nombreuses années, tant dans le réseau de la santé que...

  • 18 octobre 2004

    L'exposition des enfants aux pesticides utilisés en milieu résidentiel est une problématique qui préoccupe de plus en plus la population et les autorités de santé publique. Au Québec, il en résulte la mise en place d'un nombre croissant de projets réglementaires sur l'usage résidentiel de ces produits. Cependant, peu de données existent sur les niveaux réels d'exposition des enfants québécois aux pesticides, entre autres aux insecticides organophosphorés (OP) et aux herbicides chlorophénoxys (CPH) utilisés pour l'entretien de pelouses. Les objectifs de cette étude étaient d'améliorer le niveau de connaissances quant à l'exposition résidentielle des enfants québécois à ces substances et d'explorer l'effet de la réglementation municipale sur les niveaux d'exposition.

    89 enfants...

Pages

Souscrire à Santé des enfants