Santé des enfants

  • 1 août 2013

    Depuis juin 2008, au Québec, le vaccin combiné rougeole, rubéole, oreillons et varicelle (RROV) est recommandé en remplacement des vaccins rougeole, rubéole, oreillons (RRO) et varicelle, administrés à la même visite en deux injections séparées chez l'enfant à l'âge de 12 mois. Son usage a été recommandé par le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) en mars-avril 2008 dans le but de réduire le nombre d'injections administrées à 1 an et d'améliorer la couverture vaccinale. Il s'agit du vaccin Priorix-Tetra® de GSK. Des études américaines ont toutefois observé, chez des enfants âgés de 12 à 23 mois, un risque de fièvre et de convulsions fébriles deux fois plus élevé à la suite de l'utilisation du vaccin combiné RROV (ProQuad® de Merck) comparativement aux vaccins administrés...

  • 26 juillet 2013

    Après avoir progressé de manière significative au cours des dernières décennies, la prévalence de l'asthme et des maladies allergiques demeure relativement élevée dans les pays industrialisés. Il y a donc lieu de s'intéresser aux causes, mais également à la façon d'en prévenir les manifestations, notamment pour fournir aux professionnels de la santé des informations appropriées et récentes quant aux mesures de prévention à transmettre à la population et à appliquer dans les divers milieux de vie.

    Pour ce faire, nous avons réalisé une revue des connaissances sur le rôle des contaminants biologiques et de leurs composantes dans la prévention de l'asthme et de l'allergie. Compte tenu de l'intérêt marqué que suscite l'hypothèse hygiéniste auprès de la communauté scientifique, voire...

  • 16 juillet 2013

    Les humains sont continuellement à risque d'être exposés à des substances toxiques qui contaminent leur environnement et les aliments qu'ils consomment. Plusieurs de ces substances toxiques peuvent donc se trouver dans le lait maternel et, conséquemment, le nourrisson y est exposé durant la période de l'allaitement. Pour cette raison, les autorités de santé publique souhaitent, dans la mesure du possible, prévenir tout risque pour la santé du nourrisson allaité. Or, avant d'être en mesure de prévenir un risque, il faut d'abord pouvoir l'évaluer.

    Dans cette publication, l'auteur a rassemblé les principaux concepts dont il faut tenir compte pour évaluer l'exposition, étape essentielle à l'évaluation du risque. En effet, l'évaluation du risque consiste à estimer les altérations de...

  • 6 juin 2013

    Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a demandé au Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) d'évaluer la pertinence d'inclure les enfants âgés de 24 à 59 mois dans le Programme québécois de vaccination contre l'influenza. Cette demande découlait des modifications importantes au programme de vaccination contre l'influenza au Canada, et spécifiquement de la recommandation du Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) d'ajouter les enfants âgés de 24 à 59 mois à la liste des personnes pour qui le vaccin antigrippal saisonnier est recommandé pour la saison 2012-2013.

    Le Programme d'immunisation contre l'influenza du Québec (PIIQ) vise actuellement la protection des personnes les plus à risque de développer des complications. Comme le programme...

  • 4 juin 2013

    Bien que l'immunisation soit reconnue comme une des mesures les plus efficaces pour prévenir la mortalité, la morbidité et les complications des maladies infectieuses chez les enfants, il ne faut pas considérer les réussites liées aux programmes de vaccination comme des acquis. Leur succès repose sur la confiance de la population et des professionnels de la santé. Comme des hauts niveaux de couverture vaccinale (proportion de la population visée ayant reçu toutes les doses requises d'un vaccin contre une maladie évitable par la vaccination) sont requis pour atteindre les objectifs de réduction des maladies évitables par la vaccination, il est primordial de suivre de manière continue les différentes mesures de couverture vaccinale.

    En 2012, la quatrième enquête de couverture...

  • 30 mai 2013

    La réduction de l'incidence des cancers de la peau constitue un objectif du Programme national de santé publique québécois. Pour orienter les activités de prévention des cancers de la peau, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a confié un mandat à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) qui se décline en trois objectifs :

    1. décrire les caractéristiques des interventions de prévention des cancers de la peau visant les jeunes de 0 à 18 ans ayant été répertoriées au Québec, dans les autres provinces canadiennes et ailleurs dans le monde pour la période allant de 1990 à 2005;
    2. constituer une banque d'interventions de bonne qualité et ayant été démontrées efficaces, et ce, pour divers milieux d'intervention;
    3. dégager des pistes...
  • 1 mai 2013

    Malgré que l'utilisation du plomb ait été fortement réduite au cours des 40 dernières années, l'importance des différentes sources d'exposition au plomb dans l'environnement résidentiel des jeunes enfants est encore un sujet d'actualité. Toutefois, celle-ci demeure peu documentée. À la suite de la découverte en 2005 à Montréal de certains cas de dépassement de la norme québécoise de plomb dans l'eau, la Direction de santé publique (DSP) de Montréal a fait une estimation, à l'aide d'un modèle pharmacocinétique, de la plombémie moyenne des jeunes enfants possiblement exposés à diverses concentrations de plomb dans l'eau du robinet. Des recommandations ont alors été proposées pour réduire la consommation d'eau pour les jeunes enfants (moins de 6 ans) et les femmes enceintes vivant dans...

  • 26 mars 2013

    L'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) s'est vu confier le mandat « d'évaluer les enjeux liés au diagnostic et à la prise en charge initiale des enfants atteints de la fibrose kystique (FK) au Québec » par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). La présente synthèse des connaissances vise à recenser les enjeux en lien avec le dépistage, le diagnostic et le traitement initial des patients qui sont cités dans la littérature et à décrire le contexte dans le but de proposer des pistes de solution adaptées aux réalités et aux enjeux québécois. Cette synthèse a été le document de référence employé lors du Forum délibératif sur la FK qui s'est tenu les 1er et 2 novembre 2011.

    Méthodologie employée

    La synthèse repose...

  • 21 février 2013

    Le présent avis porte sur le choix d'un vaccin méningococcique conjugué, tant pour la primovaccination des jeunes enfants que pour la dose de rappel en 3e année du secondaire. Pour préparer cet avis, une revue extensive de la littérature a été réalisée, les données épidémiologiques disponibles au Québec et au Canada ont été analysées et un modèle d'analyse économique a été élaboré. L'épidémiologie des infections invasives à méningocoque est décrite. Les avantages et inconvénients des différents vaccins et les calendriers possibles sont présentés. Des indications sont données sur les impacts épidémiologiques potentiels de différents calendriers et sur les différentiels de coût entre les vaccins conjugués contre le sérogroupe C et les vaccins conjugués quadrivalents A, C, W-...

  • 24 janvier 2013

    L'école représente un lieu incontournable pour favoriser la santé, le bien-être et la réussite scolaire des enfants et des adolescents de tous les milieux. Malgré leur potentiel d'impact sur les jeunes et leur milieu, l'implantation des approches globales en milieu scolaire, telles que l'approche École en santé (AÉS), représente un défi pour les écoles en raison de leur complexité sur le plan opérationnel.

    Les résultats antérieurs de nos recherches sur la diffusion de l'AÉS au Québec ont ainsi fait ressortir plusieurs barrières (temps, priorités nombreuses, etc.) à son adoption et à son implantation, malgré une réceptivité chez plusieurs acteurs. La capacité des écoles d'intégrer ce type d'approche dans leur fonctionnement est donc un enjeu crucial afin de permettre à tous les...

Pages

Souscrire à Santé des enfants