Modulation du port du masque en milieux de soins en fonction de la circulation des virus respiratoires

  • Le port universel du masque1 s’est avéré utile comme mesure de prévention et de contrôle de la transmission du SRAS-CoV-2. Étant donné l’évolution de l’épidémiologie de ce virus s’ajoutant à d’autres virus respiratoires durant certaines périodes, l’utilisation du masque est une mesure qui peut s’appliquer à l’ensemble des virus respiratoires, notamment l’influenza et le virus respiratoire syncytial.
  • Différents niveaux d’application du port du masque peuvent être instaurés dans certaines circonstances et en fonction de la circulation des virus respiratoires.
  • La décision d’élargir les recommandations visant le port du masque doit relever de chacun des établissements en fonction de l’impact de l’ensemble des virus respiratoires sur leur contexte local ou régional.
  • Des critères ont été élaborés pour soutenir la décision des établissements et sont présentés dans ce document. Ces critères prennent en compte la circulation et l’impact de tous les virus respiratoires et non seulement du SRAS-CoV-2.
  • Ce document présente également des définitions permettant de faciliter l’application des recommandations en harmonisant les termes utilisés entre les établissements.

1Dans ce document, le terme « masque » réfère au masque médical.

Modulation du port du masque en milieux de soins en fonction de la circulation des virus respiratoires
Auteur(-trice)s
Jasmin Villeneuve
M.D., Direction des risques biologiques et de la santé au travail, Institut national de santé publique du Québec
Type de publication
ISBN (électronique)
978-2-550-97787-2
Date de publication