Tests de contrôle à la suite de la détection d'une infection à C. trachomatis ou d'une infection à N. gonorrhoeae : indications et analyses recommandées

Ces travaux sont en soutien à la mise à jour du guide de l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) portant sur le traitement pharmacologique des infections à Chlamydia trachomatis et Neisseria gonorrhoeae. Le Comité sur les analyses de laboratoire en lien avec les infections transmissibles sexuellement et par le sang a formulé des recommandations concernant les indications de tests de contrôle à la suite de la détection d'une infection à C. trachomatis ou d'une infection gonococcique, ainsi que les analyses à privilégier.

Infections à C. trachomatis

Un test de contrôle est recommandé dans les situations suivantes seulement :

  • En présence de persistance (ou apparition) de signes ou symptômes;
  • Grossesse;
  • Problème anticipé d'observance au traitement;
  • Utilisation d'un schéma thérapeutique autre que ceux recommandés au Québec par les guides sur le traitement pharmacologique des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) de l'INESSS;
  • Infection rectale traitée par azithromycine;
  • Infection à C. trachomatis de génotypes L1-3 (LGV);
  • Chez les enfants prépubères.

Le test de contrôle, dans le cas d'une infection à C. trachomatis, doit être réalisé par test d'amplification des acides nucléiques (TAAN), le plus tôt possible à partir de trois semaines après la fin du traitement.

Infections à N. gonorrhoeae

Un test de contrôle devrait être effectué dans tous les cas d'infections gonococciques. Le test de contrôle est particulièrement important dans les situations suivantes :

  • En présence de persistance (ou apparition) de signes ou symptômes;
  • Infection pharyngée (même si traitée avec ceftriaxone);
  • Grossesse;
  • Problème anticipé d'observance au traitement;
  • Utilisation d'un schéma thérapeutique autre que ceux recommandés au Québec par les guides sur le traitement pharmacologique des ITSS de l'INESSS;
  • Traitement en monothérapie (incluant azithromycine 2g, même si la souche est sensible à l'azithromycine);
  • Résistance à l'un des antibiotiques utilisés;
  • Partenaire d'un patient chez qui une résistance à l'un des antibiotiques utilisés a été démontrée;
  • Chez les enfants prépubères.

Chez les personnes symptomatiques au moment du test de contrôle, le test de contrôle doit être effectué par :

  • Culture, le plus tôt possible à partir de trois jours et avant deux semaines après la fin du traitement.
  • TAAN et culture, si le test de contrôle est effectué à partir de deux semaines après la fin du traitement.

En cas d'infection pharyngée (symptomatique ou non), le test de contrôle doit être effectué par :

  • Culture, le plus tôt possible à partir de trois jours après la fin du traitement. À partir de deux semaines après la fin du traitement, en plus de la culture, un TAAN pourrait être effectué, mais il faut reconnaitre que des résultats faussement positifs sont possibles.

Chez les personnes asymptomatiques au moment du test de contrôle et dont le site d'infection est autre que le pharynx, le test de contrôle doit être effectué par :

  • TAAN, le plus tôt possible à partir de deux semaines après la fin du traitement.
  • En présence d'un résultat positif au TAAN de contrôle, il est souhaitable de procéder à un prélèvement pour culture si cela ne retarde pas le traitement.

Contexte de co-infection C. trachomatis/N. gonorrhoeae

  • Il est recommandé d'effectuer le test de contrôle par TAAN à partir de trois semaines après la fin du traitement, pour les deux infections. Si des symptômes persistent ou apparaissent, une culture pour la recherche de N. gonorrhoeae devrait être effectuée rapidement, le plus tôt possible à partir de trois jours après la fin du traitement.

Contexte de réinfection

  • Si une réinfection est soupçonnée, il est primordial d'effectuer de nouveaux prélèvements, dans le cas de C. trachomatis comme de N. gonorrhoeae. Il ne s'agit pas d'une indication de test de contrôle, mais bien d'un nouveau dépistage/diagnostic.
  • Il est à noter que le test de contrôle ne remplace pas la recommandation d'effectuer un nouveau dépistage entre trois et six mois après un traitement antibiotique afin d'identifier une possible réinfection.

Sites à prélever pour les tests de contrôle

  • Lors d'un test de contrôle, il est recommandé que minimalement le ou les sites initialement infectés soient prélevés à nouveau et que des sites additionnels soient aussi prélevés selon le jugement clinique.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-73711-7

ISBN (imprimé): 

978-2-550-73709-4

Notice Santécom: