Au Québec, les modèles climatiques mondiaux prévoient que les températures moyennes augmenteront, pour atteindre d’ici la fin du siècle, de 2 à 3°C supplémentaires en période estivale (Ouranos, 2004). Celles-ci s’accompagneront d’un accroissement de la fréquence et de l’intensité des vagues de chaleur. Ces températures plus élevées, l’humidex quotidien en hausse depuis les quatre dernières décennies à Montréal et à Québec, et les vagues de chaleur plus fréquentes et intenses constituent un risque pour la santé publique (Gouvernement du Canada, 2005). Bien que le lien causal ne soit pas direct, l’élévation de la température de l’air peut entraîner un accroissement de la fréquence et de l’intensité des périodes de chaleur accablante, peut engendrer des périodes de canicule et accentuer les effets de la pollution atmosphérique dans les villes (Direction de santé publique de [DSP] de la Montérégie, 2004). Aussi, les agglomérations urbaines doivent pallier un phénomène supplémentaire amplifiant la chaleur accablante, celui de l’effet d’îlot thermique urbain (EITU). Ce phénomène est généré par les recouvrements asphaltés et les matériaux des différentes infrastructures qui absorbent la chaleur et augmentent par le fait même la température de l’air ambiant de 0,5 à 5,6°C dans les milieux urbains (Oke, 1982). Pour assurer la protection de la santé publique et en réduire la vulnérabilité, l’élaboration et le maintien d’initiatives d’adaptation sont nécessaires.

Il apparaît à travers l’ensemble de cette étude qu’il existe plusieurs initiatives d’adaptation déjà en place et aussi, surtout, qui seront implantées au fil des deux prochaines années pour réduire le risque sociosanitaire que représente les vagues de chaleur et l’effet d’îlot thrmique urbain. À la lumière des résultats de cette étude, certaines initiatives peu présentes restent à être développées, soient :

  • La formation des professionnels de la santé;
  • La mise sur pied de projets pilotes visant l’éducation populaire pour la protection personnelle lors des vagues de chaleur et la contribution à la lutte contre l’effet d’îlot thermique urbain;
  • L’ajout de mesures économiques favorisant l’implantation d’initiatives visant à atténuer le phénomène de chaleur accablante, notamment par les mesures liées à une meilleure isolation des habitations;
  • L’amélioration des connaissances relatives aux conditions d’aération, de ventilation et de climatisation des centres de santé et de soins de longue durée;
  • Les nouvelles lignes directrices relatives à la gestion des centres de soins;
  • Un renforcement continu des initiatives déjà mises en place, notamment pour l’aspect de la surveillance en temps réel des impacts des canicules.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

2-550-47850-9

ISBN (imprimé): 

2-550-47850-9

Notice Santécom: