Surveillance des diarrhées associées à Clostridium difficile au Québec : bilan du 14 août 2011 au 25 août 2012

La surveillance provinciale obligatoire des diarrhées associées à Clostridium difficile (DACD) se poursuit maintenant pour une huitième année consécutive.

Au cours de cette huitième année de surveillance, une septième année de surveillance provinciale des souches de Clostridium difficile (C. difficile) a été réalisée en collaboration avec le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ).

Ce rapport présente le portrait de l'épidémiologie des DACD pendant la huitième année de surveillance (soit du 14 août 2011 au 25 août 2012) dans l'ensemble des 95 installations participant au programme de surveillance provinciale. Des analyses détaillées sur les différents pulsovars des souches de C. difficile et leurs associations avec les taux d'incidence et les complications seront aussi présentées.

Après la diminution du taux d'incidence provincial des DACD jusqu'au niveau le plus bas jamais observé depuis le début de la surveillance (6,5/10 000 jours-présence) lors de la quatrième année, les taux d'incidence sont de nouveau stabilisés au même niveau pendant la huitième année après avoir augmenté temporairement lors de la septième année. Seulement 17 installations présentent une diminution significative du taux d'incidence annuel alors que 11 installations ont une augmentation significative. Il semble que ce soit surtout les installations de plus de 100 lits avec une clientèle âgée qui présentent un taux d'incidence plus bas comparativement à l'année passée.

Le nombre de décès à 30 jours chez les patients avec une DACD, observé annuellement, est stable depuis 2005-2006. Ce nombre est approximativement deux fois plus petit que le nombre de décès observé lors de la première année de surveillance (2004-2005). La surveillance continue des décès et des colectomies est nécessaire pour pouvoir détecter les changements de la virulence du C. difficile ou des modifications de l'épidémiologie des DACD.

prédominance de la souche A (NAP1/027) dans les installations participantes. Les analyses des complications nous démontrent qu'un plus grand nombre de décès est observé parmi les DACD avec les pulsovars A (NAP1/027) que parmi les DACD avec d'autres pulsovars. Ce plus grand nombre de décès associés à la souche épidémique NAP1 (incluant les pulsovars A et A2-5) a déjà été démontré précédemment.

La poursuite de la surveillance des souches demeure nécessaire afin de mieux connaître les facteurs qui peuvent influencer les taux d'incidence.

Comité: 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISSN (électronique): 

1913-4541

ISSN (imprimé): 

1913-4533

Notice Santécom: 

12370