Tabac

La consommation d'alcool ou de drogues illicites en fonction du statut tabagique chez les élèves québécois, 2008-2009

En raison des nombreux effets délétères leur étant associés, l’usage de substances psychoactives constitue une importante problématique de santé publique dans notre société. L’usage de tabac représente toujours la plus importante cause de mortalité évitable au Canada, 17 % de l’ensemble des décès enregistrés en 2002 lui étant attribuables. De plus, 17 % des années potentielles de vie perdues au Canada étaient dues au tabac, comparativement à 6 % pour l’alcool et 2 % pour les drogues illégales. Au Québec, pour la seule année 2002, la consommation de tabac et d’alcool avait généré des coûts directs (soins de santé, procédures judiciaires et autres) et indirects (perte de productivité) dépassant les sept milliards de dollars.

En dépit des différentes mesures mises en place afin de prévenir la consommation d’alcool et de tabac chez les jeunes Canadiens, une proportion considérable d’entre eux continuent à faire usage de ces substances avant l’âge légal de consommation. Selon les…

Regards sur un partenariat fructueux : cinq ordres professionnels et l'Institut national de santé publique du Québec engagés dans la lutte contre le tabagisme

Le tabagisme constitue l’un des plus sérieux problèmes de santé publique du Québec, causant le décès de plus de 10 000 Québécois chaque année (Rehm et coll., 2006). Dans les pays industrialisés, l’usage du tabac est considéré comme le principal facteur de risque des maladies chroniques les plus meurtrières, soit les maladies cardiovasculaires, les cancers et les maladies respiratoires chroniques (OMS, 2002). Le tabagisme impose donc un lourd fardeau au système de santé ainsi que des coûts sociaux considérables. Soulignons que la majorité des fumeurs souhaitent se libérer de leur dépendance au tabac. En effet, 82 % d’entre eux ont déjà tenté de cesser de fumer (Statistique Canada, 2010).

Depuis 1994, le gouvernement du Québec lutte avec détermination contre le tabagisme. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), par l’entremise du Service de lutte contre le tabagisme (SLT), a mis sur pied un Plan québécois de lutte contre le tabagisme (PQLT) qui vise à protéger…

Énoncé de position - Le tabagisme, un fléau de santé publique : des professionnels de la santé engagés

Cette déclaration a été adoptée par le Collège des médecins du Québec, l’Ordre des dentistes du Québec, l’Ordre des hygiénistes dentaires du Québec, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, l’Ordre des optométristes du Québec, l’Ordre des pharmaciens du Québec, l’Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec, et l’Institut national de santé publique du Québec.

Les effets du tabagisme sur la santé sont incontestables. Depuis plusieurs années et encore aujourd’hui, le tabagisme constitue l’un des plus sérieux problèmes de santé publique au Québec. L’usage du tabac entraîne plusieurs maladies chez les fumeurs et les nonfumeurs, en plus d’imposer un lourd fardeau au système de santé ainsi que des coûts sociaux considérables. Il constitue le principal facteur de risque des maladies chroniques les plus meurtrières, soit les maladies cardiovasculaires et les cancers. Plus de 10 000 Québécois meurent chaque année des conséquences du tabagisme.

Les fumeurs, soum…

Surveillance de la cessation tabagique

Les fiches sur la surveillance du tabagisme du présent fascicule ont été élaborées dans le but de fournir des données actualisées, fiables et continues sur la cessation tabagique. Elles visent à guider l'élaboration de politiques et de programmes en matière de la lutte contre le tabagisme et de protection des non-fumeurs.

D’après l’Enquête québécoise sur le tabac, l’alcool, la drogue et le jeu chez les élèves du secondaire de 2008, un peu plus de la moitié (56 %) des élèves du secondaire du Québec faisant usage de cigarettes (soit environ 49 600 personnes) ont tenté au moins une fois au cours de l’année précédente de renoncer au tabac; 29 % d’entre eux ont d’ailleurs fait plus d’une tentative. Les filles se retrouvent proportionnellement plus nombreuses que les garçons à avoir effectué au moins trois tentatives d’arrêt tabagique au cours des 12 mois précédant l’enquête de 2008 (respectivement de 17 % et 8,5 %).

Quatre élèves du secondaire au Québec sur dix (40 %) qui…

Promotion des produits du tabac dans les points de vente du Québec au printemps 2008 : état de la situation

La promotion des produits du tabac dans les points de vente a pris une importance grandissante suite aux restrictions de plus en plus sévères imposées aux formes traditionnelles de publicité telles que les commandites, l’affichage à l’extérieur d’un point de vente, et la publicité dans les médias écrits (Carter, 2003; Dewhirst, 2004; Feighery et collab., 2008; Pollay, 2007). Elle vise à assurer la meilleure visibilité possible aux produits du tabac en les présentant à des endroits stratégiques, sur des étalages attrayants de grande dimension, et en les accompagnant d’affiches voyantes (Dewhirst, 2004; Feighery et collab., 2003; Lavack & Toth, 2006; Pollay, 2007).

Des études confirment que la promotion des produits du tabac dans les points de vente est associée à l’initiation au tabagisme chez les adolescents (Hanewinkel et collab., 2010; Henriksen et collab., 2010; Slater et collab., 2007), qu’elle peut ébranler la motivation des ex-fumeurs et des fumeurs qui tentent de…

Quel est le lien entre le statut tabagique des proches, l'interdiction de fumer au domicile et l'initiation à l'usage du tabac chez les enfants?

En bref… Qu'est-ce que cette étude nous apprend de plus?

  • Nous savions déjà que les enfants qui ont des personnes significatives qui fument dans leur entourage sont plus à risque de s'initier à l'usage du tabac.
  • Les messages de santé publique qui incitent les parents à ne pas fumer au domicile visent, entre autres, à minimiser l'exposition des enfants à la fumée du tabac ambiante. Les connaissances existantes ne permettaient toutefois pas de savoir dans quelle mesure un domicile avec une règle interdisant de fumer protège également contre l'initiation à l'usage du tabac chez les enfants.
  • La présente étude indique que l'interdiction complète de fumer au domicile protège les enfants n'ayant pas de fumeur dans leur entourage proche, contre l'initiation à l'usage du tabac. Il est donc important de sensibiliser l'ensemble des parents aux avantages d'implanter des règles strictes contre l'utilisation du tabac au domicile pour mieux protég…

L'exposition à la fumée de tabac dans l'environnement chez les élèves québécois : 2008-2009

L’exposition à la fumée de tabac dans l’environnement représente une cause démontrée de cancer chez l’être humain[1]. En 2006, Santé Canada évaluait à approximativement 800 le nombre de décès annuels par cancer du poumon ou maladie cardiovasculaire causés par la FTE, dont 200 provenant du Québec.

Chez les enfants, les effets de la FTE sur la santé sont particulièrement nocifs, car ils respirent plus rapidement que les adultes et absorbent davantage de substances polluantes en raison de leur petite taille. Des effets néfastes ont été documentés également chez les foetus dont les mères sont en contact avec la FTE. Il a été démontré que la nicotine provenant de la FTE se rend dans le sang maternel et atteint le foetus en traversant le placenta. Ceci entraîne une diminution de la quantité d’oxygène et de substances nutritives qui parviennent au foetus, entraînant une hausse du risque de naissance prématurée, de malformation et de faible poids à la naissance.

Les méfaits…

Surveillance de l'exposition à la fumée de tabac dans l'environnement

Les fiches sur la surveillance du tabagisme du présent fascicule ont été élaborées dans le but de fournir des données actualisées, fiables et continues sur la fumée de tabac dans l’environnement. Elles visent à guider l'élaboration de politiques et de programmes en matière de la lutte contre le tabagisme et de protection des non-fumeurs.

Au Québec, la dernière décennie a été marquée par une augmentation du nombre de ménages où il est interdit de fumer et une diminution de l’exposition des non-fumeurs à la fumée de tabac dans l’environnement (FTE). En 2009, d’après l’Enquête de surveillance de l’usage du tabac au Canada (ESUTC), les trois quarts (75 %) des Québécoises et des Québécois âgés de 15 ans et plus (soit environ 3 860 400 personnes) vivaient dans un ménage où il était complètement interdit de fumer, autrement dit, où il était demandé aux fumeurs de s’abstenir de fumer n’importe où dans la maison. Cette proportion représente une hausse de 33 points de pourcentage en c…

Surveillance de l'usage du tabac au Québec

Le tabagisme est un facteur de risque considérable pour la santé des fumeurs et des nonfumeurs. Le problème est à ce point important que le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec reconnaît la lutte contre le tabagisme comme une priorité nationale de santé publique. À cet égard, le Programme national de santé publique 2003-2012 (MSSS, 2003) visait initialement à réduire, d’ici 2012 :

  • l’usage du tabac chez les jeunes du secondaire;
  • la proportion des personnes de 15 ans et plus qui font usage du tabac à 18 %;
  • l’exposition à la fumée de tabac dans l’environnement.

Sa mise à jour en 2008 (MSSS, 2008) a établi de nouvelles cibles à atteindre en ce qui a trait au tabagisme, à savoir réduire :

  • la proportion de fumeurs chez les jeunes du secondaire à 13 %;
  • la proportion de fumeurs de 15 ans et plus à 16 %.

Trois objectifs motivent l’action gouvernementale, tels qu’énoncés dans l’édition…

L'initiation à l'usage de la cigarette chez les élèves québécois : 2008-2009

Selon le modèle théorique du développement de la dépendance en cinq stades, le fumeur passerait par des étapes successives de préparation, d’essai, d’usage irrégulier, puis d’usage régulier, et enfin de dépendance à la nicotine. Or, plusieurs études s’intéressant à l’expérience des jeunes qui se sont initiés à l’usage du tabac ont constaté que les trajectoires de dépendance émergent déjà avec un usage peu fréquent de la cigarette. Ces études remettent en question la validité du modèle théorique en cinq stades, notamment parce que les symptômes de dépendance à la nicotine apparaissent bien avant que le jeune ne fume sur une base quotidienne, hebdomadaire, ou même mensuelle. Les données de plusieurs études longitudinales récentes indiquent que la dépendance n’est pas tant une conséquence de la consommation régulière de tabac qu’une cause potentielle de celle-ci.

Pour cette raison, il est important d’examiner périodiquement les taux d’initiation aux produits du tabac chez les é…