Statistiques sur les services relatifs aux programmes de prévention du VIH et des hépatites B et C offerts aux utilisateurs de drogues par injection du Québec : avril 2005 à mars 2006

Les statistiques sur les programmes de prévention du VIH et des hépatites, colligées depuis 1996, grâce à des indicateurs standards sont analysées chaque année afin de suivre l'évolution de la situation nationale et dans les différentes régions du Québec. Les centres d'accès au matériel d'injection (CAMI) sont des lieux où les personnes utilisatrices de drogues par injection (UDI) peuvent se rendre pour obtenir du matériel d'injection stérile, des conseils de prévention et aussi d'autres services. Ce sont des organismes communautaires, des établissements du réseau de la santé et des pharmacies. Au 30 novembre 2006, le Québec comptait 820 CAMI répartis dans 16 régions. Les 76 organismes communautaires : 4 centres spécialisés de prévention des ITSS auprès des UDI (CSP) et 72 organismes communautaires à clientèle et vocation multiples (OCCVM) ont assuré la distribution de plus de 80 % du matériel d'injection stérile au cours de la période d'avril 2005 à mars 2006. Les 744 établissements du réseau de la santé (incluant les pharmacies) assurent environ 20 % de la distribution du matériel, mais ce sont des portes d'entrée indispensables dans le système de soins pour des clientèles qui ont grandement besoin de soins et de services.

Au cours de la période 2005-2006, 1 333 356 seringues, 476 744 ampoules d'eau et 211 880 «nbsp;stéricupsnbsp;» distribués aux personnes UDI ont été comptabilisés par le biais des CAMI. Ces derniers ont enregistré 104 481 visites d'usagers au cours de cette même période. La moyenne de seringues distribuées par visite d'usager se situe à 12,8 au niveau provincial, mais certaines régions enregistrent des moyennes qui dépassent 50 seringues par visite d'usager. Les personnes qui fréquentent les CAMI ont aussi accès à des services de prévention, de dépistage des ITSS et, dans certaines conditions, à des services cliniques dans les organismes communautaires.

Dans les organismes communautaires, les personnes UDI peuvent se présenter dans les sites fixes ou être contactées par le biais du travail de milieu. Les informations recueillies au cours de la période 2005-2006 montrent que les CLSC et les hôpitaux des centres de santé et de services sociaux (CSSS) accueillent des clients dont l'âge est supérieure à 40 ans dans une plus grande proportion, alors qu'en pharmacie ce sont davantage des personnes de 20 à 29 ans. Globalement, les visites d'usagers se répartissent de la manière suivante : homme (±70 %) et femmes (±30 %), alors qu'en CLSC la proportion de femmes n'est que de 22,7 %. Les jeunes de 20 à 29 ans se retrouvent davantage dans les CSP et les unités mobiles alors que les plus de 40 ans fréquentent les OCCVM. Ils sont aussi rejoints par le travail de milieu des CSP. Les interventions de milieu des organismes communautaires permettent de rejoindre des femmes dans des proportions plus élevées que celles observées dans les autres types de sites.

Au cours des deux dernières périodes les quantités de matériel d'injection stérile demandées par les CAMI pour mettre à la disposition de leurs clients ont beaucoup augmenté. Cette situation entraîne une augmentation des coûts et nécessite des ajustements. Cependant, les quantités de matériel distribué aux personnes UDI ne doivent pas être limitées par soucis d'économie car ce sont les efforts de prévention qui pourraient être compromis.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-50649-2

ISBN (imprimé): 

978-2-550-50648-5

Notice Santécom: