Identification de contaminants d’intérêt prioritaire en santé environnementale au Québec sur la base de données de biosurveillance

L’exposition des populations aux substances chimiques présentes dans l’environnement et leurs effets sur la santé préoccupent les acteurs de santé publique partout. Dans un contexte de ressources humaines et financières limitées, il est nécessaire d’identifier les contaminants qui devraient faire l’objet d’une attention particulière au Québec.

L’identification de contaminants d’intérêt prioritaire en santé environnementale, telle que proposée ici, se fonde sur l’interprétation de données de biosurveillance. La biosurveillance, par la mesure de composés chimiques dans le sang ou l’urine, renseigne sur l’exposition de la population aux contaminants présents dans l’environnement. Grâce à la participation du Québec à l’Enquête canadienne des mesures sur la santé, il a été possible, lors d’un précédent travail, d’extraire les données de biosurveillance représentatives de la population de la province.

La détermination de priorité a d’abord été possible par la comparaison de ces données avec celles de la population canadienne. Sur environ 50 comparaisons, les mesures d’imprégnation de la population générale québécoise sont supérieures à celles de l’ensemble du Canada pour trois substances chimiques.

Les données de biosurveillance de la population du Québec ont aussi été interprétées sur la base du risque à l’aide de valeurs qui font le lien théorique entre l’exposition et les effets à la santé, valeurs appelées Équivalent de biosurveillance. Cette approche a permis de déterminer le niveau de priorité d'une dizaine de composés organiques et inorganiques, parmi lesquels sept ont été jugées de niveau moyen ou élevé.

En raison du nombre restreint de composés pour lesquels des données québécoises de biosurveillance sont actuellement disponibles, les résultats d’exercices de priorisation réalisés récemment sur des données canadiennes et américaines ont également été considérés afin de compléter le travail. Au total, 15 substances ont été ajoutées à la liste de priorités.

Le rapport d’analyse propose ainsi 24 composés d’intérêt, dont neuf proviennent du traitement des données de biosurveillance propre à la population québécoise. Parmi les contaminants identifiés se trouvent l’arsenic, le cadmium, le plomb et l’acrylamide.

La liste proposée ne correspond pas à une finalité en soi. Elle constitue plutôt un point de départ pour engager la discussion entre les acteurs de la santé environnementale afin que soient déterminés les besoins prioritaires du Québec en matière de biosurveillance accrue, d’action de santé publique ou de recherche. À cet effet, des méthodologies consultatives et délibératives pourraient être utilisées pour poursuivre la réflexion.

Identification de contaminants d’intérêt prioritaire en santé environnementale au Québec sur la base de données de biosurveillance

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-81651-5

Notice Santécom: