Surveillance provinciale des bactériémies nosocomiales sur cathéters centraux aux soins intensifs : avril 2006-mars 2007

Un programme de surveillance continue des bactériémies sur cathéters centraux aux soins intensifs a été mis en place en octobre 2003 et se poursuit depuis au sein des centres hospitaliers participants à partir du portail Web de surveillance de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Les résultats des premières années (2003 – 2006) démontraient des taux moyens d’infection se situant entre 1,01 et 4,23 bactériémies/1 000 jours-cathéters, selon le type d’unité de soins intensifs et le type de centre hospitalier, avec des taux moindres en 2005 – 20062. Le taux de mortalité global associé directement ou indirectement aux bactériémies se situait à 11,7 % en 2003 – 2005 et à 8,6 % en 2005 – 2006. Par ailleurs, la proportion de bactériémies à S. aureus causées par une souche résistante à la méthicilline (SARM) était importante en 2005 – 2006 (59 %) et se devait d’être suivie de près.

Les infections nosocomiales constituent un lourd fardeau en termes de morbidité et de mortalité. Le Comité sur les infections nosocomiales du Québec (CINQ) estime, à partir de données d’études américaines, qu’il y aurait acquisition d’une infection nosocomiale dans près de 5-10 % des admissions dans les hôpitaux de soins de courte durée du Québec Dans une étude américaine publiée en 1996, les bactériémies représentaient 14 % des infections nosocomiales. La plupart de ces bactériémies étaient associée à la présence d’un cathéter intravasculaire.

Au Québec, l’importance des bactériémies a été mise en lumière lors des deux premières phases de la surveillance des bactériémies nosocomiales, effectuées par le groupe de Surveillance provinciale des infections nosocomiales (SPIN). En 1998, sur une période de 3 mois, SPIN-1 avait dénombré 503 bactériémies primaires et secondaires au sein de 30 installations participantes, survenant chez 0,7 % des patients hospitalisés. Le taux moyen d'incidence était alors de 0,67 bactériémie/1 000 jours-présence, taux qui quadruplait dans les unités de soins intensifs. Une deuxième phase de surveillance a eu lieu entre novembre 2000 et mai 2001. Durant cette période, 740 bactériémies ont été recensées au sein de 33 installations participantes pour un taux moyen d’incidence de 0,57 bactériémie/ 1 000 jours-présence dans tout l’hôpital et de 2,5/1 000 jours-présence aux soins intensifs adultes contre 1,88 en pédiatrie et 1,2 en néonatologie. De ces bactériémies, 13,7 % ont été liées directement ou indirectement à un décès.

Nous vous présentons maintenant les résultats de la surveillance continue des bactériémies sur cathéter pour la période d’avril 2006 à mars 2007.

Auteur(s): 

Comité: 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-51105-2

ISBN (imprimé): 

978-2-550-51106-9

ISSN (électronique): 

1921-314X

ISSN (imprimé): 

1914-962X

Notice Santécom: