Mesures générales de santé publique (en situation de pandémie d'influenza)

Il est maintenant reconnu que la vaccination et les traitements antiviraux ou prophylaxies antivirales sont les deux stratégies les plus efficaces pour limiter les conséquences d’une pandémie d’influenza. Or, une fois la souche virale identifiée, il faudra au moins trois à quatre mois pour fabriquer un vaccin spécifique à la souche pandémique. De plus, les antiviraux n’ont qu’une valeur limitée dans la prévention de la pandémie d’influenza en raison des coûts associés à leur usage prolongé, de l’augmentation des demandes qui entraînera une pénurie et de la possibilité que la souche pandémique soit résistante (Henderson et al., 2000; Cinti, 2005). En effet, Chung (2005) relève que le Tamiflu a été inefficace chez près de 50 % des patients atteints de l’influenza H5N1 en Thaïlande.

Ce faisant, les interventions non médicales sont l’une des seules barrières qui permettront de ralentir la progression de la pandémie jusqu’à ce qu’un vaccin spécifique soit créé et distribué à grande échelle. L’efficacité de ces mesures dépend des caractéristiques biologiques de la souche d’influenza pandémique [mode de transmission par gouttelette versus par aérosol, taux d’attaque selon le groupe d’âge, période d’incubation et résistance aux antiviraux] ainsi que de leur faisabilité [coût, disponibilité des ressources, facilité d’implantation compte tenu des infrastructures présentes, impact de ces interventions et acceptabilité de la population] (WHO Working Group, 2004).

Les mesures non médicales considérées par l’OMS visent à limiter la transmission internationale du virus [dépistage et mise en place de restrictions aux voyageurs], à réduire la transmission aux niveaux national et local [isolement et traitement des personnes malades; monitoring et quarantaine volontaire des personnes exposées; mesures d’éloignement social telles la fermeture des écoles et l’annulation des rassemblements publics], à réduire les risques individuels [lavage de mains et étiquette respiratoire] et finalement, à informer la population de l’existence de ces risques.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-50732-1

ISBN (imprimé): 

978-2-550-50733-8

Notice Santécom: