Impact de la politique d'enrichissement des farines par l'acide folique sur la fréquence des malformations congénitales au Québec

Une politique d'enrichissement des farines par l'acide folique a été mise en place au Canada en 1998 et visait à réduire la fréquence des malformations congénitales du tube neural dans la population, principalement l'anencéphalie et le spina bifida. Une étude épidémiologique multicentrique a été entreprise afin d'évaluer l'impact de cette mesure de santé publique. Les résultats qui concernent la province de Québec sont présentés dans ce rapport.

La population d'étude comprenait toutes les naissances vivantes, les mortinaissances et les interruptions volontaires de grossesse suite à un diagnostic de malformation foetale, de 1993 à 2002, de mères résidant au Québec. Le fichier provincial des résumés d'hospitalisation Med-Echo et les certificats de mortinaissances et de décès infantiles ont été consultés afin d'identifier tous les cas ayant un code diagnostique compatible avec une anomalie de fermeture du tube neural (AFTN). Les dossiers des mères et des enfants ont été révisés afin d'éliminer les cas qui ne répondaient pas à la définition d'AFTN et préciser le type et la localisation de l'AFTN. Il n'a pas été possible de réviser les dossiers de patients référés dans les hôpitaux et cliniques de l'Ontario. En conséquence, la région de l'Outaouais a été exclue, ce qui représente moins de 5 % du total des naissances dans la province. Une date théorique de naissance après une grossesse de 40 semaines a été déterminée pour tous les cas d'AFTN pour tenir compte de la grande variabilité des durées de grossesse dans ce groupe. En fonction de données de laboratoire en Ontario, les grossesses ont été classées en trois catégories : non exposées à l'enrichisement durant le premier trimestre (date véritable ou théorique de naissance jusqu'au 30 septembre 1997), exposées à un enrichissement partiel (date de naissance comprise entre le 1er octobre 1997 et le 31 mars 2000) et exposées à un enrichissement complet (date de naissance à partir du 1er avril 2000).

Pendant la période de l'étude, nous avons recensé 1 101 cas AFTN et la population de référence comptait 765 567 naissances. Les AFTN incluaient 342 cas d'anencéphalie (31 % du total), 121 cas d'encéphalocèle (11 %) et 638 cas de spina bifida (58 %). La proportion de cas ayant fait l'objet d'une interruption volontaire de grossesse était de 63 % pour l'ensemble des AFTN. La proportion était de 81 % pour l'anencéphalie, de 47 % pour l'encéphalocèle et de 57 % pour le spina bifida. L'analyse de tendance indique une légère augmentation non statistiquement significative en ce qui concerne la proportion des AFTN ayant fait l'objet d'un diagnostic anténatal, la proportion étant inférieure à 60 % en début de période et supérieure à 70 % en fin de période. Par contre, aucune tendance statistiquement significative n'a été observée dans la proportion de cas d'anomalie de fermeture du tube neural ayant fait l'objet d'une interruption médicale de grossesse durant la période d'étude.

Durant la période d'étude, la prévalence totale des AFTN était de 1,44/1 000 naissances. Une brusque diminution de la prévalence a été observée suite à la mise en place du programme d'enrichissement, le taux passant de 1,69/1 000 durant la période précédant l'enrichissement à 0,98/1 000 durant la période d'enrichissement complet, soit une réduction de fréquence de 46 % (p < 0,0001).

Cette réduction de fréquence des AFTN ne peut pas être expliquée par une augmentation importante de la consommation de suppléments vitaminiques contenant de l'acide folique mais est vraisemblablement causée par l'augmentation de l'apport alimentaire résultant de l'enrichissement des aliments.

Ce résultat est congruent avec ceux observés dans d'autres provinces canadiennes et aux États-Unis. L'enrichissement des aliments en acide folique au Canada est bénéfique et devrait se poursuivre selon les normes actuelles.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-49357-0

Notice Santécom: