Cannabis et COVID-19 - Revue rapide des connaissances

Avertissement

La présente revue rapide des connaissances a été rédigée pour apporter un double éclairage sur les risques à la santé de la consommation de cannabis dans le contexte de la COVID-19 : quels sont les effets connus de l’usage de cannabis ou de ses composés sur le risque de développer des complications de la COVID-19, de contracter la maladie ou de favoriser la transmission du SRAS-CoV-2 et quelles sont les allégations d’effets thérapeutiques du cannabis issues de la communauté scientifique? Elle est fondée sur l’information disponible au moment où elle a été élaborée. Réalisée dans un court laps de temps et basée sur les connaissances issues d’une recherche rapide de littérature ainsi que d’une analyse sommaire et non exhaustive des écrits scientifiques, incluant des articles en prépublication, elle comporte des constats qui pourraient devoir être révisés selon l’évolution des connaissances scientifiques liées à l’actuelle pandémie. À cet effet, l’Institut a mis en place une veille scientifique ciblant diverses thématiques pour lui permettre de repérer les connaissances émergentes et de procéder aux mises à jour requises, lorsqu’il le juge indiqué.

Messages clés

Le cannabis est une substance psychoactive largement consommée dans le monde, tout comme au Québec. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, des informations contradictoires circulent sur le web et dans les médias concernant la consommation de cannabis comme facteur de risque de développer des complications liées à la COVID-19, de contracter la maladie ou de favoriser la transmission du virus, ainsi qu’à sa potentielle utilisation à des fins thérapeutiques. Afin de bien circonscrire ces enjeux de santé reliés à la consommation de cannabis et à la COVID-19, une revue rapide de la littérature scientifique a été réalisée. Très peu de données sont actuellement disponibles. L’ensemble des documents répertoriés permettent de dégager les constats suivants :

  • Les données actuellement disponibles ne fournissent pas de preuve suffisante pour catégoriser l’usage de cannabis comme facteur de risque supplémentaire de développer des complications de la COVID-19, de contracter la maladie ou de favoriser la transmission du SRAS-CoV-2;
  • Actuellement, le niveau de preuve requis est insuffisant pour considérer le cannabis ou ses composés comme une option pour le traitement ou la prévention de la COVID-19. Bien que des hypothèses soient soulevées, il demeure qu’aucune étude ou preuve scientifique ne recommande l’utilisation du cannabis et de ses dérivés pour le traitement des symptômes et des complications associés à la COVID-19 ou encore pour la prévention de la maladie;
  • Certains éléments basés sur des effets connus du cannabis devraient être pris en considération concernant les risques pour la santé, malgré l’absence de données probantes :
    • La fumée de cannabis peut nuire à la santé pulmonaire;
    • Le système immunitaire pourrait être modulé par l’usage de cannabis;
    • La consommation de cannabis par inhalation pourrait participer à la transmission du virus;
    • Le cannabis a des effets néfastes sur le système cérébrovasculaire et pourrait constituer un facteur de risque de développement de troubles neurologiques chez les patients atteints de COVID-19;
  • Éviter ou limiter la consommation de cannabis peut contribuer à réduire les risques pour la santé chez les consommateurs de cannabis. En effet, le principe de précaution est à prioriser afin de limiter les risques associés à la consommation de cannabis en période de COVID-19;
  • Il faut poursuivre la recherche afin de déterminer si la consommation de cannabis peut avoir un impact sur les risques de développer des complications de la COVID-19, de contracter la maladie ou de favoriser la transmission du virus.