Portrait de la COVID-19 parmi les enfants du Québec du 23 février au 11 juillet 2020

Au Québec, la première vague de la pandémie de COVID-19 s’échelonne du 23 février au 11 juillet 2020. Durant la première moitié de cette première vague, les contacts sociaux des enfants se limitaient vraisemblablement à leur famille puisque les écoles, la plupart des services de garde, les centres commerciaux, les centres sportifs, les commerces aux détails, restaurants et bars ont fermé leurs portes à partir du 16 mars. Par contre, la réouverture des écoles primaires (sauf sur le territoire métropolitain de Montréal), début mai, et l’ouverture des camps de jour, piscines et parcs extérieurs, en juin, ont probablement été associées à une certaine relance des contacts sociaux des jeunes. L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a suivi l’évolution des connaissances scientifiques sur la COVID-19 dans la population pédiatrique. Elle l’a fait en établissant systématiquement des parallèles entre ces connaissances émergentes et les données épidémiologiques disponibles localement. Ceci étant dit, un portrait global de la première vague de la pandémie de la COVID-19 parmi les enfants et adolescents du Québec s’imposait. Ce portrait établit des points de référence pour mieux apprécier les interventions mises en place depuis pour lutter contre la crise.

Objectif

Ce rapport vise à dresser un portrait de l’épidémie de la COVID-19 parmi les personnes âgées de moins de 18 ans du Québec durant la première vague de la pandémie.

Faits saillants

  • Entre le 23 février et le 11 juillet 2020, 3 493 cas de COVID-19 sont survenus parmi les moins de 18 ans du Québec, soit 6 % de l’ensemble de tous les cas enregistrés.
  • Au total au cours de la période des 19 semaines analysée, on enregistrait 22 cas de COVID-19 par chaque 10 000 enfants. Sur une base hebdomadaire, on enregistrait en moyenne 1,2 cas par 10 000 enfants. L’incidence hebdomadaire la plus forte a été enregistrée la semaine du 10 mai avec 2,5 cas par 10 000 enfants.
  • 76 % des enfants touchés auraient contracté le SRAS-CoV-2 à la suite d’un contact avec un autre cas connu par la Santé publique. Cet autre cas connu était un membre de leur famille dans 92 % des cas.
  • Les 15 à 17 ans auraient eu un peu plus tendance à contracter l’infection dans un contexte d’éclosion que les plus jeunes (14,0 %, contre 3,1 % et 6,1 % parmi les <1, 1-4, 5-9 et 10-14 ans).
  • De même les enfants touchés vers la fin de la première vague, soit à partir de la mi-juin, avaient aussi un peu plus tendance à contracter l’infection dans un contexte d’éclosion.
  • À partir du moment où le gouvernement élargit les indications de dépistage du SRAS-CoV-2, début mai, on observe qu’entre 20 % à 30 % des enfants atteints ne rapportent aucun symptôme. Les autres rapportaient le plus souvent une constellation de symptômes peu spécifiques (toux, fièvre, céphalée, congestion).
  • Aucun décès n’est survenu parmi les enfants atteints de la COVID-19.
  • Au moins 98 % des enfants atteints n’avaient aucun marqueur d’une forme sévère de COVID-19, c’est-à-dire de séjour hospitalier ou séjour en unité de soins intensifs coïncidant avec la date de survenue de leur infection. Pour les 2 % restants, la base de données exploitée pour faire l’étude ne permet pas de statuer sur le rôle qu’a joué la COVID-19 dans leur hospitalisation ou séjour aux soins intensifs.
Portrait de la COVID-19 parmi les enfants du Québec du 23 février au 11 juillet 2020

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-88141-4