L’indice de défavorisation matérielle et sociale : en bref

Au Québec, la création d’un indice de défavorisation a d’abord et avant tout été motivée par l’absence de données socio-économiques dans les bases de données administratives. Ainsi, pour suivre l’évolution des inégalités sociales relatives à certains problèmes de santé, comme la mortalité, la morbidité hospitalière et l’utilisation des services de santé, le développement d’un proxy de type écologique s’est avéré nécessaire.

L’objectif premier de ce proxy est d’assigner à chaque individu une information socio-économique territoriale grâce à une clé de passage entre la géographie de ces territoires et celle disponible dans les bases administratives. Ce faisant, l’indice facilite la surveillance des inégalités sociales de santé à l’échelle canadienne et à l’échelle québécoise, de la fin des années 1980 jusqu’à aujourd’hui.

Bien qu’il ait été démontré que l’indice de défavorisation sous-estime les véritables inégalités de santé (Pampalon, Hamel, Gamache, 2009), il demeure la meilleure alternative en l’absence d’information socio-économique individuelle.

L’indice de défavorisation matérielle et sociale : en bref

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-85867-6

Notice Santécom: