Hospitalisations et complications attribuables à l’influenza : rapport de surveillance 2015-2016

L’évaluation de l’impact du virus de l’influenza sur la morbidité hospitalière annuelle fait partie des objectifs de la surveillance de la grippe au Québec. Depuis 2011, l’Institut national de santé publique du Québec mène durant les pics des saisons grippales, des études prospectives avec confirmation virologique dans des hôpitaux desservant autour de 10 % de la population québécoise. Le présent document fait le bilan de la 5e saison du projet, soit celle de 2015-2016, menée dans quatre hôpitaux de soins aigus du Québec.

Dans le cadre du projet, les patients hospitalisés avec un syndrome d’allure grippale ont eu un dépistage systématique du virus de l’influenza et des informations démographiques et cliniques ont été recueillies chez les patients consentants. Les spécimens obtenus par prélèvement nasal ont été analysés au Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) pour rechercher simultanément un ensemble de virus respiratoires.

La saison 2015-2016 a dans l’ensemble été tardive et d’une intensité modérée, n’ayant débuté qu’à la fin de janvier 2016. C’est le sous-type A(H1N1)pdm09 qui a prédominé.

Messages clés

  • Le projet a permis le suivi en temps opportun des hospitalisations et complications dues à la grippe, ainsi que la détection des différences importantes du fardeau de la grippe entre les différents groupes d’âge.
  • Parmi les enfants hospitalisés avec des symptômes respiratoires en 2015-2016, le tiers (33 %) présentaient une infection à un virus de l’influenza.
  • Parmi les adultes de 18-64 ans hospitalisés avec des symptômes respiratoires en 2015-2016, 42 % ont été infectés par un virus de l’influenza; cette proportion était de 35 % chez les 65-74 ans et de 29 % chez les 75 ans et plus.
  • Globalement, l’infection par un virus de l’influenza n’était pas associée à une maladie plus sévère en ce qui concerne la durée de séjour, la présence de pneumonie, l’admission aux soins intensifs ou le décès en comparaison avec les patients avec une infection causée par d’autres virus respiratoires ou sans détection de virus.
  • En 2015-2016, outre le virus de l’influenza, un autre virus respiratoire a été détecté chez 59 % des enfants et 17 % des adultes hospitalisés.
  • Parmi les enfants infectés par un virus de l’influenza, 25 % étaient aussi infectés par un autre virus respiratoire; parmi les adultes, cette proportion était de 7 %.

Recommandations 

  • Une surveillance prospective systématique annuelle des patients hospitalisés avec des symptômes respiratoires dans les hôpitaux de soins aigus est nécessaire, afin de répondre aux objectifs d’évaluation de l’impact de la circulation du virus de l’influenza sur la morbidité hospitalière à court et à long terme.
  • L’élargissement du réseau actuel de 4 hôpitaux à d’autres hôpitaux supplémentaires aurait l’avantage d’augmenter la taille de l’échantillon et de permettre une estimation plus robuste des complications attribuables à la grippe et de l’efficacité vaccinale.
  • La surveillance continue de la morbidité hospitalière attribuable à la grippe devrait être poursuivie, afin d’assurer la pérennité et la comparabilité des indicateurs obtenus dans le temps.
  • La recherche des autres virus respiratoires en plus du virus de l’influenza devrait continuer à faire partie du projet de surveillance.
  • L’emploi d’un logiciel de recueil et de transfert des données qui pourrait faciliter les tâches de vigie et de surveillance devrait être évalué sur une année additionnelle de surveillance.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-77896-7

ISSN (électronique): 

2368-7789

Notice Santécom: