L'infection au virus du papillome humain (VPH)

Ce document recense les connaissances sur l'infection au virus du papillome humain (VPH) afin de mieux comprendre l'ampleur et la nature des problèmes qui y sont liés, d'explorer des avenues de prévention et d'identifier les stratégies et interventions les plus susceptibles d'avoir un impact réel sur la santé de la population.

L’infection au virus du papillome humain (VPH) est reconnue comme une des plus fréquentes, sinon la plus fréquente, des infections transmissibles sexuellement. L’association du virus du papillome humain avec le cancer du col est aussi reconnue depuis plusieurs années et plus récemment, son association avec d’autres types de cancers est aussi observée, surtout au niveau de la sphère génitale. L’avancement des connaissances sur le VPH s’est accéléré au cours de la dernière décennie. En fait, il est maintenant plutôt question des infections aux virus du papillome humain qui, on le sait maintenant, comprend plus d’une centaine de virus dont la pathogenèse peut varier. De nouvelles technologies de détection se développent de plus en plus rapidement, de nouveaux traitements deviennent disponibles et la recherche sur les vaccins thérapeutiques ou prophylactiques s’avère de plus en plus prometteuse. Il est donc indéniable que les infections aux virus du papillome humain sont un problème de santé publique important.

Reconnaître l’importance d’un problème de santé publique est le premier pas vers la prévention, mais il est essentiel de comprendre le mieux possible les diverses composantes de la problématique pour identifier les stratégies et interventions qui sont le plus susceptibles d’avoir un impact réel sur la santé de la population. Ainsi, la prévention du cancer du col et des autres cancers associés à l’infection au VPH devient indubitablement un objectif de santé publique important. Si des gains appréciables ont été observés au cours des dernières décennies en terme de réduction d’incidence du cancer du col grâce à l’utilisation généralisée du Pap Test pour le dépistage du cancer du col, il serait imprudent de penser que la réduction d’incidence se poursuivra en l’absence d’amélioration des interventions préventives. La prévention des autres types de cancer associés aux VPH devient aussi une préoccupation de plus en plus importante. On ne peut ignorer l’impact de l’infection au virus de l’immunodéficience humaine (VIH) sur l’évolution de l’infection au VPH. Outre la morbidité associée aux cancers causés par les VPH, la morbidité associée à l’infection elle-même est de plus en plus reconnue, particulièrement au niveau de l’impact psychologique de cette infection chez les personnes qui en sont atteintes. Enfin, le contexte actuel de la prise de conscience de l’insuffisance des ressources du réseau de la santé nous incite à tenir compte de plus en plus du rapport coût/efficacité des mesures préventives ou curatives qui sont envisagées.

Nous avons donc voulu rassembler les connaissances issues de la recension des écrits afin de dresser un portrait tenant compte des multiples aspects de la problématique. Toutefois, devant l’évolution extrêmement rapide du développement des connaissances, les résultats souvent discordants des études publiées et la complexité croissante des aspects technologiques, nous avons procédé à une validation de notre analyse de la recension des écrits auprès d’un panel d’experts du Québec.

Nous espérons que ces travaux seront utiles à la planification de la prévention des infections aux virus du papillome humain et de leurs complications, et aideront à prendre des décisions basées sur des évidences scientifiques. Toutefois, face aux nombreuses questions qui sont encore soulevées dans un contexte où la recherche est en pleine effervescence, nous estimons que cette démarche doit être le point de départ d’un processus continu de mise à jour des connaissances et de l’établissement d’un rapprochement entre les chercheurs et les décideurs.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (imprimé): 

2-550-41003-3

Notice Santécom: