Risque de convulsions et de fièvre après l'administration du vaccin combiné contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle (RROV) en comparaison aux vaccins RRO et varicelle administrés séparément

Depuis juin 2008, au Québec, le vaccin combiné rougeole, rubéole, oreillons et varicelle (RROV) est recommandé en remplacement des vaccins rougeole, rubéole, oreillons (RRO) et varicelle, administrés à la même visite en deux injections séparées chez l'enfant à l'âge de 12 mois. Son usage a été recommandé par le Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) en mars-avril 2008 dans le but de réduire le nombre d'injections administrées à 1 an et d'améliorer la couverture vaccinale. Il s'agit du vaccin Priorix-Tetra® de GSK. Des études américaines ont toutefois observé, chez des enfants âgés de 12 à 23 mois, un risque de fièvre et de convulsions fébriles deux fois plus élevé à la suite de l'utilisation du vaccin combiné RROV (ProQuad® de Merck) comparativement aux vaccins administrés séparément. Ce dernier contribuerait à 1 cas de convulsion additionnel pour chaque 2 300 à 2 600 enfants vaccinés. Ces résultats ont incité l'Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) à modifier ses recommandations concernant l'usage de ce vaccin en 2008 et en 2009. Ainsi, l'ACIP a retiré sa recommandation préférentielle pour l'utilisation du vaccin combiné pour la première vaccination contre la rougeole, la rubéole, les oreillons et la varicelle. Les cliniciens qui envisagent administrer le vaccin combiné doivent informer les parents des avantages et des risques associés au vaccin et doivent offrir le choix entre les deux vaccins. En septembre 2010, le Comité consultatif national sur l'immunisation (CCNI) a déclaré que le vaccin Priorix-Tetra® pouvait être utilisé à la place des vaccins RRO et varicelle séparés sans indiquer une préférence pour l'une ou l'autre option.

Considérant qu'un vaccin combiné RROV a été introduit au Québec au printemps 2008, il a été décidé d'estimer le risque de convulsions fébriles et de toutes natures (fébriles et afébriles) et de fièvre modérée (39 à 40,4 °C) et élevée (≥ 40,5 °C), survenues après l'administration du vaccin combiné RROV (Priorix-Tetra®), par comparaison aux vaccins RRO + varicelle et ainsi juger de l'importance de ce problème et évaluer les bénéfices et les risques de l'utilisation du vaccin combiné dans le programme de vaccination au Québec.

Les données du fichier du programme de surveillance des effets secondaires possiblement reliés à l'immunisation (ESPRI) ont permis d'identifier tous les cas de convulsions (fébriles et afébriles) ou de fièvre survenus dans les 43 jours post-vaccination chez les enfants âgés entre 12 et 23 mois, après administration des vaccins RRO + varicelle séparément entre le 1er janvier 2006 et le 31 mai 2008 (29 mois de suivi), ou du vaccin RROV combiné entre le 1er août 2008 et le 30 juin 2012 (47 mois de suivi).

Les résultats de cette étude montrent un risque plus élevé de convulsions à la suite de l'utilisation du vaccin combiné RROV par rapport à l'injection des deux vaccins séparés à la même visite RRO + V. Un rapport de taux (RT) non significatif de 1,9 pour la période 5-12 jours post-vaccination et de 1,6 pour la période 0-43 jours comparativement à 2,2 pour la période 5-12 jours dans l'étude américaine ont été retrouvés. Après ajustement pour la saison et pour la présence d'une infection concomitante, le risque relatif de convulsions diminue à 1,8 pour la période 5-12 jours et à 1,5 pour la période 0-43 jours. Pour la période 5-12 jours, après ajustement pour la saison et la présence d'une infection, la différence de taux est de 2,4/100 000 vaccinés, ce qui correspond à environ 2 cas de convulsions additionnels par cohorte d'enfants vaccinés au Québec. En comparaison avec les données américaines de l'étude de Marin et collab. 2010 basées sur une surveillance active des cas, on considère que le taux de convulsions rapporté dans notre étude sous-estimerait le taux réel d'environ 10 fois. Ainsi, le nombre additionnel de cas par année pourrait être d'environ 20 cas, soit un risque d'environ 1/4 000 vaccinés. Ces résultats ainsi que les différentes stratégies possibles ont été présentés et discutés au Comité sur l'immunisation du Québec (CIQ) lors de la rencontre du 14 décembre 2012.

À cette rencontre, les membres du CIQ ont recommandé de modifier l'actuel calendrier de vaccination en administrant le RRO à l'âge de 12 mois et de reporter la vaccination contre la varicelle à l'âge de 18 mois en utilisant le vaccin combiné RROV.

Le CIQ s'est appuyé sur les considérations suivantes pour formuler sa recommandation :

  • Un consensus a été obtenu au sein des membres pour diminuer les effets secondaires (convulsions) à la suite de la vaccination RROV et minimiser les perceptions négatives envers la vaccination;
  • Selon les données disponibles dans la littérature, il n'y aurait pas d'augmentation du risque de convulsions à la suite de la 2e dose de RRO et l'incidence de la fièvre induite par la composante rougeole a tendance à être plus faible après la 2e dose qu'après la 1re dose;
  • La diminution anticipée de la couverture vaccinale pour le vaccin contre la varicelle qui sera donné à 18 mois est acceptable;
  • Il a également été évalué que le risque de varicelle entre 12 et 17 mois est faible compte tenu de la diminution importante de la circulation du virus dans la population;
  • De plus, l'augmentation potentielle du nombre annuel d'hospitalisations pour varicelle entre 12 et 17 mois a été jugée acceptable comparativement au risque additionnel de convulsions observé à la suite de l'administration du vaccin RROV à 12 mois;
  • Enfin, une bonne acceptabilité des parents et des professionnels de la santé envers cette recommandation a été envisagée, considérant que le risque de convulsions fébriles induites par un vaccin serait moins bien perçu que le risque de varicelle et d'hospitalisation entre 12 et 17 mois.

Il a également été convenu de réaliser une surveillance continue des hospitalisations pour varicelle chez les enfants âgés de 12 à 17 mois, afin de déceler toute augmentation et réévaluer la recommandation au besoin. Il sera aussi important de poursuivre le monitoring de la couverture vaccinale pour s'assurer du maintien des niveaux actuels atteints dans ce programme.

Enfin, un groupe de travail du CIQ examine présentement la pertinence d'inclure une deuxième dose de vaccin contre la varicelle au programme de vaccination québécois. La possibilité de réduire la circulation du virus de la varicelle ainsi que le risque d'hospitalisation avec l'introduction de cette deuxième dose sera explorée dans le cadre des travaux de ce groupe.

Comité: 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-68493-0

Notice Santécom: