Les pratiques de counseling en abandon du tabac des inhalothérapeutes : une comparaison entre 2005 et 2010

Le tabagisme est considéré comme le principal facteur de risque des maladies chroniques les plus meurtrières (Organisation mondiale de la Santé, 2002). Chaque année, un peu plus de 10 000 Québécois meurent de maladies causées par l’usage du tabac (Rhem et al., 2006). Bien que la prévalence du tabagisme ait diminué de façon remarquable au cours des vingt dernières années, il n’en demeure pas moins que plus de 1,5 million de Québécois et Québécoises font usage de tabac (Statistique Canada, 2010). 

L’objectif de ce feuillet est de décrire l’évolution des pratiques de counseling en abandon du tabac des inhalothérapeutes entre 2005 et 2010 et des caractéristiques psychosociales associées à ce counseling.

Ce feuillet fait partie d’une collection de quatre feuillets portant sur les résultats de l’enquête menée en 2010.  

Entre 2005 et 2010, peu de changements ont été observés dans les pratiques de counseling en abandon du tabac des inhalothérapeutes et dans les caractéristiques psychosociales liées au counseling. Néanmoins, comparativement à celles qui n’ont pas reçu de formation, les inhalothérapeutes formées durant et après leurs études ont de meilleures pratiques de counseling, tant auprès des patients fumeurs prêts à renoncer au tabac qu’auprès de ceux qui ne le sont pas. Bien qu’il soit encourageant que le nombre d’inhalothérapeutes formées ait augmenté considérablement entre 2005 et 2010, il sera nécessaire de continuer à soutenir ces efforts au cours des prochaines années, afin qu’ils se traduisent en changements appréciables des pratiques de counseling de l’ensemble des inhalothérapeutes.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-65961-7

ISBN (imprimé): 

978-2-550-65960-0

Notice Santécom: