L'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a reçu du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) le mandat de produire un avis scientifique sur l'efficacité des interventions de type des Services intégrés en périnatalité et pour la petite enfance (SIPPE) auprès de certaines clientèles. Plus précisément, il s'agissait de répondre aux questions suivantes :

  • Les visites à domicile sont-elles efficaces pour soutenir les femmes enceintes et les parents SIPPE, en général, et les familles en difficulté durant la période de la petite enfance (0-5 ans), en particulier? Quels en sont les bénéfices pour les parents et les enfants? Quelles sont les conditions requises pour obtenir ces bénéfices? Nous abordons ces questions auprès des clientèles suivantes, soit les familles dont :
    • la mère1 a 20 ans ou plus et vit en contexte de vulnérabilité;
    • la mère a moins de 20 ans;
    • un parent2 a une dépendance;
    • un parent est reconnu maltraitant ou négligent;
    • un parent a un problème de santé mentale;
    • un parent a une déficience intellectuelle.
  • L'intervention éducative précoce auprès de l'enfant3, combinée à une intervention parentale (visites à domicile ou groupes de parents), est-elle efficace pour soutenir les familles SIPPE, en général, et les familles en difficulté, en particulier, durant la période où l'enfant est âgé de 18 mois à 5 ans? Quels en sont les bénéfices pour les parents et les enfants? Quelles sont les conditions requises pour obtenir ces bénéfices? Étant donné l'absence de recherche pertinente sur l'intervention éducative précoce combinée à une intervention parentale auprès de familles dont un parent a une dépendance, est reconnu maltraitant/négligent, a un problème de santé mentale ou a une déficience intellectuelle, nous abordons uniquement deux clientèles, soit les familles dont :
    • la mère a 20 ans ou plus et vit en contexte de vulnérabilité;
    • la mère a moins de 20 ans.

La recherche des écrits scientifiques a été faite à partir des bases de données PubMed, PsycINFO et EBM Reviews/Cochrane et les sites Internet NICE, WHO, EPPI-Centre, Collaboration Campbell, Health Evidence et Brookings Institute/Future of Children. Elle s'est déroulée de janvier 2008 à septembre 2008.

Au total, près de 130 articles, chapitres de livres et rapports ont été retenus, soit ceux qui :

  • traitent de programmes similaires aux SIPPE en termes de clientèle visée et de nature d'intervention (ex. : intensité, durée, approche);
  • sont publiés en français ou en anglais;
  • décrivent clairement la méthodologie utilisée, permettant d'en apprécier la qualité.

Les écrits ont été analysés sous trois angles :

  • La pertinence d'intervenir auprès de chaque clientèle à partir des assises théoriques motivant l'intervention en fonction de leurs facteurs de risque et des interventions susceptibles d'influencer ces facteurs.
  • L'efficacité de l'intervention auprès de chaque clientèle en fonction des objectifs des SIPPE d'après une échelle de synthèse de l'opinion sur les preuves adaptée du Health and Clinical Excellence (2007), et en tenant compte de la qualité des preuves d'après une échelle adaptée du National Service Framework4.
  • Les conditions de succès de l'intervention, c'est-à-dire les caractéristiques des interventions qui semblent favoriser l'atteinte des objectifs des SIPPE pour chaque clientèle.

 

Au plan théorique, la littérature appuie la pertinence des visites à domicile pour les familles dont la mère est âgée de moins de 20 ans et de 20 ans ou plus et vit en contexte de vulnérabilité, ainsi que pour les familles dont un parent a une problématique particulière (ex. : dépendance, déficience intellectuelle, etc.).

La pertinence de l'intervention éducative précoce combinée à une intervention parentale n'est documentée qu'auprès des familles dont la mère est âgée de moins de 20 ans et de 20 ans ou plus et vit en contexte de vulnérabilité.

L'efficacité des visites à domicile et de l'intervention éducative précoce combinée à une intervention parentale varie en fonction des clientèles et des objectifs ciblés :

a) Les familles dont la mère a 20 ans ou plus et vit en contexte de vulnérabilité

  • Chez les familles dont la mère est âgée de 20 ans ou plus, les visites à domicile et l'intervention éducative précoce combinée à une intervention parentale permettent d'atteindre plusieurs objectifs liés aux enfants.
  • Certains des effets observés de l'intervention éducative précoce combinée à une intervention parentale pendant la petite enfance se poursuivent pendant les années scolaires et même à l'âge adulte. Les études longitudinales sont toutefois peu nombreuses en ce qui concerne les visites à domicile. Par conséquent, on ne peut se prononcer sur l'efficacité relative à long terme des deux types d'intervention.
  • L'efficacité de ces programmes au regard des objectifs liés à la santé des parents ainsi qu'à l'amélioration de leurs conditions de vie n'est pas clairement démontrée5.

b) Les familles dont la mère a moins de 20 ans

  • Pour les familles de jeunes parents, les effets des visites à domicile et de l'intervention éducative précoce combinée à une intervention parentale sont similaires à ceux obtenus auprès des familles dont la mère est âgée de 20 ans ou plus en ce qui concerne les objectifs liés aux enfants.
  • Les effets des visites à domicile ne se poursuivent pas pendant les années scolaires. De plus, aucune étude longitudinale ne permet de déterminer si les effets de l'intervention éducative précoce combinée à une intervention parentale se poursuivent pendant les années scolaires ou à l'âge adulte.
  • Les résultats des visites à domicile, mais non de l'intervention éducative précoce combinée à une intervention parentale, semblent prometteurs en ce qui concerne les objectifs liés à la santé des parents ainsi qu'à l'amélioration de leurs conditions de vie.

c) Les familles dont un parent a une problématique particulière (dépendance, maltraitance/négligence, santé mentale, déficience intellectuelle)

  • Les preuves sont insuffisantes pour appuyer l'efficacité des visites à domicile de type SIPPE avec les familles dont un parent est reconnu maltraitant ou négligent ou présente une dépendance à l'alcool ou aux drogues.
  • Il est impossible de se prononcer sur les effets des visites à domicile de type SIPPE auprès des familles dont un parent a un trouble mental ou une déficience intellectuelle, étant donné l'absence d'études pertinentes sur ces clientèles.
  • L'efficacité de l'intervention éducative précoce combinée à une intervention parentale auprès de ces clientèles n'est pas documentée.

Les effets positifs des visites à domicile et de l'intervention éducative précoce combinée à une intervention parentale sont résumés dans les tableaux A et B.

Peu d'études rigoureuses se sont penchées sur les conditions requises afin que les programmes de visites à domicile ou l'intervention éducative précoce combinée à une intervention parentale donnent les effets anticipés. La littérature en suggère quelques-unes :

  • La durée d'une intervention (débutée précocement et poursuivie durant l'enfance);
  • La qualité de son implantation (le respect des critères de qualité du programme, la formation et la supervision des intervenants);
  • L'intégration de plusieurs composantes d'intervention (objectifs multiples et interventions diverses);
  • L'engagement des familles.

Conclusions :

  • Du point de vue théorique, il est très pertinent d'intervenir auprès des familles vivant en contexte de vulnérabilité ou faisant face à des problématiques particulières.
  • L'efficacité des visites à domicile et de l'intervention éducative précoce combinée à une intervention parentale est démontrée pour les familles dont la mère est âgée de moins de 20 ans et de 20 ans ou plus et vit en contexte de vulnérabilité, en ce qui concerne l'atteinte de plusieurs objectifs des SIPPE, particulièrement ceux liés aux enfants. Des recherches sont toutefois nécessaires pour mieux comprendre les conditions qui peuvent influencer le succès des interventions.
  • Par contre, les effets des visites à domicile et de l'intervention éducative précoce combinée à une intervention parentale auprès de familles dont un parent a une problématique particulière (dépendance, troubles mentaux, etc.) sont moins connus.
  • Les preuves existantes suggèrent que ces clientèles en difficulté requièrent des interventions ou des traitements spécialisés, en plus d'un soutien aux pratiques parentales et au développement de l'enfant adapté à leurs besoins.

1 Ces deux premières catégories de clientèles des SIPPE sont définies par rapport à l'âge de la mère dans le cadre de référence, et c'est également le cas dans la plupart des études retenues.

2 Pour certaines clientèles, des études sont disponibles uniquement sur les mères, et pour d'autres clientèles, les études incluent les mères et les pères. Nous faisons usage du mot « parent » afin d'harmoniser les libellés. Dans nos analyses, nous précisons toutefois si les résultats s'appliquent aux mères uniquement. Par ailleurs, le libellé indique qu'au moins un parent doit présenter la difficulté en question, mais cela n'exclut pas que le problème soit présent chez les deux parents.

3 Dans le mandat original, il est question de « l'intégration de l'enfant en milieu de garde ». Toutefois, puisque la littérature scientifique consultée ne rend pas uniquement compte de services de garde, mais aussi d'autres types d'interventions (ex. : programme éducatif préscolaire), nous avons choisi un terme plus large soit « intervention éducative précoce auprès de l'enfant ».

4 Department of Health-Royaume-Uni (2001).

5 Ces variables ne sont pas ciblées par tous les programmes et, lorsqu'elles le sont, les effets varient selon le type de programme.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-59654-7

ISBN (imprimé): 

978-2-550-59653-0

Notice Santécom: