Anne-Marie Bourgault

  • 5 décembre 2017

    Ce rapport constitue la première édition d’un antibiogramme cumulatif de pathogènes d’intérêt au Laboratoire de santé publique du Québec. Il présente un résumé de l’évolution et les plus récents résultats disponibles sur la sensibilité aux antibiotiques des bactéries isolées dans les laboratoires hospitaliers et analysées dans le cadre des programmes de surveillance du Laboratoire de santé publique du Québec.

    Les principaux phénomènes à retenir sont :

    • L’arrivée et l’établissement des entérobactéries productrices de carbapénèmases au Québec depuis 2010, en particulier celles porteuses du gène de résistance blaKPC. La hausse est importante et constante depuis 2014.
    • La diminution de la sensibilité à l’azithromycine chez Neisseria gonorrhoeae...
  • 10 novembre 2017

    Selon l’Organisation mondiale de la Santé, la résistance aux antibiotiques constitue une menace croissante pour la santé publique. Elle engendre un fardeau considérable pour les patients et la société. Une surveillance intégrée de la résistance aux antibiotiques est essentielle pour mieux comprendre ce phénomène complexe, en suivre l’évolution et cibler adéquatement les interventions permettant de préserver l’efficacité des antibiotiques.

    Au cours des trente dernières années, les gouvernements du Québec et du Canada ont mis sur pied plusieurs programmes de surveillance de la résistance aux antibiotiques. En 2015, suivant une tendance internationale visant à jumeler les données des programmes de surveillance des microorganismes résistants aux antimicrobiens avec celles de l’...

  • 11 janvier 2012

    Les principaux faits saillants de l'année 2010-2011 auront été le dossier du contrôle de la qualité en pathologie, le dossier de la résistance aux antibiotiques et l'accréditation ISO 15189 du Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ).

    La qualité des services diagnostiques des laboratoires de pathologie en lien avec le cancer du sein avait soulevé une attention médiatique au cours de l'année 2009. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a proposé un Plan global d'assurance qualité en anatomopathologie. Dans le cadre de ce plan, l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) s'est vu confier le mandat d'assurer la gestion d'un programme de contrôle externe de la qualité en pathologie. Les activités sélectionnées par les membres du comité formé à...

  • 6 janvier 2012

    En 1996, le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) a mis sur pied un programme de surveillance en laboratoire des souches invasives de S. pneumoniae en collaboration avec les laboratoires hospitaliers du Québec. Les objectifs visés à l'origine du programme étaient d'étudier la distribution des sérotypes en circulation au Québec et d'établir leurs profils de sensibilité aux antibiotiques. En 2005, afin d'évaluer l'impact du programme d'immunisation universel chez les enfants, le programme de surveillance basé sur les laboratoires sentinelles a été renforcé de manière à obtenir toutes les souches invasives de pneumocoque isolées chez les moins de 5 ans. Cette surveillance de laboratoire s'inscrit en complément à la surveillance basée sur la déclaration obligatoire des...

  • 3 octobre 2011

    Le nombre de cas d'infections à Neisseria gonorrhoeae augmente de façon importante depuis quelques années. La surveillance de laboratoire des infections à N. gonorrhoeae permet de suivre l'évolution du nombre de cas confirmés, de l'utilisation des différentes méthodes diagnostiques utilisées dans le réseau des laboratoires du Québec et de la résistance aux antibiotiques. Le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) a initié en 1988, en collaboration avec le réseau des laboratoires du Québec, un programme de surveillance des gonococcies. Les objectifs du programme sont d'étudier l'évolution de l'infection et de son diagnostic de laboratoire d'une part et du profil de sensibilité aux antibiotiques des souches d'autre part.

    En 2010, des analyses de sensibilité à...

  • 5 janvier 2011

    Les infections invasives à Streptococcus pneumoniae (IIP) sont moins courantes que les pneumonies pneumococciques non bactériémiques mais leur diagnostic est posé sans ambiguïté. On utilise donc souvent l’incidence des IIP comme indicateur du fardeau des pneumococcies. L’analyse des souches invasives permet d’étudier les distributions des sérotypes à l’origine des formes les plus sévères de pneumococcies et les profils de sensibilité aux antibiotiques. Le suivi des données microbiologiques est indispensable pour évaluer l’impact des programmes de vaccination.

    Il existe plus de 90 sérotypes de S. pneumoniae. Un premier vaccin polysaccharidique contenant 23 sérotypes a été homologué au Canada en 1983 pour les personnes âgées de deux ans et plus. En 1999, un programme de...

  • 4 octobre 2010

    L'année 2009-2010 aura été marquée par la grippe pandémique A(H1N1) 2009. Trois mandats ont été confiés spécifiquement au Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) en lien avec la grippe A(H1N1) 2009. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) (Direction générale de la santé publique – DGSP) a demandé au LSPQ de communiquer les résultats d'analyse concernant les prélèvements reçus dans le cadre de la pandémie d'influenza A(H1N1) 2009. Le MSSS (Direction générale des services de santé et médecine universitaire – DGSSMU) a confié au LSPQ le mandat d'assurer la coordination scientifique des activités entourant la détection du virus pandémique, de déterminer les protocoles et les algorithmes standardisés, de produire des analyses et de confirmer le virus, de déterminer...

  • 16 août 2010

    Le nombre d'infections à Neisseria gonorrhoeae, comme celui de certaines autres infections sexuellement transmissibles, augmente depuis quelques années. Le contrôle des gonococcies constitue une priorité en santé publique, puisqu'elles sont une cause importante de maladies inflammatoires pelviennes dont les conséquences potentielles sont l'infertilité et les grossesses ectopiques.

    La surveillance de laboratoire des infections à N. gonorrhoeae permet de suivre l'évolution des cas confirmés, l'utilisation des nouvelles méthodes diagnostiques et la résistance aux antibiotiques. Instauré en 1988 par le Laboratoire de santé publique du Québec, le programme de surveillance des gonococcies repose sur le réseau des laboratoires hospitaliers du Québec. Les objectifs du...

  • 12 mai 2010

    Les infections invasives à Streptococcus pneumoniae (IIP) sont moins courantes que les pneumonies pneumococciques non bactériémiques, mais leur diagnostic est posé sans ambiguïté. On utilise donc souvent l'incidence des IIP comme indicateur du fardeau des pneumococcies (OMS). L'analyse des souches invasives permet d'étudier les distributions des sérotypes à l'origine des formes les plus sévères de pneumococcies et les profils de sensibilité aux antibiotiques. Le suivi des données microbiologiques est indispensable pour évaluer l'impact des programmes de vaccination.

    Il existe plus de 90 sérotypes de S. pneumoniae. Un premier vaccin polysaccharidique contenant 23 sérotypes a été homologué au Canada en 1983 pour les personnes âgées de deux ans et plus. En 1999,...

  • 28 septembre 2009

    Le nombre d’infections à Neisseria gonorrhoeae, comme celui de certaines autres infections sexuellement transmissibles, augmente depuis quelques années(1, 15). Le contrôle des gonococcies constitue une priorité en santé publique, puisqu’elles sont une cause importante de maladies inflammatoires pelviennes dont les conséquences potentielles sont l’infertilité et les grossesses ectopiques.

    La surveillance de laboratoire des infections à N. gonorrhoeae permet de suivre l’évolution des cas confirmés, de l’introduction et l’utilisation des nouvelles méthodes diagnostiques et de la résistance aux antibiotiques. Instauré en 1988 par le LSPQ, le programme de surveillance des gonococcies repose sur le réseau des laboratoires hospitaliers du Québec. Les objectifs du programme sont d’...

Pages

S'abonner à Anne-Marie Bourgault