Estimation de l'espérance de vie optimale au tournant du XXIe siècle

Entre 1981 et 2001, l’espérance de vie moyenne dans les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) est passée de 78,2 ans à 81,8 ans chez les femmes, et de 71,6 ans à 76,0 ans chez les hommes. Cet allongement de la vie est explicable en partie par les progrès médicaux et la promotion de saines habitudes de vie. Au Québec, les femmes pouvaient espérer vivre jusqu’à 79,1 ans en 1981, alors qu’en 2004, leur espérance de vie à la naissance atteignait 82,4 ans, soit un gain de plus de trois ans. Chez les hommes, l’espérance de vie est passée de 71,2 ans en 1981 à 77,4 ans en 2004, ce qui représente une augmentation de plus de six ans.

Étant donné que la hausse de l’espérance de vie observée dans la plupart des pays industrialisés ne semble pas montrer de ralentissement, bon nombre de chercheurs ont fait diverses spéculations sur l’évolution de la durée de vie moyenne et se sont interrogés sur les limites de la longévité humaine. En s’appuyant sur des études biologiques et génétiques, certains auteurs estiment que l’espérance de vie n’augmentera pas indéfiniment et qu’elle se stabiliserait même à 85 ans. D’autres auteurs, se basant sur l’analyse des tendances historiques des taux de mortalité, soutiennent que l’on ne peut fixer une limite à la vie. Comme des questionnements subsistent quant au seuil de la vie humaine, il est intéressant de se demander quel serait le nombre d’années qu’une population pourrait espérer vivre si celle-ci était soumise aux probabilités de décéder les plus faibles observées actuellement.

Au moment de la réalisation de cet exercice en 2008, aucune publication sur le sujet n’avait été réalisée. Après avoir soumis ce texte aux Cahiers québécois de démographie, Vallin et Meslée (2008) présentait des estimations d’espérances de vie optimales obtenues à partir de quatre méthodes dont une similaire à la nôtre. Ainsi dans ce texte-ci, nous pourrons comparer nos méthodes et nos résultats à ceux de Vallin et Meslée (2008).

L’objectif principal visé par cet exercice est d’estimer l’espérance de vie optimale à partir des taux de mortalité les plus faibles observés parmi seize pays de l’OCDE, selon l’âge, le sexe et la cause de décès.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-57119-3

ISBN (imprimé): 

978-2-550-57118-6

Notice Santécom: