Projets spéciaux de vaccination contre l'influenza et le pneumocoque 2000-2001

Dans la foulée des projets spéciaux de vaccination contre l’influenza et le pneumocoque de 1999-2000, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) annonçait, au printemps 2000, son intention d’intensifier ces mesures particulières et d’élargir la population ciblée par la vaccination contre l’influenza. En conséquence, un financement de projets spéciaux de vaccination a été offert à nouveau en 2000-2001 afin d’en améliorer l’accessibilité par l’ajout de cliniques, de personnel ou de plages horaires et par des activités dédiées spécifiquement à la vaccination contre la grippe des membres du personnel des établissements de soins. Le présent rapport vise à évaluer les projets spéciaux de 2000-2001.

Pour l’ensemble du Québec, la participation des régions et des établissements aux projets spéciaux de vaccination de 2000-2001 s’est améliorée en comparaison avec l’année précédente. Des projets ont été réalisés en 2000-2001 dans 17 des 18 régions. L’ajout de cliniques, de personnel ou de plages horaires a été fait surtout en CLSC alors que les activités de vaccination du personnel des établissements se sont effectuées principalement dans les centres hospitaliers (CH). Quoique l’évaluation de ces projets présente plusieurs limites, on estime qu’approximativement 221 000 personnes ont été vaccinées contre l’influenza ou le pneumocoque dans le cadre de ces interventions, ce qui correspond à 18 % des personnes ayant reçu le vaccin contre la grippe et 31 % de celles immunisées contre le pneumocoque au Québec durant la campagne annuelle de 2000-2001.

Le financement accordé pour les projets de 2000-2001 a été de 1 467 000 $, soit trois fois plus élevé que ce qui a été octroyé en 1999-2000. En 2000-2001, 36 % de l’enveloppe provenait d’un financement régional. La part des montants consacrée à la vaccination du personnel en établissement a été de 15 %. Le coût unitaire évalué à 6,64 $ par dose de vaccin administrée s’est amélioré en 2000-2001, en comparaison avec le coût unitaire des projets de 1999-2000.

Il semble qu’une certaine proportion des personnes vaccinées lors des projets spéciaux de 2000-2001 n’auraient probablement pas été immunisées autrement. Parmi les personnes vaccinées contre la grippe dans le cadre des projets de 2000-2001 mais qui ne l’avaient pas été en 1999- 2000, bien que le vaccin antigrippal ait été indiqué pour elles, on évalue la proportion de personnes vaccinées attribuable aux projets spéciaux à 11 %. Pour un autre groupe de personnes, c’est-à-dire celles chez qui le vaccin était nouvellement indiqué en 2000-2001, soit parce qu’elles avaient atteint le groupe d’âge ciblé ou parce qu’une maladie chronique s’était déclarée dans la dernière année, la proportion attribuable aux projets spéciaux a été établie à 13 %. C’est donc dire qu’environ le quart des personnes rejointes par les projets spéciaux ont été vaccinées à cause des activités spécifiques de ces projets et n’ont pas été détournées des services habituels. Il appert également que les projets spéciaux auraient touché également une population plus jeune et porteuse de maladies chroniques en plus grande proportion que celle vaccinée par les activités régulières du programme de vaccination contre l’influenza.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (imprimé): 

2-550-39603-0

Notice Santécom: