La résistance aux antituberculeux au Québec : 2008

Le Laboratoire de santé publique du Québec collige tous les résultats des épreuves de sensibilité auxquelles ont été soumis les isolats de bacilles tuberculeux pendant l'année civile afin de suivre l'évolution de la résistance aux antituberculeux au Québec.

Les tableaux 1 et 2 reflètent notre surveillance de laboratoire des nouvelles souches de Mycobacterium tuberculosis et M. africanum, variété africaine du bacille tuberculeux humain. Ils présentent, pour l’ensemble de la province (1999 à 2008) et selon les 18 régions sociosanitaires (2004 à 2008), le profil annuel de la résistance des souches des nouveaux cas de tuberculose aux antituberculeux majeurs c’est-à-dire isoniazide (INH), rifampicine (RIF), éthambutol (EMB) et pyrazinamide (PZA). Les épreuves de sensibilité, effectuées au cours des premiers six mois de l’année selon la méthode radiométrique du système BACTECMD 460 (BD Diagnostic Systems), sont maintenant réalisées par méthode fluorométrique du système MGITMD 960 (BD Diagnostic Systems). 

Le nombre total de cas de tuberculose en 2008 (n = 208) est toujours aussi bas que celui de la moyenne des 5 années précédentes (n = 207). Le taux de souches résistantes est sensiblement le même que celui de 2007 (10,6 % en 2008 comparativement à 10,3 % en 2007) et est toujours principalement associé à la monorésistance à l’INH et au PZA (tableau 1). Deux nouveaux cas avec multirésistance (au moins INH-RIF) sont rapportés pour la région 06-Montréal (tableau 2).

Nous vous présentons également, à la page 4, un relevé de souches d’espèces d’origine animale, appartenant aussi au complexe M. tuberculosis, isolées depuis 1998 (tableau 3). Ces espèces peuvent causer la tuberculose chez l’homme mais le seul mode de transmission documenté est de l’animal vers l’homme, sauf en ce qui concerne M. bovis pour lequel de rares cas de transmisson nosocomiale interhumaine impliquant des patients infectés par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) ont été rapportés. Aucune souche d’origine animale n’a été isolée en 2008.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-55360-1

ISBN (imprimé): 

978-2-550-55359-5

ISSN (électronique): 

1911-3080

ISSN (imprimé): 

1716-8902

Notice Santécom: