Le rôle du laboratoire de microbiologie est déterminant pour distinguer une souche grippale saisonnière d’une souche virale inhabituelle à potentiel pandémique. Initiée par une demande clinique, la démarche du laboratoire s’inscrit aussi dans un cadre de surveillance et de vigie de la grippe. Par l’identification et la confirmation d’un pathogène émergent, les mesures déjà planifiées de traitement et de contrôle pourront être mises en place afin de prévenir ou limiter la propagation de la maladie.

Au cours des dernières années, le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) a participé à l’élaboration de l’annexe du plan canadien portant sur les épreuves de laboratoire. L’annexe C du plan canadien a été élaborée avec des représentants des laboratoires de santé publique provinciaux et du Laboratoire national de microbiologie (LNM) de l’Agence de santé publique du Canada (ASPC). L’accessibilité aux épreuves de laboratoire varie d’une province à l’autre de sorte que les procédures énumérées dans l’annexe doivent être adaptées selon les contextes propres à chaque province. La situation du Québec est particulière puisque toutes les épreuves de laboratoire pour l’influenza sont effectuées dans des laboratoires hospitaliers. Les paragraphes suivants contiennent des propositions spécifiques de modalités à mettre en œuvre au Québec.

Au Québec, le LSPQ a été sollicité pour préparer les lignes directrices adaptées à la réalité québécoise en s’inspirant du plan canadien. Afin de mieux refléter la réalité des laboratoires hospitaliers de microbiologie, ce document a été élaboré grâce à la participation de membres de l’Association des médecins microbiologistes infectiologues du Québec. 

Ce document est constitué de deux parties. La première partie, s’adressant aux cliniciens, propose des recommandations sur l’utilisation des épreuves de laboratoire pour mettre en évidence le virus de la grippe pendant les périodes interpandémique, d’alerte prépandémique et pandémique. La deuxième partie, s’adressant au personnel de laboratoire, apporte des précisions sur les tests disponibles et des recommandations quant à leur utilisation en fonction de la phase de pandémie. Pendant la saison régulière, une attention particulière est apportée à la recherche du virus influenza A d’origine aviaire (H5) ou d’autres virus humains circulant ces dernières années (H1, H3).

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

2-550-48595-5

ISBN (imprimé): 

2-550-48594-7

Notice Santécom: