Document d'appui à la définition nosologique : angiosarcome du foie : maladies à déclaration obligatoire d'origine chimique ou physique

Ce document d'appui présente les fondements de la définition nosologique de l'angiosarcome du foie. Cette définition, établie à des fins de surveillance épidémiologique, a été acceptée officiellement par le MSSS dans une lettre du directeur national de santé publique adressée aux directeurs de santé publique. Elle est disponible dans le document intitulé Surveillance des maladies à déclaration obligatoire au Québec - Définitions nosologiques - Maladies d'origine chimique ou physique et accessible au www.msss.gouv.qc.ca.

L’angiosarcome est un cancer malin qui prolifère rapidement et dont la létalité est élevée. Il est constitué de cellules anaplasiques qui originent des vaisseaux sanguins et des cellules endothéliales qui bordent les sinusoïdes hépatiques. C’est un cancer des tissus mous qui peut se développer dans les muscles, le foie, le sein, la rate, le cœur et la peau. On le retrouve occasionnellement aussi dans les os.

Des études ont révélé que l’angiosarcome du foie peut résulter d’une exposition à des substances chimiques présentes en milieu de travail ou dans l’environnement.

Trois substances sont actuellement reconnues comme pouvant causer l’angiosarcome du foie : le chlorure de vinyle monomère, le dioxyde de thorium et l’arsenic inorganique. En plus de ces substances, on soupçonne que les stéroïdes androgènes anabolisants, les œstrogènes et les contraceptifs oraux pourraient aussi causer l’angiosarcome du foie

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-47561-3

ISBN (imprimé): 

978-2-550-47562-0

Notice Santécom: