Le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) / Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) débutait en novembre 1995 la surveillance active des souches de Streptococcus pneumoniae isolées de sites normalement stériles avec la collaboration de tous les centres hospitaliers du Québec susceptibles d'isoler du pneumocoque de ces sites.

De plus, plusieurs centres hospitaliers ont été identifiés comme centres sentinelles (n = 24 en 2004). Leur collaboration se traduit par l'envoi de toutes leurs souches de pneumocoque isolées de sites normalement stériles quelle que soit leur sensibilité à la pénicilline G, accompagnées des renseignements suivants : données démographiques du patient, foyer infectieux et devenir du patient. Il est à noter que depuis janvier 2005, l’information sur le foyer infectieux et le devenir du patient n’est plus requise.

Toutes les souches envoyées au LSPQ sont caractérisées quant à leur sensibilité aux antibiotiques et leur sérotype. Les sensibilités à la pénicilline G et à la ceftriaxone, au chloramphénicol, à l’érythromycine, à la clindamycine, au triméthoprime / sulfaméthoxazole, à la vancomycine et à la lévofloxacine sont déterminées par une méthode de microdilutions. Toutes les épreuves de sensibilité et leur interprétation sont effectuées selon les recommandations du CLSI (Clinical Laboratory Standards Institute, nouveau nom en vigueur depuis janvier 2005 pour le NCCLS (The National Committee for Clinical Laboratory Standards)). Les sérotypes des souches sont établis par la méthode de Quellung visant à mettre en évidence le type capsulaire et ce, en collaboration avec le Centre national pour le streptocoque, en Alberta.

Ce programme de surveillance permet de cumuler de l'information pertinente concernant l'épidémiologie des infections envahissantes à pneumocoque notamment sur les incidences de ces infections, leur répartition selon l'âge et le sexe, les maladies associées, le taux de létalité, la sensibilité aux agents antimicrobiens et le sérotype des souches. Ces données peuvent être utiles aux cliniciens en regard des différents régimes thérapeutiques appliqués aux infections pneumococciques et aux autorités de santé publique en ce qui a trait au programme de vaccination antipneumococcique. Ainsi, depuis janvier 2005, le LSPQ participe en collaboration avec la direction des Risques biologiques, environnementaux et occupationnels de l’INSPQ à l’évaluation de l’impact du programme québécois de contrôle des maladies pneumococciques invasives et de l’efficacité du vaccin conjugué.

Dans le cadre de cette étude, il est demandé à tous les laboratoires hospitaliers du Québec de faire parvenir au LSPQ toutes les souches invasives de S. pneumoniae isolées chez des enfants de moins de 5 ans.

Note(s): 

L'ensemble des données de surveillance du LSPQ sont disponibles dans la section du site Web de l'Institut réservée au LSPQ.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

2-550-45580-0

ISBN (imprimé): 

2-550-45579-7

ISSN (électronique): 

1911-5709

ISSN (imprimé): 

1714-5929

Notice Santécom: