Surveillance des infections envahissantes à Haemophilus influenzae - Rapport 2000

En juin 1997, le Laboratoire de santé publique du Québec (LSPQ) se dotait d’un programme de surveillance de laboratoire dans le cadre duquel les laboratoires hospitaliers étaient invités à acheminer au LSPQ toute souche d’H. influenzae isolée d’un site normalement stérile ou de pus d’épiglottite.

Le présent rapport fait état de la situation au Québec en matière d’infections dues à H. influenzae pour la période du 1er janvier au 31 décembre 2000 et compare celle-ci à la situation observée au cours de 1998 et 1999.

À la lueur des données recueillies au cours des trois dernières années de surveillance des infections à H. influenzae au Québec, les infections envahissantes à HiNC sont les plus fréquentes et ce dans la plupart des groupes d’âges.

L’incidence des infections envahissantes dues à Hib est légèrement à la baisse depuis les trois dernières années passant de 0,12 en 1998 à 0,11 en 1999 et à 0,10 cas par 100 000 habitants cette année.

Des 2 cas d’infection envahissante à Hib survenues au cours de la dernière année chez les moins de 5 ans, un seul enfant était suffisamment âgé pour avoir reçu au moins deux doses de vaccin anti-Hib.

Comparativement à une étude américaine (1) réalisée en 1996 qui rapportait une augmentation de 1 à 17 % du taux d’infections envahissantes à Hif de 1989 à 1994, ce taux augmente lentement au Québec passant de 7,3 % en 1998 à 8,2 % en 1999 et 11,7 % en 2000. Toutefois, tout comme dans cette étude, où le taux d’infections envahissantes dues à HiNC passait au cours de la même période de 15 à 45 %, ce taux s’est accru de plus de 10 % au Québec en 1999, passant de 63,4 % en 1998 à 73,5 % en 1999. Cette augmentation a toutefois ralentie en 2000 avec un taux de 76,7 %.

En conclusion, nous croyons qu’il est important de poursuivre la surveillance des infections à H. influenzae afin de s’assurer de l’efficacité du vaccin administré et reconnaître rapidement toute éclosion ou émergence d’un nouveau sérotype pathogène.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

Notice Santécom: