COVID-19 : Recommandations sur le port du masque médical en continu dans les milieux de travail en contexte d’apparition de variants sous surveillance rehaussée

En premier lieu, il est capital de renforcer le message que le port du masque médical de qualité ou du masque non médical attesté BNQ n’est qu’une des mesures préventives à mettre en place dans un lieu de travail. C’est la combinaison des mesures de prévention, qui permet de limiter la transmission en milieu de travail. Les autres mesures importantes doivent être en place en tout temps pour assurer un lieu de travail sécuritaire, comme, entre autres, la minimisation des contacts, la distanciation physique, l’hygiène des mains et une ventilation adéquate, en particulier dans un contexte de protection des VSSR, telles que décrits dans la hiérarchie des mesures de contrôle de la COVID-19 en milieu de travail.

  • À partir de ces différents constats, et compte tenu de l’arrivée et de l’augmentation de nouveau VSSR de SRAS-CoV-2 au Québec, il apparait raisonnable de recommander le port du masque médical de qualité ou attestés BNQ en tout temps à l’intérieur pour les travailleurs afin d’offrir une réduction à la source et une protection personnelle, même si la distanciation minimale de deux mètres peut être généralement respectée.
  • Cette consigne vise à apporter une protection supplémentaire avec l’arrivée de VSSR, tout en permettant une certaine simplicité d’application (par rapport au port du masque conditionnel à certaines situations ou certaines durées de tâches), la minimisation de la manipulation du masque (et des risques de contamination potentiellement associés).
  • Cette mesure vise également une réduction de la fréquence et de la durée des occasions où des contacts rapprochés avec une personne potentiellement contagieuse peuvent avoir lieu sans protection, ce qui semble associé à une protection supplémentaire dans la littérature scientifique.
  • Le port du masque constitue aussi une stratégie de réduction à la source des aérosols qui pourraient potentiellement transporter des virus.
  • Cette consigne ne concerne pas les travailleurs œuvrant seuls dans une pièce fermée (un bureau, par exemple), bien que ceux-ci doivent mettre le masque médical dès qu’une personne entre dans la pièce.
  • La consigne du port en tout temps ne peut s’appliquer au moment des repas. Cependant, le masque doit être retiré seulement avant de débuter le repas et remis immédiatement après. La distanciation physique d’au moins deux mètres devra être respectée en tout temps, y compris durant les repas.
  • Les données concernant la gestion des éclosions en milieu de travail nous permettent de constater que les périodes de pauses et de repas représentent des situations plus importantes de transmission. Avec l’arrivée des VSSR potentiellement plus contagieux, le rehaussement des mesures durant ces moments plus vulnérables nous apparait nécessaire.
  • Pour y parvenir, procéder à des rotations pour les horaires de repas, favoriser la prise de repas dans les bureaux individuels lorsque possible ou mettre davantage de locaux disponibles pour les travailleurs. L’ajout de barrières physiques est une stratégie complémentaire, bien que peu documentée, qui peut être envisagée pour les salles de repas. Elles ne devraient pas palier à un manque d’espace pour assurer la distanciation de deux mètres, mais cette solution serait acceptable lorsque toutes les autres mesures pour minimiser le nombre de personnes en même temps dans la salle et maximiser la distanciation physique ont été envisagées.
  • Le port adéquat du masque médical de qualité ou du masque non médical attesté BNQ, c’est-à-dire le mieux ajusté possible, recouvrant complètement le nez et la bouche et remplacé dès que mouillé, visiblement souillé ou au plus tard aux quatre heures, est recommandé.
  • Des formations pour améliorer son utilisation sécuritaire et le port adéquat devraient être offertes, par l’employeur.
  • La recherche d’un meilleur ajustement au visage est une pratique souhaitable. Le choix d’un modèle de masque adapté à la taille et la forme du visage et de bonne qualité5 peut améliorer l’ajustement. Il pourrait être nécessaire d’essayer différents modèles ou des masques provenant de différents fabricants afin de trouver celui qui convient le mieux. Concernant le port superposé d’un couvre-visage par-dessus le masque médical, les données scientifiques sont jugées trop préliminaires et les conditions d’utilisation trop variables pour en faire une recommandation formelle.
  • Les consignes de protection oculaire ne sont pas modifiées par cet avis.
  • Pour le travail à l’extérieur, le port du masque médical ou du masque attesté BNQ en tout temps reste préconisé si des interactions à moins de deux mètres avec des collègues de travail sont inévitables.
COVID-19 : Recommandations sur le port du masque médical en continu dans les milieux  de travail en contexte d’apparition de variants sous surveillance rehaussée

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: