Étude sur la couverture vaccinale des enfants québécois âgés de 1 an, 2 ans et 7 ans en 2019

Cette 7e étude de la couverture vaccinale chez les enfants québécois âgés de 1 an et 2 ans inclus pour la première fois une cohorte d’enfants âgés de 7 ans. Elle vise à estimer la couverture vaccinale de base des enfants québécois, examiner les croyances vaccinales des parents et les déterminants du statut vaccinal incomplet de leur enfant et examiner l’impact de certains facteurs sociodémographiques sur la couverture vaccinale.

Cohortes 1 et 2 ans : couverture vaccinale

En 2019, la proportion des enfants qui ont reçu tous les vaccins du programme régulier est de :

  • 85 % pour la cohorte 1 an (vaccins reçus avant l’âge de 15 mois);
  • 81 % pour la cohorte 2 ans (vaccins reçus avant l’âge de 24 mois).
  • Comparativement à 2016, on constate une amélioration de la couverture complète et sans aucun retard (tous les vaccins administrés dans le délai d’un mois suivant l’âge recommandé, excluant le rotavirus et l’hépatite B). De fait, elle est de 74 % avec la cohorte 1 an et de 62 % avec la cohorte 2 ans.
  • La couverture vaccinale par antigène demeure très élevée pour chacune des cohortes. La couverture complète pour le DCaT-VPI-Hib avant 15 mois est de 96 %, et de 92 % avant 24 mois. Pour le pneumocoque, les proportions sont de 94 % et 97 % pour la cohorte 1 an et 2 ans respectivement. Pour le RRO, elles sont de 95 % et 92 %.
  • La proportion d’enfants n’ayant reçu aucun vaccin demeure très faible et se situe à près de 1 %.
  • Ce sont respectivement 90 % et 86 % des enfants de la cohorte 1 an et 2 ans qui ont reçu leur 1er vaccin dans le délai de deux semaines de l’âge recommandé.
  • Pour la cohorte 1 an, les enfants ayant reçu leur 1er vaccin à l’intérieur du délai de deux semaines ont une couverture complète pour l’âge (à 15 mois) supérieure de 29 points comparativement à celle des enfants vaccinés après ce délai. Pour la cohorte 2 ans, elle est supérieure de 27 points.
  • Le phénomène des occasions manquées lors de la visite prévue à 2 mois (non-administration de tous les vaccins prévus à la même visite) est présent chez 9 % (cohorte 1 an) et 10 % (cohorte 2 ans) des enfants. À 12 mois, il touche 2 % (cohorte 1 an) et 3 % (cohorte 2 ans) des enfants.

Cohorte 1 et 2 ans : croyances vaccinales des parents et les déterminants du statut vaccinal

  • Comme en 2014 et 2016, neuf parents sur dix se sentent suffisamment informés sur la vaccination et croient en l’efficacité des vaccins. Ils sont un peu plus de sept sur dix à considérer qu’il y a des risques pour l’enfant si les vaccins sont administrés en retard.
  • La difficulté d’obtenir un rendez-vous dans le délai recommandé demeure, comme dans les enquêtes précédentes, la principale raison mentionnée par les parents des enfants de la cohorte 1 an pour expliquer le retard à la 1re visite de vaccination. Pour les parents de la cohorte 2 ans, trois fois sur dix, la vaccination a été retardée principalement parce que leur enfant était malade.
  • Les parents de huit enfants sur dix ont reçu du vaccinateur un document écrit, un appel téléphonique ou une visite de l’infirmière pour leur rappeler la vaccination prévue à 2 mois. Une procédure de rappel avant le rendez-vous de 2 mois contribue à diminuer les retards.
  • La couverture vaccinale à 24 mois est de 6 points de pourcentage supérieure lorsque le vaccinateur a contacté le parent pour la prise du rendez-vous à l’âge de 18 mois, comparativement à la situation où le parent a lui-même contacté le vaccinateur.
  • Vingt-trois pour cent (23 %) des parents disent avoir déjà hésité à faire vacciner leur enfant. En analyse multivariée, ce facteur est associé au statut vaccinal incomplet dans les deux cohortes. Le risque d’être incomplètement vacciné est alors 2 fois supérieur. Par ailleurs :
  • Pour la cohorte 1 an, la perception d’un retard au 1er vaccin reçu, le rang élevé de l’enfant dans la famille et le fait pour le parent d’être craintif face aux vaccins sont également des variables associées de façon indépendante au statut vaccinal incomplet à 15 mois.
  • Pour la cohorte 2 ans, avoir reçu ses premiers vaccins en retard, ne pas avoir eu une naissance assistée par un médecin, trouver que les enfants reçoivent trop de vaccins (parents) et ne pas avoir été vacciné exclusivement dans un établissement du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) (CLSC/CH) sont les autres variables significativement associées au statut vaccinal incomplet à 24 mois.

Cohorte 7 ans

  • Parmi les enfants de la cohorte 7 ans en 2019, 70 % ont un statut vaccinal complet. Pour les vaccins prévus à l’entrée scolaire seulement, leur couverture complète pour l’âge est de 71 %. Toutefois, 88 % ont un statut complet pour les antigènes contenus dans le vaccin dcaT-VPI recommandée à l’âge de 4-6 ans et 89 % ont reçu au moins une dose après l’âge de 4 ans. Pour le vaccin contre la varicelle, 73 % ont reçu les 2 doses prévues et 70 % ont reçu au moins une dose après l’âge de 4 ans.
  • Les vaccins prévus avant l’entrée scolaire ne sont pas toujours administrés lors de la même séance de vaccination. Trois enfants sur dix présentent une occasion manquée lors de la visite prévue à l`âge de 4 à 6 ans. En présence d’occasions manquées, les enfants ont une CV complète de 34 %. Sans occasion manquée, leur CV est de 95 %.
  • Le sexe de l’enfant (féminin), la langue maternelle de la mère autre que le français, le fait de trouver que les enfants reçoivent trop de vaccins et ne pas avoir confiance à l’information reçue sur la vaccination sont des facteurs associés en analyse multivariée au statut vaccinal incomplet de l’enfant avec la cohorte 7 ans en 2019.
Étude sur la couverture vaccinale des enfants québécois âgés de 1 an, 2 ans et 7 ans en 2019

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-89266-3

ISSN (électronique): 

1927-2049