Évaluation de l'implantation du Programme de prévention des troubles musculo-squelettiques liés au travail du Réseau de santé publique en santé au travail : synthèse

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) liés au travail sont une cause très importante d’incapacité dans la population active québécoise. Selon l’Enquête québécoise sur des conditions de travail et d’emploi, de santé et de sécurité du travail (EQCOTESST), un travailleur québécois sur cinq a subi des symptômes musculo-squelettiques importants d’origine non traumatique attribués au travail au cours de l’année précédant l’Enquête (Stock et collab., 2011). Chaque année, environ 35 % des lésions professionnelles indemnisées par la Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec (CSST) sont des TMS d’origine non traumatique (Michel et collab., 2010). L’EQCOTESST nous indique que moins de 20 % des absences du travail en raison de douleurs musculo-squelettiques, perçues comme entièrement liées au travail, sont déclarées à la CSST. La prévention des TMS liés au travail est une priorité du Programme national de santé publique du Québec (MSSS, 2008) et une priorité d’action du plan stratégique 2010-2014 de la CSST (CSST, 2010).

Ce projet a démontré que la grande majorité des membres du Réseau de santé publique en santé au travail perçoivent que la problématique des TMS est importante et que le Réseau a un rôle à jouer en prévention des TMS. Il a montré également que les équipes SAT se sont mobilisées de façon importante pour implanter les blocs 1 et 2 du Programme de prévention des TMS. Néanmoins, le programme n'est pas bien implanté partout, particulièrement dans quelques régions sans ergonome et il y a de grandes variabilités dans l'implantation de chacun des éléments du programme.

Il y a toutefois consensus sur les stratégies à poursuivre. Plusieurs répondants aux sondages perçoivent que les activités d'évaluation sommaire et de transmission d'information sur les risques de TMS (blocs 1 et 2) ne sont pas suffisantes à elles seules pour favoriser la prise en charge des TMS par les établissements. La grande majorité de ces personnes croient qu'une recherche de solutions et un soutien à leur implantation sont nécessaires. Il y a une volonté de la part d'une majorité des intervenants à offrir des solutions, mais on invoque un manque de connaissances et de temps pour y parvenir. Il n'y a pas de consensus concernant le rôle des intervenants et des ergonomes dans ce processus et plusieurs façons de faire sont envisagées.

Les résultats des sondages et des ateliers démontrent que les intervenants perçoivent qu'ils ont besoin de formations pratiques et interactives sur la mobilisation des milieux de travail et l'identification des risques de TMS. Ces formations proposeraient, entre autres, des critères plus précis permettant d'identifier les risques de TMS en milieu de travail et juger si ces risques présentent un problème significatif. Les intervenants aimeraient également des guides de pratique pour des problématiques spécifiques qui favorisent la recherche, l'implantation et l'évaluation des solutions. Ils souhaitent des outils d'intervention simples et conviviaux et des formations spécifiques à ces problématiques.

Auteur(s): 

Sujet(s): 

Type de publication: 

ISBN (électronique): 

978-2-550-70744-8

ISBN (imprimé): 

978-2-550-70743-1

Notice Santécom: